La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Voyage du pape Benoît XVI en République tchèque du 26-28 septembre 2009 (2)

Voyage du pape Benoît XVI en République tchèque du 26-28 septembre 2009 (2)

publié dans magistère de benoît XVI le 19 octobre 2009


Discours de Benoît XVI à « l´Enfant Jésus de Prague »

 

Nous publions ci-dessous le texte du discours que le pape Benoît XVI a prononcé le samedi 26 septembre, lors de sa visite à « l’Enfant Jésus de Prague », en l’église sainte Marie de la Victoire.

Messieurs les Cardinaux,

Monsieur le Maire et autorités ici présentes,
Chers frères et sœurs,
Chers enfants,
j’adresse à chacun ma cordiale salutation et j’exprime la joie de visiter dans cette Église, dédiée à Sainte Marie de la Victoire où est vénérée la statue de l’Enfant-Jésus, connue partout sous le nom de « L’Enfant-Jésus de Prague ». Je remercie Monseigneur Jan Graubner, Président de la Conférence Épiscopale, pour ses paroles de bienvenue au nom de tous les évêques. J’adresse un salut respectueux au Maire et à toutes les autres autorités civiles et religieuses, qui ont voulu être présentes à cette rencontre. Je vous salue vous, chères familles, qui êtes venues si nombreuses à ma rencontre.

L’image de l’Enfant-Jésus fait immédiatement penser au mystère de l’Incarnation, au Dieu tout-puissant qui s’est fait homme et a vécu pendant 30 ans dans l’humble famille de Nazareth, confié par la Providence à la garde pleine d’attention de Marie et de Joseph. Ma pensée va vers vos familles et vers toutes les familles du monde, à leurs joies et à leurs difficultés. Unissant la prière à notre réflexion, nous demandons à l’Enfant-Jésus le don de l’unité et de la concorde pour toutes les familles. Nous pensons spécialement aux jeunes familles qui doivent faire tant d’efforts pour assurer à leurs enfants la sécurité et un avenir digne. Nous prions pour les familles en difficulté, éprouvées par la maladie et par la souffrance, pour celles qui traversent une crise, qui sont séparées ou meurtries par la mésentente et l’infidélité. Nous les confions toutes au Saint Enfant-Jésus de Prague, sachant combien est importante leur stabilité et leur bonne entente pour le vrai progrès de la société et pour l’avenir de l’humanité.

La statue de l’Enfant-Jésus, reflet de la tendresse de son enfance, nous fait en outre percevoir la proximité de Dieu et de son amour. Nous comprenons combien nous sommes précieux à ses yeux, parce que, particulièrement grâce à Lui, nous sommes devenus à notre tour fils de Dieu. Chaque être humain est fils de Dieu et donc, chacun de nos frères est, comme tel, à accueillir et à respecter. Puisse notre société comprendre cette réalité ! Chaque personne humaine serait alors considérée non pour ce qu’elle a mais pour ce qu’elle est, puisque dans le visage de chaque être humain, sans distinction de race ni de culture, resplendit l’image de Dieu.

Cela vaut par-dessus tout pour les enfants. Dans l’Enfant-Jésus de Prague, nous contemplons la beauté de l’enfance et la préférence que le Christ-Jésus a toujours manifestée envers les plus petits, comme nous le lisons dans l’Évangile (cf Mc 10, 13-16). Combien d’enfants, au contraire, ne sont pas aimés, ni accueillis, ni respectés ! Combien sont victimes de la violence et de toutes formes d’exploitation de la part de personnes sans scrupules ! Puissent être réservés à ces petits le respect et l’attention qui leur est dû : les enfants sont l’avenir et l’espérance de l’humanité !

Je voudrai maintenant adresser une parole spéciale à vous, chers enfants, et à vos familles. Vous êtes venus nombreux à ma rencontre et je vous en remercie de grand cœur. Vous qui êtes les préférés -du cœur- de l’Enfant-Jésus, sachez rendre son amour, et, en suivant son exemple, soyez obéissants, délicats et affectueux. Apprenez à être, comme Lui, le réconfort de vos parents. Soyez de vrais amis de Jésus et recourrez toujours à Lui dans la confiance. Priez-le pour vous-mêmes, pour vos parents, pour votre famille, pour vos maitres et pour vos amis, et priez-le aussi pour moi. Je vous remercie encore pour votre accueil et je vous bénis de grand cœur, invoquant sur tous la protection de l’Enfant-Jésus, de sa Mère Immaculée et de saint Joseph.

Revue-Item.com

article précédent

Son voyage en République tchèque du 26-28 septembre 2009

article suivant

Voyage du Pape Benoît XVI en République tchèque du 26-28 septembre 2009 (3)

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS