La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Les vertus familiales

publié dans paroisse saint michel le 16 janvier 2010


Prédication pour le 2ème dimanche après l’Epiphanie.
Les noces de Cana
Les vertus familiales

 

MBCF,

Dimanche dernier, nous avons médité sur les vertus de la Sainte Famille et nous avons pu admirer quelques unes de ses vertus. L’adoration de Notre Dame à la parole de l’Ange, la promptitude dans le service de Notre Dame se hâtant près de sa cousine Elizabeth pour lui porter secours. Nous avons contemplé aussi la joie de Notre Dame exprimée tout particulièrement dans le chant de son Magnificat. Nous avons pu voir que cette joie était essentiellement surnaturelle. Elle avait pour objet le plan salvifique de Dieu, son mystère de l’Incarnation rédemptrice. Nous avons pu admirer également le sens de la contemplation de Notre Dame. « Elle méditait toutes ces choses dans son cœur ». Et j’affirme que l’on ne peut réaliser son salut, sauver son âme et celles de ses enfants sans avoir ce sens du « recueillement », ce sens du « silence ». On ne peut vivre sans cesse dans le bruit et l’agitation. Il faut s’avoir s’asseoir…brodant… et laisser sa pensée se perdre en Dieu. Nous avons admirer la promptitude de l’obéissance de saint Joseph, cherchant dans l’énergie de sa résolution, et la fidélité à l’ordre angélique, à sauver l’enfant Jésus, cherchant à sauver la « Vie »…Et c’est ainsi que cette après midi ce défilé de nombreuses familles chrétiennes à Paris a pour finalité la vie à sauver, à sauvegarder, la proclamation ferme et décidée pour la vie, la vie étant un don de Dieu, la vie, fruit du respect de la loi de la Création, de la loi du Seigneur.

 

Mais il me semble que l’on pourrait poursuivre notre méditation sur la famille et ses vertus en méditant ce passage de l’épître aux Romains dont l’Eglise nous propose la lecture en ce dimanche du miracle de Cana. Ce n’est pas sans raison que l’Eglise  a choisi ce passage le jour même où elle nous fait contempler Jésus bénissant,  de sa présence, l’institution familiale et manifestant à tous sa divinité par le miracle du changement de l’eau en vin..

 

« Nous avons des dons différents, nous dit saint Paul, selon la grâce qui nous a été accordée ». Les premiers dons, dont il parle, me semblent plutôt concerner le clergé…Mais très vite, dans cette énumération, les dons concernent aussi la famille, ses éléments constituants, le père, la mère, les enfants.

 

Le père, tout d’abord.

 

Le père doit être animé de la « sollicitude ». « Qui praeest in sollicitudine ». Cette expression concerne, me semble-t-il, particulièrement le père. « La sollicitude pour celui qui préside ». En effet « praeesse », « praeest » du verbe praeesse veut dire « être à la tête de… », « être le premier » et de là « commander, diriger », « être le guide, l’instigateur ». Tous ces termes désignent le chef, le père de famille. Il doit avoir de la sollicitude pour tous, pour son épouse d’abord, pour ses enfants ensuite. De la sollicitude, c’est-à-dire de la préoccupation, du souci, de l’inquiétude…Mais plus exactement de l’attention, de la vigilance. Il est comme celui qui est « aux aguets ». Voilà le père de famille. Voilà saint Joseph auprès de Notre Dame, de l’enfant Jésus. La sollicitude est à l’opposé de « l’indifférence », de la « nonchalance ». Dans les litanies de saint Joseph, l’Eglise nous le fait acclamer par ces expressions fabuleuses : « defensor sedule Christi ». « Défenseur zélé du Christ ». « Sedule » veut dire « servir avec zèle, avec empressement », « être empressé », « être assidu auprès de… » . Tel doit être le père. C’est une belle vertu qui prend sa source dans un cœur paternel et ainsi cette « sollicitude » du père est comme un beau fleuve au cours tranquille.

« Qui miseretur in hilaritate »
« de joie pour celui qui exerce la miséricorde ».

Je vois là plutôt la qualité,  le « don » de la mère. La mère, c’est la miséricorde. « Miseretur » : c’est avoir de la « compassion », de la « piété ». C’est aussi « s’attendrir ». Ce sont les manifestations du cœur de l’épouse, de la mère de famille. Et cette miséricorde doit s’exercer dans la joie. La joie serait-elle le fruit de la miséricorde en acte ? Je pencherais assez pour cette interprétation. Ou bien faut-il dire que cette miséricorde doit s’exprimer dans la joie. Alors, là ce serait dire avoir un cœur joyeux pour manifester sa miséricorde. Quoiqu’il en soit, fruit ou condition, la mère, l’épouse doit être « joyeuse ». Voilà une belle qualité dans la famille. La mère est comme le disait Pie XII, « le rayon de soleil de la famille », le « paradis de l’enfant ». Mais vous permettrez aussi, je pense, que j’attire votre attention sur le mot latin : « in hilaritate ». « Hilaritas », ce mot en français a donné « hilarité ». Ce n’est donc pas une petite joie. C’est la « gaieté ». C’est « l’enjouement ». Ce n’est pas une joie retenue. Elle doit s’exprimer à l’extérieur.

 

« Dilectio sine similatione »
« Que la charité soit sans déguisement ».

Le contraire est odieux. Que la charité, en famille, soit vraie, franche. La charité est le ciment des relations fraternelles et conjugales. Mais le mot « dilectio » n’exprime pas seulement l’amour. C’est un mot très riche, plein de nuances admirables. J’ai eu un professeur d’Ecritures Saintes, à Fribourg, le père Spicq, qui a passé sa vie d’exégète à expliquer ce mot : « dilectio ». Ce mot connote une nuance religieuse. Cette dilection est faite de « respect », « d’honneur », « d’estime ». Ce n’est pas une vulgaire tendresse. C’est un amour de noblesse. Cette « dilection » se traduit en « gratitude » et « désintéressement ». Il se spécifie par la « stabilité » et sa « durée ». Il est « dynamique » et se prouve. Cette dilection engendre la joie, le ravissement. Telle doit être la dilection de l’époux pour l’épouse et vice versa.

 

C’est du reste ce que précise saint Paul un peu plus loin dans son texte. Cette dilection doit être faite « d’honneur et d’égard ». Il demande que la dilection soit la caractéristique des relations fraternelles, familiales. Et encore un peu plus loin, il précise « prévenez vous d’égards réciproques ». C’est dire équivalemment que cette charité est faite d’ « estime ». Du reste, comment manifester de la charité sans savoir de l’estime pour la personne aimée. C’est impossible.

 

Je passe et j’arrive à cette belle vertu : « Servez le Seigneur ». « Domine servientes ». Voilà la grand qualité de la famille chrétienne : « le service du Seigneur » qui s’exprime tout particulièrement le dimanche par la participation à la Sainte Messe. « Servir», c’est être dévoué à… » mais c’est aussi « dépendre de… », « obéir », « se plier, se conformer ». C’est aussi « être utile à… ». Ce fut la grande qualité de Notre Dame. « Je suis la servante du Seigneur ». Obéissance. Service prompt, respect de la loi du Seigneur. Fidélité à sa Seigneurie, à ses commandements. Ce qui engendre le respect de la vie à naître, de la volonté de faire naître la vie, d’aimer la vie pour peupler le ciel d’élus de Dieu éternellement joyeux et admiratifs du mystère de Dieu.

Voilà, MBCF, un beau tableau, me semble-t-il, de la famille chrétienne.

Revue-Item.com

article précédent

Le « dossier » de Thiberville Touche pas à mon curé !

article suivant

La politique de Poutine par Aymeric Chauprade

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS