La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le Pape François et la FSSPX: un accord?

publié dans regards sur le monde le 27 février 2014


Seul Nixon peut aller en Chine.

(Source Metablog du 26 février 2014)
Patrick Archbold est un contributeur régulier du National Catholic Register. C’est sur ce très important blog catholique conservateur américain qu’il a publié un billet (Pope Francis and the SSPX: An Opportunity – Le pape François et la FSSPX : une opportunité). Son texte a déplu aux responsables de NCR, et il faut aller sur Minority Reports pour le trouver, ou sur Rorate Caeli qui en reprend la plus grande part, avec des commentaires. Pour ceux d’entre vous qui ne savent pas assez d’anglais, voilà à grosses mailles de quoi il s’agit :

Le pape François a rappelé à des protestants que c’est le péché qui nous sépare, ainsi qu’une longue suite d’incompréhensions mutuelles. Le pape Benoît disait déjà que les divisions viennent d’un manque d’effort d’unité, et qu’aux moments critiques de Son histoire, les responsables de l’Eglise n’en avaient «pas fait assez» pour éviter la division ou la guérir. 

A notre époque par exemple, la rupture des contacts avec Rome accentue la marginalisation de la FSSPX. Bien sûr certains de ses leaders ont été durs et peu respectueux. Il n’en reste pas moins que François est le pape le plus à même d’opérer une réconciliation, de par son vrai souci d’unité des chrétiens. 

L’Eglise devrait se montrer généreuse, sans insister sur une «adhésion dogmatique à l’interprétation d’un concile non-dogmatique». Il y a bien sûr des divergences mais elles doivent être traitées fraternellement, au sein de la même maison, et non devant une porte cadenassée. 

François est suffisamment attaché au Concile de Vatican II pour que son geste puisse être interprété comme autre chose que de la pure générosité. Tel n’aurait pas forcément été le cas sous le pontificat précédent. 

C’est cette générosité qui est la norme dans l’Eglise, et on ne demande pas à d’autres, qui la rejoignent, de «signer un exemplaire de Pascendi Dominici Gregis». Que l’Eglise ait cette même générosité envers la FSSPX, qui professe une doctrine qui, il y a 50 ans encore, était communément acceptée. 

Cette générosité porterait des fruits, et le gros du travail a déjà été fait par le pape Benoît, il n’y a plus qu’à leur donner un statut canonique. Le Saint Père, par cette offre généreuse, peut éviter un division qui irait croissante, et faire qu’aucun de ses successeurs n’ait à regretter: «si seulement nous avions fait plus».

Et Rorate Coaeli de commenter «Nixon goes to China», métaphore historique que les Américains utilisent pour dire que certaines décisions ne peuvent être prises que par un homme à la réputation assez établie dans son camp pour ne pas être suspecté de mauvaise manœuvre. Autrement dit, et dans le cas présent: que François est assez «à gauche» pour qu’une réintégration de tous les traditionalistes soit acceptée par les épiscopats et les opinions, sans qu’ils y voient la manip d’un krypto-intégriste faisant rentrer ses copains par la porte de derrière.
Cette façon de voir les choses me plait. (PA)
————————————–
Voici le texte anglais, Vous en trouverez la traduction à la suite.

Please find the original NCR story below.

. . .

 

Pope Francis and the SSPX: An Opportunity
By PATRICK ARCHBOLD
By now, many of you have probably seen the Tony Palmer video last week that was so exciting to many.
At a Protestant conference, Tony Palmer, an Anglican priest, brought along an iPhone video of greeting from Pope Francis. The subject of the presentation and of the Pope’s recording was unity of Christians.
In his remarks, Pope Francis made the following statements to our separated brethren regarding the separation: “Separated because, it’s sin that has separated us, all our sins. The misunderstandings throughout history. It has been a long road of sins that we all shared in. Who is to blame? We all share the blame. We have all sinned. There is only one blameless, the Lord.”
It is certainly true. Regardless of the truth of Catholic doctrine, the Church has accepted its share of the blame for the misunderstanding that were allowed to deepen and harden, leading to centuries of separation.
When I heard this, something else written by Pope Francis’ predecessor came immediately to mind. In 2007, along with the issuance of the “motu proprio” Summorum Pontificum, Pope Benedict XVI issued a letter explaining his reasoning. In that letter, he made the following statement.
Looking back over the past, to the divisions which in the course of the centuries have rent the body of Christ, one continually has the impression that, at critical moments when divisions were coming about, not enough was done by the Church’s leaders to maintain or regain reconciliation and unity. One has the impression that omissions on the part of the Church have had their share of blame for the fact that these divisions were able to harden. This glance at the past imposes an obligation on us today: to make every effort to unable for all those who truly desire unity to remain in that unity or to attain it anew. I think of a sentence in the Second Letter to the Corinthians, where Paul writes: “Our mouth is open to you, Corinthians; our heart is wide. You are not restricted by us, but you are restricted in your own affections. In return … widen your hearts also!” (2 Corinthians 6:11-13). Paul was certainly speaking in another context, but his exhortation can and must touch us too, precisely on this subject. Let us generously open our hearts and make room for everything that the faith itself allows.
It strikes me that this may be one of those critical moments in history to which His Holiness refers.
With the breakdown of discussion between the Holy See and the Society of St. Pius X at the end of the previous pontificate, the public mood during this first year of the current pontificate, and other internal events, traditional Catholics, both inside and outside the Church, have felt increasingly marginalized. Whether fair or true, I say without fear of contradiction that this is a prevailing sentiment.
This perception of marginalization has manifested itself in increasingly strident and frankly disrespectful rhetoric on the part of some traditionalists and their leaders.
I have great concern that without the all the generosity that faith allows by the leaders of the Church, that this separation, this wound on the Church, will become permanent. In fact, without such generosity, I fully expect it. Such permanent separation and feeling of marginalization will likely separate more souls than just those currently associated with the SSPX.
I have also come to believe that Pope Francis’ is exactly the right Pope to do it. In his address to the evangelicals, he makes clear his real concern for unity.
So here is what I am asking. I ask the Pope to apply that wide generosity to the SSPX and to normalize relations and their standing within the Church. I am asking the Pope to do this even without the total agreement on the Second Vatican Council. Whatever their disagreements, surely this can be worked out over time with the SSPX firmly implanted in the Church. I think that the Church needs to be more generous toward unity than to insist upon dogmatic adherence to the interpretation of a non-dogmatic council. The issues are real, but they must be worked out with our brothers at home and not with a locked door.
Further, Pope Francis’ commitment to the aims of the Second Vatican Council is unquestioned. Were he to be generous in such a way, nobody would ever interpret it to be a rejection of the Council. How could it be? This perception may not have been the case in the last pontificate. Pope Francis is uniquely suited to this magnanimous moment.
I believe this generosity is warranted and standard practice in the Church. We do not insist on religious orders that may have strayed even further in the other direction sign a copy of Pascendi Dominici Gregis before they can be called Catholic again. So please let us not insist on the corollary for the SSPX. Must we insist on more for a group that doctrinally would not have raised an eyebrow a mere fifty years ago? I pray not.
Give them canonical status and organizational structure that will protect them. Bring them home, for their sake and the sake of countless other souls. I truly believe that such generosity will be repaid seven-fold. Pope Benedict has done so much of the heavy lifting already, all that is required is just a little more.
Please Holy Father, let us not let this moment pass and this rift grow into a chasm. Make this generous offer and save the Church from further division. Do this so that none of your successors will ever say, “If only we had done more.”
-Traduction fraançaise sur le site Riposte Catholique:

[Patrick Archbold - Creative Minority Report] Le pape François et la FSSPX: une opportunité

SOURCE – Patrick Archbold – Creative Minority Report - version française par Notions Romaines – 25 février 2014


À cette heure-ci, probablement que plusieurs d’entre vous avez vu la vidéo de Tony Palmer la semaine dernière qui était si excitante pour plusieurs.

 
Lors d’une conférence protestante, Tony Palmer, un prêtre anglican, a présenté de son iPhone une vidéo de salutations du Pape François. Le sujet de la présentation et de l’enregistrement du Pape François était l’unité des chrétiens. 
 
Dans ses remarques, le Pape François fit la déclaration suivante à nos frères séparés concernant la séparation: «Séparés parce que, c’est le péché qui nous a séparé, tous nos péchés. Les malentendus à travers l’Histoire. C’est une longue route jonchées de péchés que nous partageons tous. Qui est à blâmer? Nous partageons tous le blâme. Nous avons tous péchés. Il n’y a qu’un seul qui est sans blâme, le Seigneur.»
 
Cela est certainement vrai. Indépendamment de la vérité de la doctrine catholique, l’Église a accepté sa part du blâme pour l’incompréhension dont on permit l’intensification et l’endurcissement menant à des siècles de séparation.
 
Quand j’entendis cela, une pièce écrite par le prédécesseur du Pape François me vint à l’esprit. En 2007, en parallèle à la promulgation du Motu proprio Summorum Pontificum, le Pape Benoît XVI publia une lettre expliquant son raisonnement. Dans cette lettre, il fit la déclaration suivante:

«En regardant le passé, les divisions qui ont lacéré le corps du Christ au cours des siècles, on a continuellement l’impression qu’aux moments critiques où la division commençait à naître, les responsables de l’Eglise n’ont pas fait suffisamment pour conserver ou conquérir la réconciliation et l’unité; on a l’impression que les omissions dans l’Eglise ont eu leur part de culpabilité dans le fait que ces divisions aient réussi à se consolider. Ce regard vers le passé nous impose aujourd’hui une obligation: faire tous les efforts afin que tous ceux qui désirent réellement l’unité aient la possibilité de rester dans cette unité ou de la retrouver à nouveau. Il me vient à l’esprit une phrase de la seconde épître aux Corinthiens, où Saint Paul écrit: « Nous vous avons parlé en toute liberté, Corinthiens; notre cœur s’est grand ouvert. Vous n’êtes pas à l’étroit chez nous; c’est dans vos cœurs que vous êtes à l’étroit. Payez-nous donc de retour; … ouvrez tout grand votre cœur, vous aussi ! » (2 Co 6,11-13). Paul le dit évidemment dans un autre contexte, mais son invitation peut et doit aussi nous toucher, précisément sur ce thème. Ouvrons généreusement notre cœur et laissons entrer tout ce à quoi la foi elle-même fait place.»

Je suis frappé par le fait que ce moment auquel réfère Sa Sainteté pourrait bien être un de ces moments critiques dans l’Histoire.
 
Avec la rupture des discussions entre le Saint-Siège et la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) à la fin du pontificat précédent, l’humeur du public durant la première année du pontificat actuel et d’autres événements internes, les catholiques traditionnels, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église, se sont sentis de plus en plus marginalisés. Que cela soit juste ou vrai, je dis et ce sans crainte de contradiction, que c’est le sentiment prédominant.
 
La perception de marginalisation s’est manifestée à travers une rhétorique stridente et franchement irrespectueuse de la part de certains traditionalistes et de leurs leaders.
 
Je crains que, sans toute la générosité à laquelle la foi fait place de la part des leaders de l’Église, cette séparation, cette blessure au sein de l’Église, deviendra permanente. En fait, sans une telle générosité, c’est avec certitude que je m’y attends. Une telle séparation permanente et marginalisation sépareront sûrement beaucoup plus d’âmes que celles qui sont déjà associées avec la FSSPX.
 
J’en suis aussi venu à la conviction que le Pape François est le bon pape pour régler la question. Dans son discours aux évangéliques, il a mis au clair son souci pour l’unité.
 
Alors voici ce que je demande. Je demande au Pape d’appliquer cette large générosité à la FSSPX et de normaliser les relations et leur statut canonique au sein de l’Église. Je demande au Pape de faire cela même sans un accord complet sur la question du concile de Vatican II. Peu importe leurs désaccords, nous pouvons sûrement arriver, au fil du temps, à une entente avec la FSSPX en ayant celle-ci fermement implantée dans le sein de l’Église. Je pense que l’Église a besoin d’être plus généreuse envers l’unité plutôt qu’insister sur une adhérence dogmatique à l’interprétation d’un concile non-dogmatique. Les problèmes sont réels, mais ils doivent être réglés à la maison et non pas avec la porte barrée à clé.
 
De plus, l’engagement du Pape François envers les objectifs du concile de Vatican II est hors de tout doute. S’il était aussi généreux envers la FSSPX, personne ne pourrait interpréter cela comme un rejet du Concile. Comment le pourrait-on? Cette perception n’aurait peut-être pas été le cas lors du dernier pontificat. Le Pape François est particulièrement bien qualifié pour ce moment de magnanimité.
 
Je crois que cette générosité est justifiée et est une pratique normale de l’Église. Nous n’insistons pas pour que des ordres religieux qui se sont écartés encore plus loin dans l’autre direction de signer une copie de Pascendi Dominici Gregis avant qu’ils ne soient de nouveau appelés catholiques. Alors, s’il vous plait, n’insistons pas pour le corollaire pour la FSSPX. Devons-nous insister sur plus encore pour un groupe dont la doctrine n’aurait soulevé aucun problème il y a encore de cela cinquante ans? Ma prière est que non.
 
Donnez-leur un statut canonique et une structure organisationnelle qui les protégera. Ramenez-les à la maison, par égard à eux et à d’innombrable âmes. J’ai la ferme conviction qu’une telle générosité sera repayée au septuple. Le Pape Benoît XVI a déjà accompli tant de dur labeur, tout ce qui requis est juste un petit effort de plus.
 
Je vous en prie, Saint-Père, ne laissez pas ce moment passer et cette division devenir un gouffre. Faîtes cette généreuse offre et prévenez davantage de division au sein de l’Église. Faîtes ceci pour qu’aucun de vos successeurs ne puissent dire: «si seulement nous avions fait plus.»

Revue-Item.com

article précédent

Lettre du Pape aux familles

article suivant

Les deux synodes, le vrai et celui des médias!

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS