La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Regards vers l’Europe de l’Est

publié dans regards sur le monde le 4 août 2016


 

Les USA mécontents du rétablissement des frontières extérieures en Hongrie ?

 

Il est du devoir des patriotes français de suivre attentivement ce qui se passe à l’est.

image: http://0.gravatar.com/avatar/cdc9be8916225c6864b6c7e7cfd715c7?s=320&d=mm&r=g

Juriste

Le Visegrád Post est un nouveau magazine en ligne traitant de l’actualité des nations membres du groupe de Visegrád. Cette union de pays d’Europe centrale remonte à l’année 1335, quand les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie se réunirent dans la ville de Visegrád. Le groupe est revenu à la vie en 1991, juste après la chute du bloc soviétique. Aujourd’hui, il occupe une place importante dans la vie du continent européen, se plaçant régulièrement en contre-pouvoir des volontés berlino-bruxelloises, notamment en matière de politique migratoire.

La Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie sont en train de faire la démonstration qu’une autre Europe est peut-être possible. Une Europe soucieuse de l’identité de ses peuples, garante des libertés souveraines des nations qui la constituent et protectrice vis-à-vis des menaces extérieures, présentes et à venir. Demain, si Norbert Hofer gagne l’élection présidentielle autrichienne (la précédente a été invalidée en raison d’irrégularités), il ne sera pas exclu que le « V4 » s’élargisse pour devenir une sorte de néo-Empire austro-hongrois. Après demain, une France émancipée d’une classe politique déconnectée pourrait s’associer à ces pays pour contrer l’influence néfaste de l’Allemagne de Merkel.

Pour l’instant, je crois qu’il est du devoir des patriotes français de suivre attentivement ce qui se passe à l’Est et, pourquoi pas, de relayer les bonnes initiatives qui nous sont aussi profitables. Quand Viktor Orbán protège ses frontières, il respecte à la lettre les accords de Schengen initiaux. Plus encore : il protège les autres pays d’Europe. En avril dernier, le Premier ministre hongrois déclarait fort justement que l’Europe ne pouvait « devenir le nouveau logis de millions de nécessiteux à travers le monde ». Mieux : il le faisait aux côtés de Helmut Kohl dans une déclaration commune.

Le Magyar joint la parole aux actes. Viktor Orbán a, en effet, construit une barrière de plus de 200 kilomètres à sa frontière serbe, qui n’a pas l’air du goût des élites mondialistes, probablement désireuses de voir l’Europe sombrer dans le néant multiculturel à grande échelle. Le Visegrád Post nous apprend que Colleen Bell, ambassadrice américaine en Hongrie, et Kyle Scott, ambassadeur américain en Serbie, sont allés visiter une zone de transit à Röszke, ainsi qu’un groupe de « migrants » appuyés par des organisations non gouvernementales, actuellement en grève de la faim en Serbie.

Les « gentils » diplomates américains se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Si le sort des « migrants », souvent munis de faux papiers, les préoccupe tant, ils n’ont qu’à les inviter aux États-Unis. Nous ne leur en voudrions pas le moins du monde

En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/les-usa-mecontents-du-retablissement-des-frontieres-exterieures-en-hongrie,275553#CHaMcJ0L84iiE0vD.99

Revue-Item.com

article précédent

Imam à l’église: une grave offense à la foi et à la raison

article suivant

Saint Etienne de Rouvray: « Ouvrons les yeux ». « Comprenons les événements »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS