La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le retour à Rome de 400 000 anglicans provoque la Colère d’Hans Küng

Le retour à Rome de 400 000 anglicans provoque la Colère d’Hans Küng

publié dans flash infos le 17 novembre 2009


 

 Normalement, tout le monde devrait se réjouir dans l’Eglise catholique du ralliement de plus de 400.000 anglicans, dont 14 évêques, à Rome, renouant avec la religion de leurs pères que ceux-ci avaient quittée au XVIème siècle pour des raisons bassement politiques et tenant à l’immoralité d’Henri VIII. Ces nouveaux catholiques n’ont pas marchandé leur retour :

dans un document, ils confessent tout ce qui se trouve dans le catéchisme de l’Eglise catholique et reconnaissent dans le Pape le successeur de Pierre, sa primauté et son infaillibilité. Les ministres anglicans mariés auront le statut que les prêtres orientaux ont toujours eu dans l’Eglise grecque-catholique ou les Uniates en Russie, tandis que les évêques mariés redeviendront simples prêtres.

 

Mais au lieu de se réjouir du retour de ces enfants prodigues, celui-ci est accueilli, au mieux, avec une expression pincée, au pire, avec hostilité voire même violence, par ceux qui se réclament d’une hypothétique « Eglise conciliaire ».

 

C’est que ces fidèles de la communion anglicane reviennent d’abord à Rome parce qu’ils refusent l’ordination des femmes, celle des homosexuels, et d’autres initiatives aussi étrangères à la tradition chrétienne qu’à la morale. Or, c’est précisément l’adoption de ces « nouveautés » que l’aile « progressiste » de l’Eglise exige du pape pour que les catholiques s’ouvrent enfin au « monde d’aujourd’hui » !

 

Le plus furieux – le mot n’est pas trop fort – n’est autre qu’Hans Küng, un théologien qui fut autrefois l’ami de Joseph Ratzinger quand ils enseignaient tous les deux à Tübingen. Au point de fulminer une excommunication contre le pape. Car pour Küng, cette décision est en effet « un vrai drame » ! Pas moins ! Il continue : « Après avoir heurté de front les juifs, les musulmans, les protestants et les catholiques réformistes, voilà que le pape Benoît XVI s’en prend maintenant aux anglicans », explique-t-il, considérant le geste du pape comme « un changement de cap dramatique ».

« Finie l’époque de l’oecuménisme fondé sur un dialogue d’égal à égal et une recherche de compréhension authentique ! », regrette-t-il, dénonçant un « débauchage des prêtres » anglicans – dépeints comme d’« extrême-droite » – et qu’il considère comme « anti-oecuménique ». Tant d’excès, de mensonges et de haine déconsidèrent ce malheureux « théologien » qui, depuis longtemps, s’est suffisamment éloigné de la foi catholique au point de faire naufrage.

P.R.

Revue-Item.com

article précédent

« Servir le Dieu vivant et vrai »

article suivant

Le chemin de l’unité

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS