La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

La vie en Arabie Saoudite…

La vie en Arabie Saoudite…

publié dans flash infos le 10 septembre 2010


Sur le site « Le Salon Beige » du Mercredi 8 septembre 2010, on lit cette lettre d’une personne travaillant en Arabie Saoudite. Et on voudrait nous imposer un tel mode de vie. .. Impossible!

Lettre d’un ami
Témoignage direct et significatif, publié avec son accord

Cher Jacques,

Tu m’as demandé de te dire comment se passe ma vie et mon travail ici. Je te livre en vrac mes impressions au bout de six mois…

Pour le logement, nous sommes regroupés (parqués) dans les murs d’une sorte de campus réservé aux cadres étrangers et à leurs familles. Ce qui permet de vivre sans être vus de l’extérieur et aussi d’être en sécurité.

A Ryad, il y a une mosquée tous les 200 mètres, avec la prière cinq fois par jour. Tout s’arrête pendant la prière… et même aussi dix minutes avant son début officiel, dès l’appel du muezzin (avec quatre haut-parleurs en haut de chaque mosquée)… Finalement, sur le chantier, ceux qui font la prière s’arrêtent 25 minutes. Heureusement, les autres (essentiellement des Philippins) assurent la continuité du travail…

En ville, les magasins baissent leur rideau pendant la prière… Des policiers religieux, les « mutawas », barbus et munis de bâtons, surveillent que tout s’arrête complètement (ces « mutawas » sont des bénévoles, hyper-stricts, qui exaspèrent les jeunes et qui doivent parfois se faire protéger par la police officielle !)

Ils surveillent aussi que les femmes sont bien en tenue de « fantômes », que personne ne porte un signe ostentatoire chrétien (un camarade s’est fait retirer la croix qu’il portait), qu’un non musulman ne rentre pas dans une mosquée (c’est strictement interdit ici comme ailleurs), qu’on n’écoute pas de musique dans les voitures… Bonjour l’ambiance ! Surtout qu’il y a beaucoup d’hypocrisie derrière tout cela : je pense en particulier aux femmes qui ne sont fantômes que dehors… et à la consommation d’alcool.

Je suis étonné de voir sur le chantier avec quelle volonté de convertir certains travailleurs maghrébins extrémistes interviennent auprès de leurs camarades de chantier. Ils mettent vraiment la pression, comme s’il n’y avait pas encore assez d’Islam, de Coran et de charia. Mais si tu essaies de discuter avec eux à propos du Coran, c’est tout de suite : « stop… rien à discuter ! »

En attendant, on peut vérifier ici la loi des 80/20. Une minorité de nantis possède tout, absorbe la rente pétrolière et fait travailler tout le reste pour elle. Exemple qui m’a frappé : les jeunes filles soi-disant « au pair » sont en fait traitées à la limite de l’esclavage.

Tout est luxe et gâchis… Un copain m’a montré l’autre jour le chantier auquel il participe : la construction d’une immense résidence sur un terrain de 6 hectares (il m’a demandé de ne pas dire le nombre de mètres carrés construits… il faut le voir pour le croire !).

Avec ça, aucune vie culturelle, pas de concerts, pas de conférences. Le droit de réunion n’existe pas… A te signaler aussi le verrouillage du net : Google est bridé à 90 %. Etouffant de vivre ici…

Vous ne vous rendez pas compte en France de ce que c’est que de vivre dans un état islamique… En tout cas, tu vois ce que ça donnerait si on devenait une République franco-islamique… En attendant de se revoir…

Revue-Item.com

article précédent

« Pourquoi ils m’attaquent ». Autobiographie d’un pontificat

article suivant

Motu proprio : réflexions pour un débat

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS