La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

L’année jubilaire

publié dans nouvelles de chrétienté le 9 décembre 2015


 Gagner l’indulgence du nouveau jubilé n’a absolument rien d’immoral !

SOURCE - Bertrand Y. – Gloria TV – 7 décembre 2015


Les Dominicains d’Avrillé ont cru devoir publier un texte contre la participation des catholiques (de Tradition, forcément) à l’Année Jubilaire décidée par le pape François.

Ce texte des Bons Pères reprend dans sa forme la structure chère à saint Thomas d’Aquin, avec citations et recherches savantes. Venant de n’importe qui, on pourrait penser à un pastiche, on trouverait cela éventuellement drôle mais certainement déplacé. Vérification faite, cet article (que l’on trouvera en ligne ) vient bien des Dominicains d’Avrillé, et il est à craindre qu’il soit «sérieux», hélas.
Pour notre part, nous sommes d’abord restés perplexes: nous ne pouvions pas ignorer pareils syllogismes, au risque que s’y perde quelque fidèle. Nous ne voulions pas non plus donner à cet article l’importance qu’il n’a pas.
Et puis autant l’avouer: les journées n’ont que 24 heures, nous ne voulions imposer ni à nos lecteurs ni à nous-mêmes le pensum d’une étude approfondie.
Nous avons donc adopté une voie moyenne, en interrogeant le «sérieux» de ce texte au travers de quelques morceaux qui nous semblent rendre l’essentiel de chaque partie (en caractères gras), depuis le «sed contra» jusqu’à chacune des objections que les Dominicains s’adressent à eux-mêmes.
A nos lecteurs de juger si les Bon Pères d’Avrillé ont, par cette récente production, fait honneur à leur habit si prestigieux et aux huit siècles de Tradition de leur ordre.

SUR LE «SED CONTRA»

(après 8 objections données en faveur de la participation au jubilé, nos auteurs présentent une contre-objection)

«Ce jubilé est organisé par l’Église conciliaire»:

Certes, sans aucun doute l’est-il ! Mais derrière cette façade de l’Eglise d’aujourd’hui qualifiée de « conciliaire », c’est nécessairement un acte de l’Eglise catholique de toujours car elle seule, fondée sur Pierre et par le successeur actuel de Pierre, a le pouvoir des indulgences, effets essentiels du jubilé. A moins de ne pas croire en l’Eglise indéfectible ou perpétuelle (Conc. Vat I), ce qui revient au sedevacantisme.

«C’est un devoir strict pour tout prêtre voulant demeurer catholique de se séparer de cette Église conciliaire»:

Certes, sans aucun doute (pour tout prêtre et pour tout fidèle)! Mais cela signifie le devoir de ne pas vivre ou agir de façon habituelle sous la dépendance des « conciliaires » ; d’où l’institution des prieurés et des chapelles de F.S.S.P.X ; et d’où le fait que pour le jubilé il n’est pas question de participer à des actes de « l’Eglise conciliaire » en tant que telle. Mais comme il est nécessaire de se rendre dans certaines églises conciliaires (basiliques romaines, par ex.) afin d’obtenir pour et par nous-mêmes l’indulgence jubilaire selon les conditions traditionnelles, ce ne sera donc qu’à titre exceptionnel et par nécessité. Indulgence qui est accordée en réalité par l’Eglise de toujours ou par le pape actuel en tant que successeur de Pierre mais non en tant que François (cautionnant les erreurs et l’esprit conciliaire).

On voit bien ici le procédé de nos adversaires qui a consisté à trouver une citation de Mgr Lefebvre semblant abonder dans le sens de leur thèse, fût elle complètement hors sujet. En effet, Mgr n’y parle que de l’attitude habituelle à tenir dans la situation présente sans y aborder les exceptions qui existent à toute règle générale, comme l’assistance (passive) à la nouvelle messe pour des enterrements ou mariages familiaux (permise bien sûr selon lui) ou comme le jubilé (auquel il a participé en tant que fondateur-supérieur de FSSPX en 1975).
Ouvrons ici une parenthèse pour trouver la raison de ce procédé ! Ne dépasse t elle la question du jubilé, somme toute très secondaire à leurs yeux ? Dans ce même document, que nous passons au crible, on lit ceci : « on peut se demander s’il a été prudent de refaire un pèlerinage à Rome en l’an 2000. Car c’est à cette occasion que des contacts ont été repris en vue d’un accord avec la Rome moderniste » (ad 8). Voila la vraie raison ! Or cette manière de présenter les choses est très tendancieuse car, avec le mot « accord », utilisé sans doute à dessein, on laisse penser que la tête actuelle de FSSPX pourrait être effectivement devenue d’accord avec la Rome moderniste en tant que telle, ce qui est absolument faux (les discussions théologiques entre FSSPX et Rome ont abouti, au début des années 2010, au constat bilatéral de la persistance de désaccords profonds sur les questions doctrinales) donc une pure calomnie dont les dominicains d’Avrillé (puis les « Résistants ») sont en effet les pourvoyeurs depuis des années. En réalité, il ne s’agirait que de la reconnaissance purement légale, pleine et entière de FSSPX par la tête de l’Eglise catholique comme cela doit être le cas pour toute famille religieuse en son sein ; reconnaissance qui aurait dû être accordée en 1975 (où déjà et tout à fait en place l’Eglise conciliaire) après les 5 premières années d’existence de FSSPX « ad experimentum », suite à sa première reconnaissance par l’évêque de Fribourg (Suisse) en 1970, mais qui, en raison de la persécution du haut clergé français, n’a jamais pu être obtenue depuis. Pourquoi donc, pour certains, ne pas vouloir de cette reconnaissance ? Soit parce que la Rome moderniste ne serait pas la tête de l’Eglise catholique, ce qui signifie logiquement qu’on ne reconnaitrait pas François comme pape légitime et qu’on serait alors vraiment sedevacantiste. Soit parce que recevoir cette reconnaissance d’un pape moderniste serait immoral donc illicite, fut il vraiment pape ; et on retrouve la même position que pour le jubilé dont nous n’avons de cesse de montrer ici la fausseté mais avec laquelle nos dominicains se devaient d’être à tout prix en cohérence…

SUR LA «RÉPONSE»

Elle est toujours chez St Thomas le cœur de ses articles en donnant le principe de la solution du problème. On peut donc s’attendre à ce que nos dominicains y donnent la clé de leur thèse. Mais son simplisme surprend et ne fait pas honneur à leur habit. Qu’on en juge !

«La participation au jubilé ne peut pas faire abstraction de ces circonstances, et donc cette participation est immorale»:

Il n’y a aucun rapport entre l’exemple donné et le jubilé pour justifier cette affirmation. Car porter un manche de pioche est en lui-même un acte indifférent dont la moralité dépend donc principalement de l’intention de celui qui le porte (labourer ou se défendre : actes bons ; assommer les passants pour les détrousser : acte mauvais). Le jubilé n’est, au contraire, nullement indifférent mais bien sûr bon en lui-même, en sa fin essentielle (répandre les fruits de la miséricorde divine). La circonstance qu’est l’intention qui se rajoute à cette fin essentielle et motive le jubilé dans l’esprit du pape qui le décrète (fêter le 50ème anniversaire du début du concile Vat II) est, il est vrai, mauvaise mais, en raison de la bonté du jubilé en lui-même ou en sa fin immédiate, il est faux, d’une part, d’affirmer qu’elle rend totalement mauvaise l’ensemble de son action mais en diminue seulement la bonté ou ne la rend mauvaise qu’en partie; et, d’autre part, cela n’est le cas que de sa personne et de ceux qui font leur son intention. Idem pour la circonstance qu’est la mauvaise préparation à obtenir l’indulgence par un enseignement faussé sur la miséricorde. Il est par conséquent absolument faux d’affirmer qu’est nécessairement mauvaise toute forme de participation, par le gain de l’indulgence du jubilé, si celle-ci existe en dehors du contexte créé par ce pape, comme devront bien sûr le faire les fidèles de la Tradition (sans intention de fêter Vat. II et en ayant une idée juste de la miséricorde) à l’instar des jubilés de 1975 et 2000. On peut donc tout à fait faire abstraction de ces circonstances ; et il n’y a donc absolument rien d’immoral à y prendre part de la sorte.

Sur « ad 1 » - «recevoir l’hostie de la main d’un prélat hérétique était une «communio in sacris» avec un hérétique»:
La comparaison est absolument fausse car le pape, quels que soient ses errements, ne peut être hérétique (« formel ») : nul ne peut infliger une quelconque sentence ou peine canonique au pape régnant. Et il n’est ni question, ni nécessaire pour gagner l’indulgence de prendre part à des cérémonies liturgiques présidées par des ministres conciliaires. Comme il a été déjà dit, l’indulgence est obtenue du pape non en tant que conciliaire mais en tant que successeur légitime de Pierre, ayant donc tous les pouvoirs divins (traditionnels) d’un pape.
Sur « ad 2 » - «Participer à ce jubilé serait une compromission avec cette pseudo-Église en raison des circonstances mentionnées»:
Parler de la fondation d’une « Eglise conciliaire » comme si elle était réellement distincte de l’Eglise catholique divinement fondée par J.C. sur Pierre, est absolument faux. Donc participer au jubilé, en faisant abstraction de ses circonstances mauvaises, n’est pas comme si on participait à une cérémonie dans une secte protestante à part entière ; mais c’est tout à fait participer à la vie de l’Eglise catholique de toujours!

«Quant aux indulgences, on peut en bénéficier autrement qu’en participant au jubilé»:

Si les indulgences plénières courantes suffisaient concrètement au salut du plus grand nombre ou si le jubilé était alors superflu pour la plupart des âmes, on se demande alors vraiment pourquoi les papes (pas d’aujourd’hui) ont voulu l’instituer avec tant de solennité afin d’y encourager avec la plus grande force le maximum de fidèles à y prendre part, ne serait ce que pour raviver l’amour de la romanité ou de la Rome éternelle en ces temps de juste détestation de la Rome moderniste ! A moins de se croire, en toute humilité bien sûr, du tout petit nombre qui pourrait peut être s’en passer…

Sur « ad 3 » - «L’objectant ne donne pas la référence dans les œuvres du saint » pour la citation qui suit de saint Alphonse de Liguori : « Pour devenir un saint, il suffit de gagner le plus d’indulgences possibles»:
On veut bien concéder sans difficulté à nos adversaires que cette citation puisse être mise en doute car elle n’apporte vraiment rien d’essentiel au débat en cours ! Nous leur ferons néanmoins remarquer qu’elle n’est pas absolument aberrante quand on sait que l’une des conditions de l’indulgence plénière est le détachement parfait de toute faute même vénielle ; ce qui, à la longue ou avec l’habitude de s’efforcer vraiment à en gagner le maximum, peut incontestablement contribuer à rendre saint…
Sur « ad 4 » - «C’est pour la même raison qu’on refuse la nouvelle messe, le nouveau code de droit canon, etc.»:
La comparaison avec la participation à la nouvelle messe ne vaut absolument pas. Car en participant au jubilé il n’est question que de remplir les conditions traditionnelles pour obtenir les indulgences sans qu’il y ait aucune nécessité à participer aux cérémonies officielles avec le pape ou avec un quelconque clerc de « l’Eglise conciliaire », ce qui n’est bien sûr pas le cas quand on assiste à la nouvelle messe.
A propos du nouveau droit canon, Mgr Lefebvre faisait une distinction tout à fait analogue à celle à faire pour le jubilé : on accepte les articles qui sont dans la ligne du droit traditionnel de l’Eglise ; on rejette toutes les nouveautés non fondées sur la Tradition. On accepte donc dans le jubilé ce qui est traditionnel, cad l’indulgence elle-même ; on rejette ce qui ne l’est pas, cad tout le climat conciliaire qui entoure l’indulgence et dont on peut tout à fait faire abstraction.

«On ne remet pas en question le pouvoir du pape, mais on constate qu’il l’utilise mal»:

Il l’utilise mal : soit ! Mais en partie seulement car accorder des indulgences jubilaires n’est certainement pas mauvais en soi. Les fidèles de la Tradition ne font donc, eux, aucun mal en s’efforçant de les gagner, comme il a déjà été expliqué.

Sur « ad 5 » - «une simple disproportion entre l’œuvre demandée et l’indulgence accordée. Ici, le gain de l’indulgence est liée à la joie de Vatican II et à une fausse conception de la «miséricorde» du pape François»:
On croit rêver en lisant cela ! Qu’est ce qu’on ne va pas chercher pour justifier encore à tout prix une thèse, comme on l’a déjà montré! Ce que nos adversaires affirment sans rougir ne vaut bien sûr que pour le climat habituel dans lequel les indulgences seront probablement le plus souvent (mal) gagnées pour les catholiques conciliaires fréquentant les cérémonies officielles ; mais certainement pas pour les fidèles de la Tradition à qui il sera enseigné les conditions dans un esprit tout à fait traditionnel et qui se tiendront soigneusement à l’écart du climat conciliaire.
Sur « ad 6 » - «les circonstances qui le rendent mauvais ne changent pas sa nature de jubilé. Mais elles rentrent bien dans l’objet moralement considéré, car elles en affectent la moralité» :

On croit toujours rêver ! Même distinction à faire qu’au dessus : ce climat conciliaire n’est de façon nécessaire ni une circonstance, ni une condition de l’acte lui même par lequel on gagne l’indulgence. Car on peut très bien la gagner sans aucun contact avec les conciliaires, ce qui n’était bien sur pas le cas de saint Herménégilde qui aurait dû communier de la main même d’un prêtre hérétique.

Sur « ad 7 » - « Même si celui qui participe au jubilé n’a pas l’intention (subjective) de se réjouir de Vatican II, il participe à un jubilé qui a été objectivement voulu pour se réjouir de ce Concile»:
Cela devient cauchemardesque ! Donc encore la même distinction à faire qu’au dessus : il n’y a aucune participation objective nécessaire au jubilé des conciliaires pour les fidèles de la Tradition ; mais seulement au gain de l’indulgence de façon tout à fait traditionnelle; à moins de dire qu’aller seulement dans les églises conciliaires (sans les intention et état d’esprit des conciliaires), à visiter pour gagner l’indulgence, les empêcherait de remplir les bonnes conditions voulues car les murs eux mêmes auraient un rayonnement ou une influence conciliaire !
De plus, se réjouir de Vat. II aurait très bien pu se faire sans jubilé ou sans son indulgence ; il n’y a donc aucun lien nécessaire entre l’acte de se réjouir et celui de gagner l’indulgence jubilaire, même s’ils peuvent être concomitants mais chez les conciliaires seulement !
Sur « ad 8 » - «Les allusions au Concile signalées par l’objectant restaient secondaires, et n’affectaient pas la moralité de l’acte»:
On est en plein subjectivisme…des rédacteurs de cet « ad 8 » qui regardent la réalité historique au travers du prisme totalement déformant de leur très curieux esprit ! Car les conditions de 1975 et 2000 étaient objectivement tout à fait comparables ou analogues, sinon identiques, à celles aujourd’hui puisque on était déjà en plein dans l’ère conciliaire.

NOTRE CONCLUSION

En conclusion, nous voulons dire avant toute chose que ni la piété, ni les efforts, ni la bonne foi des Bons Pères d’Avrillé n’est ici en cause.
S’ils n’ont pas su défendre l’option, qu’ils ont choisie de manière bien téméraire, ce n’est pas par manque de talent, ni d’effort. C’est – bien plus simplement – que chaque argument qu’ils ont apporté se révèle faux et spécieux, les uns après les autres.
Ce faisant, ils ont en quelque sorte épuisé le registre de la contestation du Jubilé, et mettent en valeur la position de bon sens – qui rejoint le sens catholique – qui est de ne pas rechigner aux grâces que nous offre l’Eglise.

Revue-Item.com

article précédent

Entretien avec M l’abbé Schmidberger, (FSSPX)

article suivant

« Lettre ouverte à mon évêque »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS