La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Paroles de Mgr Lefebvre du 7 juin 1979 devant les séminaristes d’Econe

publié dans regards sur le monde le 11 février 2013


En réponse à une certaine déclaration récente de « prêtres » dissidents de la FSSPX

 

« Le jour où l’on a une église comme celle de Saint-Nicolas du Chardonnet, voyez se précipiter les foules dans Saint-Nicolas du Chardonnet. Imaginez que demain le pape demande aux évêques de nous donner des lieux de culte, de nous donner des églises et que nous ayons Saint-Nicolas du Chardonnet dix fois, vingt fois, trente fois en France, et puis en Allemagne, et puis en Suisse et puis partout… Imaginez la différence, voyez ce que ça ferait ! Ce serait énorme, formidable. Ce ne serait peut-être pas toutes des paroisses comme celles de Saint-Nicolas du Chardonnet, aussi nombreuse, aussi fervente, mais enfin il y aurait cela, des paroisses-témoins dans tous les endroits de la France, dans tout le monde entier il y aurait des paroisses-témoins de la Messe de toujours. Ce serait la renaissance de l’Eglise, c’est sûr. Et après Rome serait obligée de constater les faits. Déjà maintenant ils sont effrayés par cette prolifération des groupes traditionalistes et de ces Messes qui se disent un peu partout. Ils sont effrayés, ils voient bien qu’ils ne peuvent pas arriver à en sortir. Ils ont cru pouvoir en sortir, ils n’en sortent pas. Imaginez s’il y avait seulement un feu vert alors à ce moment-là le Bon Dieu permettrait que le triomphe de sa Messe soit le triomphe du renouveau de l’Eglise aussi et que Rome soit obligée de s’incliner. Nous aurions atteint le but que nous souhaitons : que Rome s’incline une fois devant la vérité et devant la sainteté de la Messe, devant la Tradition. Si le Bon Dieu le veut, Il le fera. Si le Bon Dieu veut que nous souffrions encore, nous souffrirons. Mais je pense que le moyen d’arriver au triomphe de la Messe, ce n’est pas la rupture avec Rome, ce n’est pas de dire qu’il n’y a plus rien à Rome, que nous n’avons plus à remettre le pied à Rome, que nous n’avons plus à discuter, nous n’avons qu’à nous enfermer sur nous, sur notre Messe, sur nos petits groupes et c’est tout. Ça, je suis persuadé que ce n’est absolument pas la volonté de Notre-Seigneur, ce n’est pas l’apostolat, ce n’est pas apostolique, ce n’est pas bien et ce n’est pas ce que le Bon Dieu demande de nous. »

Le Motu Proprio de Benoît XVI, du 7 juillet 2007, affirmant en vérité le droit de la messe « tridentine » dans l’Eglise  et permettant à tout prêtre de la célébrer,  ne correspond-il pas à ce que Mgr Lefebvre espérait de toute sa foi et qu’il exprimait devant les séminaristes d’Ecône, le 7 juin 1979?

Revue-Item.com

article précédent

Ballon d’essai

article suivant

Benoît XVI se démet de ses fonctions, à partir du 28 février 2013

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS