La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Prends ton grabat !

publié dans la doctrine catholique le 19 octobre 2011


Sur le Blog de M l’abbé de Tanoüarn, belle méditation sur la gérison du paralytique:

mardi 18 octobre 2011
Prends ton grabat !
par l’abbé Guillaume de Tanoüarn

Nous connaissons bien ce miracle, raconté au neuvième chapitre de saint Matthieu : la guérison du paralytique.

Nous savons que cette guérison physique figure et manifeste ou démontre une autre guérison : la guérison spirituelle. « Pour que vous sachiez que le Fils de l’Homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés, alors il dit au paralytique : Lève-toi, prends ton grabat et va dans ta maison ». Il venait de lui déclarer : « tes péchés sont pardonnés ». Mais, en dehors de Dieu, qui peut savoir si les péchés de l’homme sont pardonnés ? Jésus manifeste son pouvoir surhumain, son pouvoir sur la maladie des corps pour mieux montrer son pouvoir sur la maladie des âmes, qui est le péché.

Ce pouvoir est spirituel ? Il est surnaturel ? N’empêche : il se manifeste « sur la terre » ; c’est « le Fils de l’Homme » qui le détient. Bientôt d’ailleurs il le transmettra à ses apôtres. Comment ? Le premier jour, après sa résurrection – c’était le soir – il leur dit, en soufflant sur eux : « recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à ceux à qui vous les pardonnerez. Ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez » (Jean, 21).

C’est ce Pouvoir sacré que nous pouvons contempler, dans le grec du texte originel : ex-ousia, ce qui dépasse la substance. Où entend-on parler de ce pouvoir ? A la fin du Prologue de l’Evangile de saint Jean, que vous écoutez à chaque messe. Saint Jean s’exprime ainsi : « A tous ceux qui l’ont reçu, le Verbe a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ». tel est le pouvoir fondamental, le pouvoir universel, le mieux partagé de nos pouvoir : devenir enfants de Dieu. C’est un pouvoir qui ne vient pas de nous, qui ne vient pas de notre nature. Cette vie nouvelle est étrangère à notre sol comme dit Jean Chrysostome. C’est un élan, c’est un souffle qui nous est donné.

Il me semble que ce pouvoir nouveau, dans cette scène de Capharnaum, il est aussi conféré comme une force physique de surcroît : « prends ton grabat ». D’emblée Jésus invite le paralytique, jusque là dépendant de ses amis et de ses relations, à se prendre en charge lui-même, à prendre en charge ses propres capacités pour faire le Bien, à prendre en charge son entretien personnel, son lit, sa vie telle qu’elle se présente.

Prends ton grabat ! Jette tes soucis dans le Seigneur et lui-même te nourrira.
Prends ton grabat ! Exerce cette liberté que tu as reçue de Dieu, exerce la comme quelque chose dont tu es responsable.

Prends ton grabat ! Assume ton passé, les mauvaises habitudes dont tu peines à te débarrasser, les étroitesses de ton esprit, les manques de générosité de ton cœur. Manifeste ta force. Montre que tu as reçu la grâce de Dieu comme une puissance (potestas dit le texte latin pour traduire l’exousia grec). Montre que ta volonté est formée et que tu es prêt à tout emporter. Montre quelle force nouvelle te remplit.

Mais au fait, quelle est cette force nouvelle dans le paralytique, quelle est cette énergie à laquelle Jésus fait appel ? La volonté. La grâce. Une seule et même énergie. Quiconque s’est laissé guérir par le Christ possède, comme marque indubitable de sa guérison, on pourrait presque dire comme signe d’élection, une volonté ardente et qui ne demande qu’à servir. Il lui faut juste accepter de « prendre son grabat ». Ne l’oublions pas aux pieds du Christ. Le porter jusqu’à notre Maison, c’est se donner l’occasion de montrer que la Puissance par laquelle nous avons été guérie et pardonnée par un autre que nous se manifeste aussi en nous et pour nous.

J’aime beaucoup ce verset du Psaume qui définit la puissance de l’enfant de Dieu : « Agis avec virilité et ton cœur sera converti ». Agis d’abord pour que se manifeste la force de ton cœur.

Revue-Item.com

article précédent

Saint-Siège-FSSPX : une occasion historique d’extrême conséquence

article suivant

Présentation de la journée à Assise: ça commence mal…

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS