La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le bac! Un niveau catastrophique!

publié dans regards sur le monde le 3 juillet 2017


Bac : le témoignage d’un professeur

Les épreuves du bac sont achevées et les futurs « étudiants » sont en quête d’une université. Le débat se renouvelle tous les ans : faut-il maintenir cet examen qui est, rappelons-le, le premier grade universitaire ? A vrai dire, c’est une controverse récurrente qui n’a qu’un seul avantage : détourner l’attention de celle qui doit s’ouvrir sur le niveau catastrophique de l’enseignement secondaire dans notre pays et dont les copies du bac témoignent d’une façon accablante.

Il s’agit non pas de matières difficiles mais des simples acquis de base, notamment en français. D

ans un texte publié sur Facebook, une correctrice du bac de français – qui se fait appeler Julie – évoque le niveau des copies qui lui ont été confiées. Son message a été lu des milliers de fois, notamment par des collègues qui ont confirmé son propos ; certains les ont même trouvés en-deçà d’une réalité qui serait pire encore.

Dans ce texte, l’enseignante, qui a 55 copies du bac 2017 à corriger, se désole du niveau des élèves : « Je corrige des copies de l’écrit du bac de français pour des séries technologiques. C’est affligeant de médiocrité. Dans 90 % des cas les méthodes ne sont pas appliquées, les réponses ne sont pas trouvées, les textes ne sont pas compris, les outils d’analyse ne sont pas connus, pas utilisés, l’expression est déplorable avec beaucoup de phrases sans verbe, l’orthographe est un lointain souvenir d’une autre époque, les majuscules… un soldat inconnu. »

Le pire n’est peut-être pas là mais dans les consignes données par l’inspection d’Académie qui anime une « commission d’entente » destinée, officiellement, à harmoniser les corrections en fonction d’un barème, ce qui n’est pertinent qu’en mathématique.

En réalité, il s’agit de relever artificiellement le niveau pour faire croire que nos lycéens sont tous capables d’avoir le bac. La consigne était d’atteindre la moyenne sur l’ensemble des copies qu’elle corrige ! Elle décide alors de refuser de « cautionner » les injonctions qui lui ont été données : « Vous distribuerez vous-mêmes, en haut lieu, les notes qui arrangent votre politique » écrit l’enseignante. Elle ajoute : « Il faut le savoir, la commission d’entente exige que mon paquet de 55 copies dont certaines font 15 lignes ait 10 de moyenne. Je choisis de mettre les notes que ces malheureuses copies valent. Si je n’atteins pas ce quota, mes notes seront augmentées. Alors à quoi bon ? À quoi bon passer plus de temps sur une copie que l’élève lui-même ? À quoi bon toute l’année transmettre conseils, leçons, connaissances ? À quoi bon exiger rigueur et culture ? Et surtout comment faire comprendre que ce lynchage du niveau du bac affaiblit nos jeunes pour l’avenir ? Pour les exigences de concours et de métiers où, oui, c’est dingue non, il faut savoir écrire, raisonner et analyser. Pauvre France… Pauvre éducation…Alors je fais mon choix. Je ne joue pas. Je ne cautionne pas. Je choisis de mettre les notes que ces malheureuses copies valent. Vous distribuerez vous-mêmes, en haut lieu, les notes qui arrangent votre politique. La bienveillance n’est pas le mensonge. Votre grand leurre se fera sans moi. »

Ce n’est évidemment pas rendre service aux jeunes que de leur donner un diplôme qui non seulement ne vaut plus grand-chose mais, en plus, leur faire croire que ce qu’ils écrivent vaut au moins dix alors que cela ne mérite que 2. Ils seront étonnés quand, eu égard à leur orthographe et à la façon dont ils s’expriment, ils n’auront pas l’emploi qu’ils convoitent ! Ce ne sont pas des fautes occasionnelles comme nous pouvons tous en faire, mais des carences portant sur les fondements de l’orthographe, de la grammaire, de la conjugaison. L’usage des SMS, en écriture phonétique n’a rien arrangé.

S’ils s’inscrivent à l’université, comme leur diplôme leur en ouvre le droit, ils feront partie de ces 60% d’étudiants qui, échouant dès la première année, se pressent en rangs serrés dans les files d’attente de Pôle emploi.

Cette situation ouvre aussi d’intéressantes perspectives commerciales à des sociétés qui se sont spécialisées dans la remise à niveau orthographique des salariés. Des employeurs voyant un nombre toujours plus important de membres de leur personnel qui ne maîtrisent pas l’orthographe leur font suivre des cours. Il n’est évidemment pas normal que ce soient les entreprises qui pallient les insuffisances d’une Education nationale qui les camoufle en falsifiant les vraies notes que les candidats bacheliers ont obtenues.

Il paraît que le nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est un homme compétent qui veut en finir avec le « pédagogisme » des prétendus spécialistes qui règnent sur la rue de Grenelle depuis des décennies, sous la droite comme sous la gauche. Il est vrai que ses premières décisions sont plutôt encourageantes puisqu’il a pris le contrepied de son prédécesseur la calamiteuse Najat Vallaud-Belkacem. Il est revenu sur l’interdiction du redoublement, réexaminé les rythmes scolaires, réintroduit un enseignement du latin à part entière et les classes bilingues. Pourvu que ça dure et que les syndicats n’aient pas sa peau, comme ce fut le cas de Claude Allègre qui avant lui a voulu s’attaquer au « mammouth » et aux vaches sacrées de la pédagogie dite « moderne » !

(Source Le Bulletin d’André Noël).

Revue-Item.com

article précédent

Le Comité consultatif d’éthique (CCNE) vient de se prononcer sur la PMA: finalement favorable Sur vos gardes!

article suivant

Simone Veil: un de produndis, suivi d’un belle article de Jean Marie Le Méné, président de la fondation Lejeune un communiqué de Jeanne Smits

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS