La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Vacance du siège apostolique : ce que dit le droit canon [mis à jour

publié dans flash infos le 20 février 2013


Vacance du siège apostolique : ce que dit le droit canon 

Le code de droit canon prévoit deux dispositions en cas de vacance du siège pétrinien, la première en cas de décès d’un pape, la seconde en cas de renonciation. Sur la renonciation, le paragraphe 2 de l’article 332 précise : « S’il arrive que le Pontife romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit. »

En cas de vacance, voici ce que prévoit l’article 335 : « Quand le siège de Rome devient vacant ou totalement empêché, rien ne doit être innové dans le gouvernement de l’Église tout entière ; les lois spéciales portées pour ces circonstances seront alors observées. »

Le rôle du collège cardinalice

Le document de référence est la constitution Universi Dominici gregis (« Tout le troupeau du Seigneur ») signée par Jean-Paul II le 22 février 1996 et modifiée par un motu proprio de Benoît XVI en 2007, qui fixait les règles à suivre en cas de vacance du siège apostolique.

Elle précise notamment que pendant la vacance du Siège apostolique, le Collège des cardinaux n’a aucun pouvoir ni aucune juridiction sur les questions qui sont du ressort du Souverain Pontife, durant sa vie ou dans l’exercice des fonctions de sa charge et que lorsque que le Siège apostolique est vacant, le gouvernement de l’Église est confié au Collège des cardinaux seulement pour expédier les affaires courantes.

Deux cardinaux auront un rôle-clé le 28 février à 20h :

♦ le cardinal camerlingue, en l’occurrence le secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone. Son rôle sera d’expédier les affaires courantes.
♦ le doyen du sacré collège, aujourd’hui le cardinal Angelo Sodano. C’est lui qui est chargé de présider les congrégations générales préparatoires à l’élection du nouveau pape. Il devra convoquer le conclave à Rome pour élire le nouveau pape et il présidera le conclave. Mais le cardinal doyen est né en 1927 : il a donc 86 ans et ne sera pas électeur. Il devrait être remplacé par un cardinal évêque, suivant selon l’ordre protocolaire.

Revue-Item.com

article précédent

Les prêtres de la Fraternité Saint-Pie-X font bloc derrière Mgr Fellay

article suivant

Considérations sur l’acte de renonciation par Roberto de Mattei

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS