La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le Père Jehan rencontre Mgr Pozzo, le 11 août 2009

Le Père Jehan rencontre Mgr Pozzo, le 11 août 2009

publié dans nouvelles de chrétienté le 24 février 2010


Les bénédictins de l’Immaculée, fondation récente du Père Jehan en Italie, le premier moine  à Bédouin, au tout début de la fondation de Dom Gérard, viennent de publier un résumé de l’entretien qu’ils ont eu,  tout récemment, le Mardi 11 août 2009, avec Mgr Pozzo, le nouveau secrétaire de la Commission Ecclesia Dei. Ils ont abordé essentiellement deux sujets : le Motu Proprio de Benoït XVI  Sommorum Pontificum, son interprétaion concernant l’usage du rite extraordinaire et ordinaire de la messe romaine; puis le Concile Vatican II et son interprétation. Nous étions à quelques semaines du début des discussions théologiques entre Rome et la FSSPX.

Je commenterai ce texte dans les prochains « Regards sur le monde »

Mais prenons connaissance , sans plus de retard,  du résumé de l’entretien que nous rapporte le Père Jehan. Je n’ai pas lieu de douter de l’exactitude de ses propos.

 

Visite à Mgr Guido Pozzo

 

« Quelques jours après notre retraite annuelle, un autre événement — important pour nous et pour les communautés traditionnelles —, fut notre visite au nouveau secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, Mgr Pozzo, alors qu’il venait à peine de s’installer dans ses nouvelles fonctions.
Avec le frère Ansgar Santogrossi et le frère Toussaint, nous avons été reçus, le mardi 11 août, de manière on ne peut plus aimable.

 

Nous avons évoqué simplement et de façon directe notre situation à Villatalla et l’accueil de Mgr Oliveri dans le respect de notre droit propre, lequel prévoit l’usage exclusif du rite traditionnel de la messe.

 

Puis nous avons abordé le sujet de la réception des documents conciliaires en vue des discussions imminentes qui allaient avoir lieu entre le Vatican et la fraternité sacerdotale Saint-Pie X.

 

Voici un résumé de cet entretien qui manifeste une ouverture et un pas en avant vers la reconnaissance des valeurs que défend tout le mouvement traditionnel, même si nous ne partageons pas toutes ses affirmations.

 

Mgr Pozzo a tenu à dire que selon la lettre accompagnant le motu proprio Summorum Pontificum, le rite romain existe dans deux formes et qu’aucun prêtre “ne peut refuser en principe de célébrer selon l’une ou l’autre forme”.

 

Concrètement, cela implique, pour lui, que si un prêtre, célébrant normalement selon la forme extraordinaire, se trouvait dans une situation de nécessité pastorale dans laquelle l’autorité compétente exige une célébration selon la forme ordinaire, il devrait accepter de le faire.

 

Mgr Pozzo a cependant écouté l’opinion que Mgr Stankiewicz, doyen du tribunal de la Rote, avait exprimée au père Jehan après avoir lu attentivement les constitutions du Barroux, et selon laquelle un moine-prêtre du Barroux n’a pas le droit de célébrer selon le Novus Ordo Missae, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du monastère. Ainsi l’obligation de célébrer selon l’ancien rite serait un droit-devoir particulier qui s’applique aux moines du Barroux, et cela est vrai où qu’ils se trouvent.

 

Mgr Pozzo a dit qu’il connaissait Mgr Stankiewicz. Pour sa part, il ajouta que, même si la lettre pontificale accompagnant Summorum Pontificum précise que les prêtres célébrant l’ancien rite ne peuvent pas refuser par principe la célébration du nouveau, cela laisse ouverte néanmoins la possibilité d’un droit propre pour certaines sociétés dont les membres célébreraient selon l’ancien rite exclusivement. »

 

2. En ce qui concerne le Concile Vatican II, pour Mgr Pozzo, le problème n’est pas tant dans les textes que dans leur interprétation et application abusives, selon le fameux «esprit du Concile». Mais, après tant et tant d’années de quasi-monopole d’expression publique dans les médias et dans l’Église, il est maintenant très difficile de séparer cet «esprit du Concile» des textes eux-mêmes. Il faut donc faire comprendre cette distinction à la FSSPX (fraternité sacerdotale Saint-Pie X) et, ainsi, ses membres pourront accepter les textes du Concile.
Quand il lui a été répondu que la FSSPX connaissait bien ce discours et persistait à soutenir qu’il y a des problèmes graves dans les textes mêmes du Concile, Mgr Pozzo a modifié sa position:

 

Il est vrai, a-t-il ajouté, qu’il y a bien des passages mal formulés et peu clairs dans ces textes. Ceci est dû au fait que les pères conciliaires voulaient éviter le langage théologique classique, pour parler d’une façon “plus accessible aux hommes de l’époque”. Cela a pu entraîner des ambiguïtés, mais cela ne signifie pas une intention de nier ou changer la doctrine catholique traditionnelle.

 

Au contraire, les pères considéraient que la doctrine catholique était une chose acquise. Il s’agissait seulement de modifier la manière de s’exprimer pour des raisons pastorales.

 

Dans cette optique, il est donc légitime de critiquer les passages qui ne sont pas très clairs du point de vue de la doctrine telle qu’elle a été enseignée auparavant. Mais il ne faut pas leur imputer une signification hétérodoxe, car il n’y avait aucune intention de changer la doctrine traditionnelle.

 

Selon une saine herméneutique, il faut comprendre les quelques passages de Vatican II faisant difficulté dans un sens qui ne contredit pas le Magistère constant antérieur, car c’est le même Magistère qui enseigne à toutes les époques.

 

— Il faut donc distinguer dans les documents, et dans chaque document, les réaffirmations du dogme et de la foi traditionnelle, les propositions enseignées comme doctrine du Magistère authentique des exhortations, des directives, et finalement des opinions et des explications théologiques que le Concile a proposées sans aucune prétention de lier (pretesa di vincolare) la conscience catholique. On ne doit donc pas imposer aux catholiques l’acceptation pure et simple d’opinions que le Concile lui-même n’a pas imposées avec la prétention d’exiger l’assentiment intellectuel.

 

À cet égard il serait utile de faire usage des notes théologiques que la théologie et le Magistère ont forgées au cours des siècles. Malheureusement, même des évêques aujourd’hui ne sont pas capables de faire de telles nuances dans les documents de l’Église.

Revue-Item.com

article précédent

De la volonté politique pure

article suivant

Le docteur DOR reçu par le mouvement de jeunes « Civitas »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS