La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Benoît XVI à Fatima

Benoît XVI à Fatima

publié dans flash infos le 5 décembre 2009


Benoît XVI à Fatima

C’est officiel, l’épiscopat portugais l’ayant annoncé : en mai 2010 Benoît XVI viendra à Fatima. On peut par la prière l’y précéder et l’y accompagner ; on peut s’instruire si l’on ne connaît pas, ou pas bien, ce qu’en 1917 la Sainte Vierge a dit aux trois enfants de Fatima, et par la suite à Sœur Marie-Lucie du Cœur Immaculé.

 

On peut aussi rêver.

 

Il est permis d’imaginer qu’à Fatima le pape Benoît XVI pourra, à sa manière, surprendre ceux qui trouvent son œcuménisme trop timoré parce qu’il en écarte toute utopie relativiste. Il pourra très bien accomplir en direction des évêques schismatiques de l’Eglise d’Orient un acte œcuménique audacieux, inattendu, et d’une grande portée : les inviter à se joindre aux évêques de l’Eglise romaine dans une consécration solennelle de la Russie à la Sainte Vierge.

 

Notre-Dame de Fatima avait demandé que la Russie soit consacrée à son Cœur Immaculé par le Souverain Pontife en union avec les évêques, sans quoi elle répandrait ses erreurs dans le monde entier. Pie XII, puis Jean-Paul II, ont fait cette consécration mais, peut-être, en ne manifestant pas d’une manière suffisamment explicite qu’il s’agissait d’un acte : 1. de tous les évêques unis au Pape ; 2. concernant en propre la Russie. Il y avait aussi la dévotion du premier samedi du mois, qui n’a pas été prise en considération.

 

De fait, en tout cas, même après l’effondrement de la Russie soviétique, ses erreurs, clairement sous le nom communiste ou bien de manière anonyme, ont continué à se répandre dans le monde entier.

 

Le principal motif, semble-t-il, de ce que l’on a pu considérer à tort ou à raison comme une certaine réserve du Saint-Siège en ce domaine, est qu’il pouvait paraître insolent, voire d’une validité douteuse, de disposer de la Russie sans son consentement préalable.

 

L’objection tombe si les évêques de l’Eglise schismatique de Russie y sont invités et acceptent de s’y joindre.

 

Autre objection : une telle consécration ne va-t-elle pas donner outrageusement raison à ceux qui soutiennent que la vraie consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie n’a pas encore eu lieu ?

 

Point du tout.

 

Elégamment, sans l’avoir tranché, elle rendra ce débat inutile.

 

En effet, à la différence du baptême ou de la confirmation, qui ne sont administrés qu’une fois, on peut plusieurs fois faire et refaire une consécration.

 

Pourquoi serait-ce impossible à l’heure de l’œcuménisme ?

 

Ce serait beaucoup moins difficile que les pénibles discussions entre théologiens et canonistes plus compétents pour l’inventaire des dégâts historiques que pour les réparer. L’Eglise de Russie partage avec l’Eglise catholique une même ferveur dans la dévotion à la Vierge Marie. Manifester ainsi, sans aucune concession ni équivoque, une certaine union fervente entre l’Eglise de Rome et l’Eglise de Russie serait le fait d’une belle et juste audace œcuménique, dont Benoît XVI est bien capable, comme il l’a montré en d’autres domaines.

Et puis surtout, la Sainte Vierge…

JEAN MADIRAN (Présent du samedi 5 décembre 2009)

Revue-Item.com

article précédent

De la conversion du peuple juif

article suivant

L’inquiétude révélatrice des évêques suisses

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS