La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Synode: Deuxième bombe de la semaine

publié dans nouvelles de chrétienté le 14 octobre 2015


(Source le blog de Jeanne Smits)


Deuxième bombe de la semaine. Selon “Die Tagespost” un mini-synode de l’ombre se tient tous les soirs à Sainte-Marthe

Après la révélation de l’existence d’une lettre cosignée par une douzaine de cardinaux inquiets de l’organisation du synode sur la famille et de la composition du groupe chargé de rédiger le rapport final, on apprend cette information ahurissante par le biais du journal allemand Die Tagespost : tous les jours, une sorte de mini-synode de l’ombre se réunit à la Maison Sainte-Marthe autour du pape pour décider de la marche à suivre pour le synode, le vrai, qui se tient à quelques pas de là. Ces réunions confidentielles réunissent, selon le quotidien allemand, quelques-uns des pères synodaux et des invités de l’extérieur.
Le site américain Rorate-Cæli propose une traduction d’extraits de l’article qui porte dans son ensemble sur les objectifs du synode et s’interroge sur la teneur des déclarations finales du pape, très attendues et que personne ne semble connaître. L’information sur les réunions en marge du synode est noyée dans le corps de l’article : il ne semble pas que le journal allemand en ait vu l’importance.
Je traduis d’après la traduction vers l’anglais de Maike Hickson, une consœur de LifeSiteNews aux articles toujours bien pesés et documentés.

« (…) Qui dit quoi, à quel point les deux fronts se heurtent l’un contre l’autre – et à ce jour, personne n’a nié l’existence de ces deux fronts – ce qui se passe réellement dans la salle du synode – ces choses n’arrivent pas jusqu’au public. (…) Ce n’est que dans les jours à venir que sera révélé combien de pères synodaux veulent quels changements dans la pratique de l’Eglise. Comme l’a dit il y a quelques jours devant les journalistes le cardinal Luis Antonio Tagle de Manille, l’un des quatre présidents délégués du synode : les trois cents évêques ne se sont pas réunis pour ne prendre aucune décision.

« L’incertitude à propos de l’issue de ces négociations sur trois semaines est rehaussée par le fait qu’à la maison d’hôtes du Vatican, Sainte Marthe, se tient une sorte de “synode de l’ombre” : le pape François se réunit avec des participants au synode et avec des invités de l’extérieur en vue de leur parler individuellement. Au bout du compte, il appartient au pape de prendre une décision sur les questions restées ouvertes et de communiquer sa décision à l’Eglise tout entière dans un texte conclusif. Mais il s’agit là, à ce jour, de la plus grande énigme qui sous-tende l’ensemble du synode. (…)

« Donc, puisque la conclusion formelle du synode est totalement ouverte, cela porte encore davantage sur la manière et les façons dont le pape exprimera ses mots de conclusion à propos du mariage et de la famille dans le monde contemporain, sur la base de ce processus synodal qui s’étend sur deux ans. Il pourra prendre beaucoup de temps, et écrire un texte post-synodal, comme cela s’est  produit lors de la plupart des synodes par le passé. Mais il peut aussi donner – d’une façon globale, et selon la forme qu’il choisira – le mot de conclusion à propos du mariage et de la famille au dernier jour de travail du synode, le 24 octobre.

« Quoi qu’il en soit, pour ce synode, le Message des pères synodaux au Peuple de Dieu a déjà été éliminé ; il n’a même pas été besoin d’élire un comité rapporteur approuvé – ce qui pointe dans cette direction : l’attention de l’Eglise universelle – et même au-delà – sera pleinement orientée vers le document final du pape. Certaines rumeurs, selon lesquelles ce document se trouve déjà tout prêt dans un tiroir, ou est à l’heure d’écrire en train d’être rédigé par un groupe de travail – ne manquent pas d’une certaine malice, car cela voudrait dire que le travail accompli dans le processus synodal toujours en cours n’aura été qu’une consultation factice. Et c’est justement le pape François qui a ouvert son pontificat avec le vœu de voir les processus synodaux devenir plus importants par rapport à la conduite de l’Eglise. »

On dira : le pape fait ce qu’il veut, et il ne lui est pas interdit de consulter des personnes compétentes. Sans doute. Mais c’est le synode qui est censé l’éclairer, et réfléchir à la réponse apportée à une question donnée – ou plusieurs.
Or on sait que le synode extraordinaire de 2014 a été manipulée par plusieurs de ceux qui sont aujourd’hui aux commandes en vue d’y inclure des questions réglées depuis longtemps ou carrément sans objet dans un synode sur la famille (les unions homosexuelles n’étant ni de près, ni de loin comparables à la famille naturelle et sacramentelle). On a le spectacle de la confusion, des changements de procédure de dernière minute, d’une « Salle de presse » qui présente une image très orientée  très partielle de ce qui se passe dans la salle du synode. On a vu les évêques polonais contraints d’effacer de leur site internet les propos saillants des intervenants de la deuxième assemblée générale du synode, la semaine dernière : le cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode, a « rappelé aux pères du synode que chacun d’eux peut publier sa propre intervention mais pas les textes des autres ». On a vu, on a vu… On a vu la balance peser presque systématiquement du côté de ceux qui veulent un changement de « pastorale » sans toucher à la doctrine. Comme si c’était possible.

Revue-Item.com

article précédent

Le Synode:Mgr Stanislas Gadecki, (Pologne) rappelle en 3 points la doctrine de l’Eglise sur la communion des divorcés remariés

article suivant

Centenaire des apparitions de fatima

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS