La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Message de Benoît XVI à Bartholomaios Ier

Message de Benoît XVI à Bartholomaios Ier

publié dans magistère de benoît XVI le 17 décembre 2009


 

A l’occasion de la fête de saint André

Benoît XVI a adressé, à l’occasion de la fête de saint André, frère de saint Pierre, et protecteur du patriarcat œcuménique, un message au patriarche Bartholomaios Ier, patriarche œcuménique.

Au terme de la célébration de lundi matin au Phanar, le cardinal Kasper a remis au patriarche œcuménique ce message autographe du pape Benoît XVI.

Message de Benoît XVI

A Sa Sainteté Bartholomaios Ier

Archevêque de Constantinople

Patriarche œcuménique

Sainteté,

 

C’est avec une grande joie que je m’adresse à Votre Sainteté, à l’occasion de la visite de la délégation conduite par mon vénérable frère le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, auquel j’ai confié la tâche de vous transmettre mes salutations fraternelles les plus chaleureuses en la fête de saint André, le frère de saint Pierre, et le protecteur du patriarcat œcuménique.

 

A cette occasion joyeuse de la commémoration de la naissance à la vie éternelle de l’apôtre André, dont le témoignage de foi dans le Seigneur a culminé avec son martyre, j’exprime aussi mes souvenirs respectueux au Saint Synode, au clergé et à tous les fidèles, qui continuent, grâce à votre soin pastoral et à votre guide, même en des circonstances difficiles, à témoigner de l’Evangile de Jésus Christ.

 

La mémoire des saints martyrs pousse tous les chrétiens à porter témoignage de leur foi devant le monde. Il y a une urgence dans cet appel, spécialement de nos jours, où la chrétienté fait face à des défis de plus en plus complexes. Le témoignage des chrétiens sera certainement d’autant plus crédible si les croyants dans le Christ sont « un cœur et une âme » (Actes 4, 32).

 

Nos Eglises se sont engagées sincèrement ces dernières décennies à continuer sur la route du rétablissement de la pleine communion, et bien que nous n’ayons pas encore atteint notre but, beaucoup de pas ont été faits qui nous permettent d’approfondir nos liens. Notre amitié et notre respect mutuel grandissants et notre volonté de nous rencontrer et de nous reconnaître les uns les autres en tant que frères dans le Christ, ne doit pas être empêchée par ceux qui demeurent liés par le souvenir de différences historiques, qui les empêchent de s’ouvrir à l’Esprit Saint qui guide l’Eglise et est capable de transformer tous les échecs humains en occasion pour le bien.

 

Cette ouverture a guidé le travail de la Commission bilatérale internationale pour le dialogue théologique, qui a tenu sa dernière session plénière à Chypre le mois dernier. La rencontre a été marquée par un esprit de dessein solennel et de chaleureux sentiment de proximité. J’étends une fois encore ma gratitude sincère à l’Eglise de Chypre pour son accueil très généreux et son hospitalité. C’est une source de grand encouragement qu’en dépit de certaines difficultés et d’incompréhensions, toutes les Eglises engagées dans la Commission internationale aient exprimé leur intention de poursuivre le dialogue.

 

Le thème de la session plénière – le rôle de l’évêque de Rome en communion avec l’Eglise du Premier millénaire -, est certainement complexe, mais elle requerra une étude complète et un dialogue patient si nous aspirons à une intégration partagée des traditions de l’Orient et de l’Occident. L’Eglise catholique comprend le ministère pétrinien comme un don du Seigneur à son Eglise. Ce ministère ne doit pas être interprété dans la perspective du pouvoir, mais à l’intérieur d’une ecclésiologie de communion, comme un service de l’unité dans la vérité et la charité. L’évêque de l’Eglise de Rome, qui préside à la charité (saint Ignace d’Antioche), est compris comme le Serviteur des Serviteurs de Dieu (saint Grégoire le Grand). Ainsi, comme mon vénérable prédécesseur le serviteur de Dieu Jean-Paul II l’a écrit, et comme je l’ai redit à l’occasion de ma visite au Phanar en novembre 2006, la question est de chercher ensemble, en s’inspirant du modèle du Premier millénaire, les formes dans lesquelles le ministère de l’évêque de Rome puisse accomplir un service d’amour reconnu par chacun et par tous (cf. Ut Unum Sint, 95). Demandons donc à Dieu de nous bénir et puisse l’Esprit Saint nous guider au long de ce chemin difficile mais prometteur.

 

Cependant, même au cours de ce voyage vers la pleine communion, nous devons déjà offrir un témoignage commun en travaillant ensemble au service de l’humanité, spécialement en défendant la dignité de la personne humaine, en affirmant les valeurs éthiques fondamentales, en promouvant la justice et la paix, et en répondant à la souffrance qui continue de frapper notre monde, en particulier la faim, la pauvreté, l’analphabétisme, et l’injuste distribution des ressources.

 

Plus encore, nos Eglises peuvent travailler ensemble en attirant l’attention responsable de l’humanité pour la sauvegarde de la création. A ce propos, j’exprime une fois encore mon appréciation pour la valeur des nombreuses initiatives soutenues et encouragées par Votre Sainteté, qui ont rendu témoignage au don de la création. Le récent symposium sur « Religion, science et environnement » dédié au fleuve Mississipi, et vos rencontres aux Etats-Unis avec d’éminents représentants des milieux politique, culturel et religieux, ont illustré votre engagement.

 

Votre Sainteté, en cette fête solennelle du grand apôtre André, j’exprime à Votre Sainteté et au Patriarcat œcuménique mon estime respectueuse et ma proximité spirituelle, et je prie pour que le Dieu Trine accorde des bénédictions abondantes de grâce et de lumière pour votre ministère élevé, pour le bien de l’Eglise.

 

C’est avec ces sentiments que je vous embrasse fraternellement au Nom de notre seul Seigneur Jésus Christ, et je renouvelle ma prière pour que la paix et la grâce de notre Seigneur soit avec Votre Sainteté et avec tous ceux qui sont confiés à votre éminent leadership pastoral.

Du Vatican, le 25 Novembre 2009

BENEDICTUS PP. XVI

Revue-Item.com

article précédent

Jésus-Christ et sa Doctrine

article suivant

Lettre du card. Hummes aux prêtres du monde pour Noël

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS