La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Service national universel

publié dans regards sur le monde le 11 juillet 2019


Service national universel : pratique ou signe religieux formellement exclus

Respect des différences et effacement des différences…

La contradiction est totale et insoluble. Le Service national universel récemment mis en place, est aussi un nouveau coup porté à la libre expression religieuse au nom d’une laïcité qui se montre, une fois de plus, n’être rien d’autre qu’un laïcisme obtus.

Aujourd’hui, ils sont volontaires, demain, ils seront appelés. Des milliers de jeunes participent actuellement à la phase pilote du Service National Universel (SNU), lancé par le Secrétaire d’État Gabriel Attal le 19 juin dernier. Parmi eux, des croyants, des pratiquants, des agnostiques : tous seront initiés aux fondamentaux républicains dans un « esprit de solidarité ». Et si ces jeunes sont pour la plupart enthousiastes de découvrir les activités prévues, certains désirent poursuivre l’exercice de leur liberté de culte, même dans ce cadre nouveau. Un cadre qui tend vers l’effacement de la différence, à travers l’uniforme obligatoire et une mixité dans les internats.

A 16 ans, la compréhension de la laïcité reste délicate. Sa gestion par les organisateurs l’est aussi, oscillant entre une obligation de neutralité et le respect de la liberté de culte. Explication à travers quelques exemples concrets.

Une croix qui dépasse de la chemise ou un voile sur les cheveux pourront-ils être tolérés par les animateurs du SNU ? L’Observatoire de la laïcité a été sollicité pour consultation en janvier 2019 pour répondre à cette question. L’organisme a alors publié un rapport suggérant des mesures concrètes pour s’assurer de la laïcité pendant le SNU. En particulier, la question du port de signes religieux avait provoqué une polémique – Jean-Michel Blanquer y étant fermement opposé. Plusieurs mois plus tard, une source du ministère de l’Education nationale précise que « le principe de laïcité s’applique aussi bien aux encadrants qu’aux jeunes : il est donc interdit d’afficher des signes religieux, à l’exception des espaces privés – les chambres. » Les règles varient selon les plages horaires, selon si le jeune participe à des activités de groupe, ou s’il est en temps de repos.

De son côté, l’Observatoire avait expliqué que malgré le volet pédagogique du projet, le statut des appelés restait ambigu. Ceux-ci seraient présents en leur qualité de citoyens, et non d’élèves : le cadre juridique n’est alors pas celui de l’Education nationale, puisque de nombreux appelés sont issus d’écoles privées, ou sont même déscolarisés. Dans cette perspective, la loi de 2004, restreignant le port des signes religieux dans l’enseignement secondaire, ne leur est théoriquement pas opposable. « Ce n’est pas un avis, mais un simple rappel du droit aujourd’hui applicable » précise Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, avant d’ajouter : « le gouvernement pourra adopter de nouveaux textes sur le sujet, puisque le SNU n’est actuellement que dans sa phase d’expérimentation. » […]

Aller à la messe ne sera pas, non plus, possible. « Pour préserver la cohésion, et respecter l’engagement qu’ils ont pris, les sorties du site ne seront pas autorisées pendant ces deux semaines », indique notre source au ministère [notez : pas de messe dans les établissements et interdiction aux jeunes catholiques d’en sortir le dimanche pour se rendre à la messe !] Le SNU actuel est conforme à ce qu’a préconisé l’Observatoire – c’est à dire de mettre à disposition une salle pour la pratique religieuse. Cette salle prend la forme d’un espace commun et interconvictionnel, permettant le recueillement personnel de chacun, qu’il soit religieux ou non. « Normalement, il y aura un lieu de ce genre dans chaque centre, mais cela dépendra en fonction des besoins au cas par cas », précise un proche du ministère. Ainsi, un catholique pourra se mettre dans un coin de cette salle pour prier, avec d’un côté d’un musulman se livrant à son culte, et de l’autre, un jeune simplement venu réfléchir. Or Marc Guidoni, formateur expert du Plan Valeurs de la République et Laïcité, s’inquiète : « le culte, ce n’est pas la méditation individuelle dans un espace commun. C’est une réunion, un moment où l’on se rencontre, avec une pratique collective des rites. » La salle interconvictionnelle, bien qu’étant une solution de compensation, n’est donc pas compatible avec la possibilité de pratiquer le culte de manière collective […]

Source : La Vie, 24 juin 2019.

Revue-Item.com

article précédent

en Pologne

article suivant

Synode sur l’Amazonie. Une situation gravissime pour l’Eglise

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription. Cliquez ici.