La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Une interview de Maximilien Krah. Enfin la lumière sur cet homme important au sommet de la FSSPX!

publié dans regards sur le monde le 28 mars 2015


 Une interview de Maximilian Krah

SOURCE - Robert J.Siscoe -The Remnant - version française publiée par Meneau sur le Forum Catholique en mars 2015 – 27 octobre 2012

Il y a quelques années, des rumeurs ont commencé à circuler sur Internet au sujet d’un scandale couvant au sein de la FSSPX. Selon ces rumeurs, début 2009, un franc-maçon juif nommé Maximilian Krah aurait été nommé au conseil d’une société nouvellement fondée. Cette société devait servir de couverture financière aux investissements de la FSSPX. Le comité comprenait le supérieur général de la FSSPX, Mgr Fellay, son premier assistant, l’abbé Nicholas Pfluger, l’économe général de la FSSPX, l’abbé Emeric Baudot, et le prétendu juif franc-maçon Maximilian Krah, qui avait pouvoir de mandataire général et donc accès aux fonds.
Comme par coïncidence, la fondation de cette société se fit en même temps que la diffusion de la célèbre interview de Mgr Williamson, dans laquelle il donnait son opinion personnelle concernant certains aspects de l’Holocauste. L’interview fut ensuite diffusée à la télévision allemande, un pays qui requiert une adhésion absolue et irréfléchie aux faits supposés associés à l’Holocauste, et dont la remise en question ou la négation constitue un « reniement de l’holocauste » – un crime punissable d’amendes et jusqu’à cinq ans de prison. Quand Mgr Williamson osa mettre en question plusieurs des faits supposés, pendant une interview à la télévision, on peut pratiquement dire que l’enfer se déchaîna littéralement. Le Dr. Krah, lui-même avocat, fut chargé de trouver un avocat criminel pour défendre Mgr Williamson. Des rumeurs additionnelles commencèrent à circuler au sujet du choix du Dr. Krah d’un avocat pour représenter Mgr Williamson, et s’amplifièrent lorsque Mgr Williamson décida d’engager un avocat différent pour le défendre.
D’autres rumeurs ont continué à se répandre au sujet du Dr. Krah depuis. Des messages de forums sont remplis de spéculations, et des sites web et blogs ont été créés dans de nombreuses langues pour couvrir les derniers événements de ce qui fut bientôt connu comme le « Krahgate ». Mais, de façon intéressante, lorsque j’ai fait des recherches sur Internet concernant ces rumeurs, pour préparer ce commentaire introductif, j’ai réalisé que ces rumeurs, bien que très chargées en spéculations et insinuations, sont légères en matière de faits, et encore plus légères en matière de preuves. Il y a beaucoup d’insultes, mais très peu d’accusations substantielles. Une rumeur récente, qui semble basée sur une photo qui a récemment fait surface, prétend que le Dr. Krah serait un Sioniste, et pourrait même être un agent secret du Mossad. Bien que je n’aie pas suivi les événements du « Krahgate » de très près moi-même, je suis conscient du fait que la réputation du Dr. Krah est loin d’être vénérée parmi beaucoup de fidèles de la FSSPX, et qu’il est rangé dans certains cercles quelque part entre Lucifer et Belzébuth.
Avec ces éléments en tête, intéressons-nous maintenant à la conférence de presse de l’Angélus, qui fut tenue à l’hôtel Marriot à Kansas City, Missouri, pendant le weekend du 19 au 21 octobre – une conférence à laquelle j’ai assisté.
Au premier soir de cet événement, alors que j’avais l’intention d’aller boire un cocktail, je commençai une conversation impromptue avec un homme dans l’ascenseur. Nous continuâmes notre conversation en nous dirigeant vers le Pavillon installé sur l’eau derrière l’hôtel pour les participants à la conférence. Le gentleman et moi-même continuâmes notre discussion en approchant du bar pour y commander un verre de vin. A un moment donné, nous réalisâmes que nous ne nous étions pas présentés dans les formes. C’est à ce moment que j’appris l’identité de l’homme avec lequel je conversai, et c’était bel et bien Maximilian Krah lui-même ! Alors qu’il annonçait son nom maintenant fameux, ou devrions-nous dire infâme, on put presque entendre en arrière-plan les grincements stridents de la scène de la douche dans Psycho.
Je passai le reste de la soirée, et en fait la semaine entière, à apprendre à connaître le Dr. Krah. Nous discutâmes de la Foi, de la situation de l’Eglise, des événements actuels au sein de la Fraternité, et même de nos opinions personnelles sur la meilleure façon de traiter la crise actuelle de la Foi qui nous vivons. Bien sûr, nous discutâmes aussi des nombreuses rumeurs qui circulaient sur Internet à son sujet. Nul besoin de dire qu’il était parfaitement conscient de celles-ci. Il fut plus qu’heureux d’en discuter, et sembla même soulagé de pouvoir enfin donner son propre point de vue sur le sujet.
Le Dr. Krah a été baptisé catholique lorsqu’il était bébé, et élevé dans la Foi. Ses parents avaient été mariés par son oncle, lui-même prêtre catholique. Le Dr. Krah, maintenant âgé de 35 ans, a trouvé son chemin vers la Tradition aux alentours de ses 20 ans ; après un bref passage par l’Indult, il est devenu depuis un pratiquant régulier d’une chapelle de la Fraternité.
Au fil du weekend, je réussis à connaître le Dr. Krah plutôt bien. Nous mangeâmes ensemble, passâmes les soirées à socialiser, et il me conduisit à la Grand-Messe Pontificale à l’Eglise St Vincent, célébrée par Mgr Fellay. Pendant le weekend, lorsqu’il rencontrait de nouvelles personnes, je pus observer les réactions lorsqu’il disait son nom, et comment la conversation s’orientait en général vers les rumeurs.
Voyant l’intérêt que portaient les gens à son point de vue sur l’affaire, qui, je dois le dire, diffère dramatiquement des rumeurs Internet, je lui demandai s’il m’autorisait à l’interviewer. Ensuite je demandai à Michael Matt (également présent à la conférence) s’il était intéressé par une interview du Dr. Krah pour The Remnant, et il accepta. J’achetai un enregistreur au supermarché local, fis quelques recherches Internet pour me familiariser avec les rumeurs et obtenir les dernières nouvelles, et nous nous dirigeâmes vers la salle « Nebraska » de l’hôtel pour l’interview. Ce qui suit en est la transcription.

L’interview
Siscoe: Tout d’abord Dr. Krah, je voudrais vous remercier d’avoir accepté cette interview. Il y a de nombreuses controverses autour de vous et de votre affiliation à la FSSPX. Etant donné que certaines des controverses ont trait à votre foi et votre ethnie, pourriez-vous commencer par nous parler de votre passé personnel ?
Krah: Oui, bien sûr. Merci de me donner l’opportunité de répondre à ces questions. Je suis de nationalité allemande. Je suis né et j’ai été élevé dans la religion catholique dans l’ex-Allemagne de l’Est. Mais parents ont été maries par mon oncle qui était prêtre. L’Allemagne de l’Est était sous gouvernement communiste jusqu’en 1989, et donc nous avons fait l’expérience de ce que c’est de vivre notre Foi sous un régime athée. Cela peut expliquer certains points de mes positions dont nous discuterons plus tard, parce que je sais ce que veut dire avoir un gouvernement athée, un état athée. Je ne dirai pas que le gouvernement d’Allemagne de l’Est à la fin des années 80 persécutait fortement les chrétiens, mais il était officiellement athée. Parfois je souris un peu quand j’entends d’autres fidèles qui se disent persécutés par leur gouvernement, alors qu’ils n’ont jamais fait l’expérience de cela. Je pense que nous devrions toujours voir les choses de façon très rationnelle, et ne pas exagérer nos propres sentiments. C’est pourquoi je suis toujours partisan de rester modéré et très précis et détaillé, même si nous pensons que les choses sont pires. Nous devrions juste être équilibrés. Plus tard en 1990, l’Allemagne a été réunifiée, et ce sont les catholiques qui ont pris les responsabilités parce qu’ils étaient complètement dignes de confiance, n’étant pas liés au gouvernement communiste. Ainsi mon père, qui avait une formation d’ingénieur, est devenu haut fonctionnaire du gouvernement et ensuite ma mère, professeur de formation, est devenue vice-principal de son école. J’ai deux frères et sœurs. La plus âgée est ma sœur, qui est dentiste. Mon frère est docteur. Plus tard, j’ai étudié le droit en Allemagne, et j’ai fait mon MBA à Londres et New-York. J’ai fait de la recherche et ai reçu mon doctorat en droit. Ma femme et moi nous sommes mariés avec la messe en latin au maître autel de la cathédrale de Dresde, peu avant de rejoindre la FSSPX. Nous avons quatre enfants que nous élevons dans la religion catholique, et nous fréquentons une chapelle de la FSSPX. Il n’y absolument rien qui puisse paraître suspect à d’autres gens. Nous essayons de mener une vie propre et réussie.
Siscoe: Alors vous n’êtes pas juif ? Pas de passé juif ? Vous avez été baptisé catholique quand vous étiez enfant ?
Krah: Bien sûr que je suis catholique. Exactement. Au sujet de ces accusations d’être juif, je voudrais vous raconter une histoire concernant Charlie Chaplin, lorsqu’il est venu en Allemagne au début des années 1930. De nombreuses personnes sont venues le voir à Berlin, et Hitler en était jaloux. Les journaux nazis écrivirent un article qui critiquait et s’offusquait de ce que tant d’allemands viennent applaudir un juif. Quand Chaplin revint à Hollywood, on lui demanda pourquoi il n’avait pas déclaré qu’il n’était pas juif. Il répondit ceci : si j’avais démenti officiellement, je me serais senti comme si je confirmais qu’il y avait quelque chose de mauvais à être juif. Etant donné la mentalité à l’époque, il dit que cela n’aurait fait que contribuer à l’œuvre des nazis, et c’est la raison pour laquelle il n’a pas dit « Je ne suis pas Juif ». J’ai eu une réaction presque similaire lorsque j’ai lu les premières accusations à mon encontre. J’ai envoyé un mail à un prêtre américain de la FSSPX lui demandant ce que je devais faire, et il m’a conseillé de garder le silence, car il n’y a absolument rien de mal à être du même peuple que Jésus et Marie. En outre, dans les premiers temps de la chrétienté, les premiers rangs des églises étaient réservés aux chrétiens d’ascendance juive. Cela dit, je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de mauvais à être d’ascendance juive. Je ne le suis pas, c’est tout.
Siscoe: Êtes-vous franc-maçon ?
Krah: Non, je ne suis pas franc-maçon et ne l’ai jamais été.
Siscoe: Comment avez-vous trouvé la tradition ?
Krah: je pense que c’est partiellement dû à mon passé personnel. Souvenez-vous que je viens d’un pays qui était catholique à seulement 5%. Nous étions une minorité. C’était considéré comme un acte de bravoure d’aller à la Messe chaque Dimanche, et il était clair que les catholiques devaient se tenir les coudes en opposition au gouvernement communiste. Quand la réunification eut lieu, j’ai rapidement rejoint les Jeunes Chrétiens Démocrates, et la première action à laquelle j’ai pris part a été d’imprimer des posters contre une chaîne de radio communiste. Et j’étais très fier de participer à cela ; j’avais 14 ans à l’époque. Nous avons pris part à cette action et ensuite je suis allé à la Messe un Dimanche, et j’ai constaté que le président de l’association des jeunes de la paroisse, qui était le fils de l’adjoint pastoral, portait un badge en faveur de cette chaîne communiste. Et il le portait sur sa cravate Yasser Arafat. C’était à la Messe. [rire] Quand j’ai vu cela, j’ai réalisé que nous vivions sur des planètes différentes. Et je me suis toujours demandé : « est-il possible qu’avec les choses qu’ils enseignent et qu’ils font dans la paroisse locale, nous ayons pu construire la chrétienté et ses impressionnantes cathédrales ? » La réponse était définitivement « non » !
Pendant mon service militaire, j’ai commencé à penser à ma foi et à lire plus à ce sujet. Par hasard je suis tombé sur le site web de la FSSPX et j’y ai trouvé le catéchisme de l’abbé Gaudron. J’ai ensuite cherché une Messe traditionnelle dans ma région, et j’en ai trouvé une à 120 km. C’était une Messe Indult, mais tous les ministres étaient formés par la FSSPX.
Siscoe: Quelle année était-ce ?
Krah: C’était aux alentours de 2003….
Siscoe: Ok, donc après un bref passage par l’Indult, vous êtes devenu un fidèle de la Fraternité. Pouvez-vous nous dire comment cela s’est passé ?
Krah: Même lorsque j’assistais à la Messe Indult, je me considérais comme un homme de la FSSPX. J’avais trouvé la page d’accueil de la FSSPX. J’avais entendu parler de Mgr Lefebvre. Ce fut vraiment un tout petit pas à franchir que de contacter la FSSPX directement, et j’ai rencontré le Supérieur de District, l’abbé Heggenberger. A cette époque, je devenais plus zélé dans ma foi, et à cause de mes activités politiques et du statut de ma famille, qui était plutôt bien liée au diocèse, j’ai envisagé de créer une chapelle Motu Proprio. Ou bien de prendre la voie plus dure, et d’essayer de créer une chapelle FSSPX. Après une discussion avec l’abbé Heggenberger, j’ai décidé que la voie dure était la bonne voie. Il était clair que si vous étiez intéressé par le catholicisme traditionnel, la messe en latin, etc, il y avait un acteur majeur et que c’était la FSSPX.
J’ai réalisé que tous ceux qui sont d’accord avec la FSSPX n’assistent pas à la messe dans les chapelles de la FSSPX. J’ai fréquenté la messe Indult principalement parce qu’elle était plus proche de là où je vis. Ce n’est que plus tard que j’ai pris conscience des divergences au sein du mouvement traditionnel ; entre les différents camps. Je pense que l’accord entre les différents camps est grand ; et les désaccords… je pense… il y a une phrase latine « viribus unitis », nous sommes tous catholiques et nous devons essayer de combattre ensemble, autant que possible. Bien sûr, la FSSPX est le point d’ancrage de tout le mouvement traditionnel. Et l’influence intellectuelle va loin, même côté Novus Ordo… même côté Novus Ordo, les gens regardent ce que fait la FSSPX. Ils l’ont dans leur périphérie. Donc pour moi il était clair que si je faisais ce pas en dehors du diocèse, il n’y avait qu’une seule place.
Siscoe: avez-vous un saint favori ou un saint patron ?
Krah: oui j’en ai… peut-être que c’est parce que je me considère plutôt comme un intellectuel que j’aime les saints qui sont intellectuellement doués ; ceux qui combinent la Foi et la raison. J’aime beaucoup St Robert Bellarmin qui est plutôt proche de l’idéal d’un intellect équilibré, combiné à une foi solide. Ce qui me fascine, c’est la rencontre historique entre St Ambroise et St Augustin. Je suppose qu’il y a des poignées de main qui changent le monde. Je considère que cette rencontre entre St Ambroise et St Augustin en fait partie. Cela paraît peut-être un peu simpliste, mais ils se sont rencontrés, et ils ont ouvert de nouvelles perspectives à la religion pour le monde entier. Pour moi c’est un moment très impressionnant de l’histoire. Je pense que vous voyez quel type de Saints m’impressionnent. Mon second fils se nomme Pius à cause de Pie XII. Je considère Pie XII comme comparable par certains aspects à St Robert Bellarmin… il y a un équilibre. Je suis très attiré par le côté intellectuel de la Foi. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup concernant ma Foi Catholique.
Siscoe: Abordons quelques-unes des rumeurs Internet. Pouvez-vous nous parler de la société Dello Sarto AG ? Quelle est votre affiliation à cette société, et le statut de cette société aujourd’hui ?
Krah: Oui, la première chose à réaliser est qu’une société protège des engagements financiers. C’est quelque chose qui est largement reconnu, et c’est une pratique courante de la FSSPX spécialement aux USA. Dello Sarto a été fondée pour recevoir un gros héritage, qui était attendu mais qui n’est jamais venu. Donc maintenant nous avons une société complètement vide que nous devons fermer. Les rumeurs n’ont aucun sens. Mais peut-être que le point auquel il faut répondre, c’est la rumeur concernant mon pouvoir de mandataire. Ils disent que j’ai trop de pouvoir, mais les avocats ont toujours de très larges pouvoirs de mandataire. Ils ne peuvent les utiliser que si le client l’accepte, mais formellement c’est un très large pouvoir de signature. C’est la routine des affaires, et donc les rumeurs concernant Dello Sarto montrent que ceux qui répandent cette campagne sur Internet n’ont absolument aucune idée de quoi ils parlent.
Siscoe: Et en ce qui concerne votre affiliation à cette société ? Vous êtes membre de l’exécutif ?
Krah: Avec Dello Sarto, je me suis chargé de la constitution en société, et j’en étais le représentant légal…. Vous pourriez dire que ma position était similaire à celle d’un Directeur Général.
Siscoe: Donc la société a été fondée dans la perspective de recevoir un gros héritage ?…
Krah: Exactement, qui n’est pas venu. L’héritage n’est pas venu.
Siscoe: on mentionne aussi une autre société, Laetitia AG. Pouvez-vous nous en parler …
Krah: Cette société n’a rien à voir avec la FSSPX ou Dello Sarto. C’est juste une partie personnelle… c’est une partie de mon travail d’avocat, mon travail judiciaire. J’ai d’autres clients que la FSSPX. Il s’agit d’un client sans aucun lien.
Siscoe: un autre nom de société qui est mentionné est la Fondation Jaidhofer. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette société ?
Krah: oui, celle-ci est liée à la FSSPX et ce n’est absolument pas un secret. Il y avait une famille en Autriche qui voulait faire un don à la FSSPX, mais ne voulait pas donner directement. Ils ont voulu créer une Fondation qui viendrait en aide à la FSSPX. Et dans chaque fondation, vous avez besoin d’administrateurs. C’est une sorte de Trust, et je suis l’un des administrateurs. J’ai été choisi par la famille pour créer la fondation, tout d’abord parce que je suis un avocat catholique traditionnel en lien avec la FSSPX, et ensuite à cause de mon parcours professionnel. Cette fondation vient en aide à la FSSPX et utilise l’argent qui a été donné par cette famille. Par exemple, elle participe au projet de nouveau séminaire en Virginie. Elle n’a rien à voir avec les donations individuelles faites à la FSSPX. Tout ce que nous faisons est complètement transparent. Nous sommes supervisés à la fois par la Maison Générale de la FSSPX et par le fisc autrichien, parce que nous sommes philanthropique, et cela signifie que nous sommes exonérés d’impôts. Nous devons tenir nos livres de comptes à la disposition des autorités publiques en permanence. Donc nous avons pour ainsi dire deux superviseurs, et tout ce que nous faisons est transparent et propre.
Siscoe: Donc l’héritage a été reçu par le Trust, pour être redistribué, et aucun autre fonds n’y entre …
Krah: Non, aucun.
Siscoe: Okay…
Krah: …Sauf si quelqu’un voulait le faire. Par exemple, si quelqu’un demandait à ce que de l’argent soit placé dans la fondation. Et si quelqu’un le demandait, la FSSPX devrait l’accepter. Cela veut dire que le donateur devrait accepter, et que la FSSPX devrait accepter. Mais ce cas ne s’est pas produit pour l’instant.
Siscoe: Donc les offrandes dominicales n’y entrent pas…
Krah: Non rien.
Siscoe: Okay…
Krah: …Les offrandes dominicales ne sont pas nos affaires, et je ne veux pas que cela le devienne. C’est complètement étranger à nos intérêts.
Siscoe: Bien, pour en venir à une autre rumeur, êtes-vous de quelque façon que ce soit lié à l’école St Thérèse de la Fraternité.
Krah: Le district allemand a créé une fondation pour aider cet internat en Allemagne, et je suis membre du conseil de cette fondation. Mais la seule tâche que nous ayons est de collecter l’argent pour l’école, et c’est tout. Il est important de mentionner que l’école est en train de construire un nouveau bâtiment.
Siscoe: vous dites collecter des fonds …
Krah: …seulement de l’extérieur. Pas les offrandes dominicales.
Siscoe: on dit que vous êtes un activiste et membre politique connu à Dresde en Allemagne, et membre de « l’Union Christ-démocrate libérale, pro avortement et pro homosexuelle menée par Angela Merkel ». Comment répondriez-vous à cette accusation ?
Krah: [rire] Oui, bien sûr. J’ai même été candidat l’été dernier. J’ai été candidat aux primaires pour le parlement national. Et j’ai rencontré pas mal de succès également, bien que j’aie perdu à la fin, 45 contre 55 [rire], mais c’était plutôt bien pour un nouveau venu se mesurant à un titulaire. Mais je ne suis pas d’accord avec la catégorisation. Comme dans chaque pays, en Allemagne nous avons deux gros partis. Aux USA, vous avez les Démocrates et les Républicains. En Allemagne, vous avez les Social-démocrates et les Démocrates-chrétiens. Le CDU (Démocrates-chrétiens) vous pourriez dire que c’est le parti des Républicains, qui est centre-droit.
Siscoe: Donc le parti que vous représentiez serait considéré comme la droite en Allemagne ?
Krah: Oui, il serait considéré comme la droite. Et en effet, pendant mes études de droit, j’ai été employé par Christa Reichard, alors membre du parlement, qui par exemple, est fortement pro-vie. Et elle serait très fâchée si elle entendait une rumeur comme quoi elle serait membre d’un parti de gauche. Pour vous faire comprendre, lorsque vint la réunification, les catholiques, et même les protestants conservateurs et anti-communistes, ont rejoint les Démocrates-chrétiens. Et même maintenant, tous les postes du land de la Saxe et dans la City sont tenus par des Démocrates-chrétiens, de sorte que le maire de la ville et le gouverneur et tous les membres locaux du congrès du land et au niveau national, sont Démocrates-chrétiens. C’est seulement le parti majoritaire, et c’est le parti des centre-droites. Et en tant que citoyen de ma ville, comme je ne suis pas de l’aile gauche et ne l’ai jamais été, c’est clair que les Démocrates-chrétiens sont mon domicile politique.
Siscoe: Donc les Démocrates-chrétiens seraient comparables aux Républicains en Amérique ?
Krah: Oui, de façon générale. Mais en Europe, la scène politique est un peu plus à gauche qu’en Amérique. La partie gauche des Démocrates en Amérique est comparable avec les Social-démocrates en Allemagne, alors que la partie droite des Démocrates et les Républicains modérés sont comparables aux Démocrates-chrétiens en Allemagne.
Siscoe: donc tout est un peu plus à gauche. La gauche est plus à gauche, et la droite est plus proche du centre ?
Krah: Oui, exactement. Et c’est particulièrement le cas là où je vis et dans mon groupe et dans mon entourage. C’est comparable, je dirais, aux Républicains de la Côte Est.
Siscoe: on dit que vous avez été chargé de trouver un avocat pour Mgr Williamson dans son procès au sujet de l’holocauste, et que vous avez choisi Matthias Lossmann, un membre de l’extrême gauche (Les Verts), un parti de la gauche radicale qui favorise tout, de l’avortement à l’homosexualité. Pouvez-vous commenter cela ?
Krah: Tout d’abord, concernant le cas Williamson. Il est évident pour moi que la déclaration qu’il a faite concernant l’Holocauste est historiquement fausse, et il n’est ouvert à aucun argument concernant les faits historiques. Mais en tant qu’avocat, il était clair pour moi qu’il n’avait pas violé la loi allemande parce que, au moment où il fit cette déclaration, il n’avait aucune idée du fait que l’interview serait diffusée en Allemagne. C’est la raison pour laquelle je crois qu’il n’est pas coupable d’avoir violé la loi allemande. Je ne suis pas avocat criminel, donc il me fallait en trouver un pour lui. Et dans un tel cas, je recommanderai toujours fortement de prendre un avocat criminel qui en aucune circonstance n’a été lié d’aucune manière aux mouvements pronazis. Pour expliquer, le mouvement pronazi en Allemagne est très petit. C’est peut-être 1% de la population. Il est extrêmement petit, et d’habitude vous ne voulez pas être relié à ces personnes, parce qu’elles sont exactement le genre de personnes avec lesquelles vous ne voudriez pas voir jouer vos enfants. Et donc, pour assurer le plus possible la défense, j’ai lui ai chaudement recommandé de prendre un avocat qui soit plus de l’aile gauche, afin qu’il puisse se focaliser sur les aspects légaux, et soit complètement libéré de toute implication politique sur ce cas. Je le lui ai expliqué, et je lui ai présenté Lossmann. Lossmann est un avocat criminel largement reconnu, qui publie dans un journal de recherche sur la loi criminelle. Il n’est pas aussi à gauche que les rumeurs l’ont présenté, parce que même Les Verts ont deux ailes. Et il n’est vraiment pas de l’aile la plus à gauche de ce parti. Il est, je dirais, comparable à un Libéral de la Côte Est. Cela veut dire qu’il n’est absolument pas communiste ou quelque chose comme ça. Il est juste un citoyen libéral, qui s’intéresse aux arts, et peut-être aux vins fins. Je les ai présentés l’un à l’autre, j’ai expliqué les raisons pour lesquelles je pensais que nous avions besoin d’une personne plus libérale que moi ou la plupart de mes collègues, avec lesquels je coopère habituellement. L’évêque était complètement satisfait. Lossmann faisait du bon travail, et puis Mgr Williamson a décidé, sans aucune explication, de choisir un autre avocat…
Siscoe: …Donc quand vous avez fait votre recommandation à Mgr Williamson, et expliqué les raisons de celles-ci, il a été d’accord ?
Krah: J’ai tout expliqué et j’ai été transparent. Et il a compris et accepté.
Siscoe: et alors à un moment donné, il a changé d’avocat ?
Krah: Oui, il a changé pour une personne complètement inacceptable, et il a reçu un avertissement de la Maison générale [de la FSSPX] et à changé à nouveau. Maintenant, il a choisi, de nouveau, un avocat complètement apolitique, qui par ailleurs est président de l’Association pour la Musique Pop. Il fait un boulot magnifique, tout comme Lossmann le faisait. Ils plaident exactement de la même façon. Ils ne plaident en aucune manière politiquement ou historiquement. Ils disent « regardez la loi. Voici ce qu’il a fait. Il n’avait aucune idée au moment où il a donné l’interview qu’elle pourrait être diffusée en Allemagne, donc le cas ne peut donner lieu à poursuite ». Et c’est la même argumentation et le même style de défense. C’est une conséquence du problème légal, et cela n’implique pas d’évoquer les aspects historiques et politiques dans la salle d’audience. Et c’est la seule chance qu’il a. C’est ce qu’a fait Lossmann, et c’est ce qu’Edgar Weiler fait maintenant. Et entre les deux, il a eu, je pense pendant une semaine, une autre approche, et je suis sûr que cette approche aurait conduit à la catastrophe.
Siscoe: Pouvez-vous expliquer votre implication dans la Fraternité quand « l’affaire Williamson » est apparue ? Quelle était l’image de la Fraternité en Allemagne, et qu’avez-vous fait pour assister la FSSPX en la matière ?
Krah: l’interview a été diffusée au même moment que la levée des soi-disant excommunications des évêques de la FSSPX, y compris Mgr Williamson. Les gros titres en Allemagne furent donc « Le pape réhabilite un négationniste de l’holocauste », et la FSSPX est alors devenue un groupe néo nazi sur le théâtre des religions. La chancelière elle-même a exprimé son incompréhension au sujet de la décision papale en faveur de Mgr Williamson. Le District d’Allemagne a fait de nombreuses déclarations, comme quoi Mgr Williamson ne parlait en aucun cas au nom de la FSSPX et indiquant que la FSSPX n’acceptait absolument aucun antisémitisme ni de telles idées fausses sur l’histoire. Mais personne ne la croyait, parce que personne ne lui faisait confiance. Beaucoup de fidèles, et même des prêtres, ont commencé à devenir nerveux, et ont demandé une action claire contre Mgr Williamson. Certains ont même commencé à assister aux messes de la FSSP ou aux messes Motu Proprio.
Compte-tenu du sérieux de la situation, il m’a été demandé si je pouvais contribuer à calmer les choses en usant de mon réseau d’influence, et spécialement de mes connexions avec les médias. Comme dans tous les pays, seuls quelques médias ont un impact national. La scène des correspondants de l’Eglise est très petite, de l’ordre de 10 journalistes pour l’Allemagne entière. La plupart d’entre eux sont partisans du Nouvel Ordo, ce qui veut dire qu’ils sont incurablement hostiles à la FSSPX. Peter Wensierski du Spiegel-Mirror, est l’une des rares exceptions, qui est vraiment indépendant, ce qui signifie qu’il est également distant, certains diraient également hostile, à l’égard de tous. Mais il est équitable envers tous, il a été assez honnête pour déclarer que la FSSPX était certes ultra-conservatrice, passée de mode, etc, mais n’était certainement pas nazie. Il est dur, mais il est juste. Quoi qu’on pense de la FSSPX, elle n’a aucune proximité avec le fascisme ou les nazis. Et comme le Spiegel est un « must-read » pour toute l’élite allemande, en l’espace de deux semaines les autres médias ont accepté la distinction entre : la position de la FSSPX, et l’opinion d’un de ses évêques. On a pu le voir dans les mots employés dans les gros titres : alors qu’on écrivait auparavant au sujet de « ces négationnistes de l’holocauste », on a distingué ensuite entre le « groupe FSSPX conservateur » et « Mgr Williamson le négationniste ». Nous n’avions qu’une balle mais elle a fait mouche. Clairement un signe de la grâce. Je me demande parfois moi-même comment cela a réussi.
Siscoe: Mais ce n’était pas la fin de l’histoire.
Krah: Non, c’était juste une étape. Mais cela nous a ramenés sur la bonne voie. Cela nous a donné de la crédibilité. Nous avons ensuite communiqué sur le fait que le Supérieur Général avait donné à Mgr Williamson un an pour étudier les faits, et lui avait ordonné de lire un livre sur le sujet, écrit par Jean-Claude Pressac, qui avait lui-même eu des doutes sur l’existence des chambres à gaz à Auschwitz et avait changé d’avis ensuite après avoir étudié les faits. Cela nous a donné un an de répit, et les médias ont stoppé leurs attaques, attendant que l’année soit écoulée. Mgr Williamson n’a pas lu le livre. Mais une fois l’année écoulée, nous devions expliquer. Nous avons juste choisi d’être honnêtes et transparents. Nous avons montré les efforts faits par la FSSPX, mais nous avons aussi concédé que cela n’avait pas eu d’influence sur l’évêque, qui s’est engagé sur sa propre voie, malheureusement. A la fin, nous avons pu communiquer avec succès sur le fait que la FSSPX ne partageait en aucune manière ces positions de Mgr Williamson.
Siscoe: comment avez-vous réussi à influencer les medias ?
Krah: Grâce à de nombreux entretiens derrière la scène. J’ai rencontré de nombreux journalistes et leur ai expliqué la FSSPX, sa mission, son histoire. La plupart n’en avaient aucune idée. Vous voyez, pour nous ces sujets sont très présents ; nous les vivons, et sommes familiarisés avec eux. Mais pour des personnes de l’extérieur, la FSSPX est complètement inconnue ; tout au moins c’était le cas jusqu’en 2009. Pour un journaliste libéral, qui ne pratique pas du tout de religion, l’idée de dire la Messe dans une ancienne langue comme le latin est un peu curieuse. Vous devez lui expliquer d’une façon qu’il puisse comprendre. Vous devez convaincre et non pas juger. C’est ce que j’ai fait, et ce que je fais encore. Et comme je suis loin de toute sorte d’extrémisme politique, et l’ai toujours été, ils m’ont considéré comme digne de confiance, ce qui m’a permis de les influencer en faveur de la FSSPX. C’est quelque chose que je voudrais indiquer de façon générale ; il faut toujours prendre en compte l’expérience et la façon de penser de notre contradicteur. La plupart des gens ne sont pas hostiles. Ils sont seulement non informés. Au lieu de les juger, nous devrions expliquer nos positions. La plupart du temps, nous trouverons une certaine acceptation, et dans certains cas même du soutien.
Siscoe: Si ma question ne vous dérange pas, quel impact a eu « l’affaire Williamson » sur les développements actuels concernant Mgr Williamson ?
Krah: Je ne suis pas impliqué dans les événements actuels. Autant que je sache, l’affaire de 2009 n’est pas liée à l’expulsion actuelle. Voyez, l’affaire de 2009 a été réglée avec l’article final du Spiegel début 2010. Depuis, le public distingue entre la position officielle de la FSSPX et l’opinion privée de Mgr Williamson. Ce qui est arrivé depuis, c’est que Mgr Williamson a ouvertement remis en cause l’autorité et la hiérarchie, ce qui a causé la division dans la FSSPX. C’est une affaire interne, pour laquelle mon conseil n’est ni nécessaire ni demandé. C’est l’affaire principalement des supérieurs. J’ai l’habitude de servir d’intermédiaire entre la FSSPX et différentes instances séculières : juges, journalistes, politiciens, officiels, banquiers. Mais je n’ai aucune part aux affaires internes. Dans ce domaine, je suis un fidèle ordinaire comme tous les autres. Et je suis satisfait de cela.
Siscoe: Il y a une autre rumeur qui prétend que vous levez des fonds pour l’Université de Tel Aviv. Pouvez-vous nous éclairer ?
Krah: Oui, bien sûr. J’ai de nombreux amis, y compris certains qui ne sont pas catholiques. Et j’ai un ami juif, que j’apprécie beaucoup. Ce sont des gens merveilleux, et il n’y a absolument aucune raison pour moi de les cacher, ou de remettre leur amitié en question. Une fois cela dit, je ne comprends pas ces accusations ou insinuations. Ce sont mes amis, et ils peuvent me faire confiance comme je leur fais confiance. J’étais à New York un soir, et j’ai reçu un appel me demandant si j’avais des plans pour la soirée, ce qui n’était pas le cas. Mais mon ami en avait, et nous sommes allés à une réception dans une galerie de Chelsea, et il y avait de nombreuses personnes, à la fois juives et non-juives, de différents pays, et c’était organisé par l’amicale américaine de l’Université de Tel Aviv, et bien sûr ils ont pris des photos [rire], et les ont publiées sur Internet, et cela a suffi à ces gens pour m’attaquer sans me demander ce qui était arrivé. C’était juste une soirée sympathique, un rassemblement à New York. J’y participerais à nouveau, même si je savais les rumeurs que cela provoque.
Siscoe: Pour être clair, vous n’êtes pas membre de l’amicale américaine de l’Université de Tel Aviv, et vous n’avez pas organisé de tels événements ?
Krah: Non aux deux questions.
Siscoe: Il y a une autre photo en ligne qui a elle aussi causé une controverse. Elle vous montre en train de participer à une opération de recrutement pour un camp militaire de l’armée Israélienne. Pouvez-vous expliquer ?
Krah: Oui, ce n’était pas une opération de recrutement. L’un de mes amis s’est marié dans le désert de Néguev, et il a invité des amis du monde entier, y compris ma femme et moi. Il a généreusement programmé une excursion, qui incluait à la fois la Via Dolorosa à Jérusalem et une visite à un camp militaire, afin que nous puissions avoir une impression personnelle de ce quêtait l’armée Israélienne. C’était pour ainsi dire une excursion touristique, sur la route de Jérusalem au désert de Néguev, et comprenait un déjeuner. Nous avons pu les visiter, leur parler, pour nous faire notre propre opinion des militaires. Et autant que je sache, c’est une pratique commune pour les groupes qui visitent l’Etat d’Israël d’organiser ce type d’excursion. J’ai reçu un e-mail d’un membre du conseil de la ville de Dresde, qui m’a dit que lui-même avait participé à un événement similaire. Pour moi, c’était donc une invitation intéressante. Et comme j’avais été soldat allemand un an après la High School, j’ai eu plaisir à profiter de cette occasion pour voir comment les choses sont faites dans l’armée israélienne.
Peut-être un mot à ce sujet… on voit beaucoup de choses sur Internet concernant l’Etat d’Israël. Faisons un petit retour sur l’histoire. Au moyen âge, la chrétienté a fait plusieurs Croisades en Terre Sainte pour une raison : pour maintenir les sanctuaires ouverts afin que nous puissions y avoir accès pour les pèlerinages. Nous avons à l’heure actuelle plus de pèlerinages en Terre Sainte que nous n’en avons jamais eu par le passé. Nous en avons eu plus en 2012 qu’en 2011, et plus en 2011 qu’en 2010, et en 2010 nous en avons eu plus que jamais. Cela veut dire que les lieux saints sont ouverts ; ils sont protégés. Ils sont sûrs, et on y investit. Et l’Eglise catholique perçoit des bénéfices sur les taxes de la part du gouvernement israélien dans ce pays. Je ne connais personne qui pense que, si ce pays était régi par la loi islamique, nous aurions presque autant de pèlerinages là-bas, et l’accès libre. Et même les pèlerins de la FSSPX Allemagne, qui vont de Jérusalem et Nazareth à Bethléem, résident toujours dans un hôtel de l’autre côté du mur – du côté israélien. Si vous considérez seulement les faits et la réalité, ce que nous devons dire, c’est qu’il est difficile d’attaquer les autorités qui fournissent un accès ouvert à ces lieux saints. C’est pourquoi je dis : calmez-vous et jugez par les faits. Il faut regarder les faits tels qu’ils sont, et nous devons voir qu’il y a plein de gens qui vivent là-bas. Ils ont une police, tout est organisé, et ils ne blessent pas les chrétiens là-bas. Et il y a également un groupe croissant de gens dénommés catholiques hébreux, qui sont des citoyens israéliens convertis. Nous n’en avons aucun dans les pays islamiques. Je peux seulement avertir les chrétiens qui sont ainsi opposés ou hostiles à l’Etat israélien, qu’arriverait-il si l’Etat disparaissait ? Nous aurions beaucoup de problèmes avec les lieux saints. Et qu’arriverait-il aux chrétiens de ce pays s’il y avait un changement du paysage politique ? Et donc je n’ai aucun problème à dire que j’ai une attitude positive envers l’Etat israélien. Le monde n’est pas parfait. Il ne l’a jamais été. Il y a toujours eu des guerres. Il y a un état d’imperfection. Et si nous voyons cela, si nous voyons la réalité, nous pouvons dire que cela pourrait être bien pire. Et cela devrait nous amener à une position plus posée concernant la situation politique en Terre Sainte.
Siscoe: Une autre rumeur insinue que la Fraternité a payé pour votre formation MBA. Y a-t-il une quelconque vérité là-dedans ?
Krah: Absolument pas, j’ai tout payé moi-même.
Siscoe: Okay…
Krah: …j’ai payé les frais moi-même, les vols moi-même, et l’hôtel moi-même. Le problème qu’ont souvent les avocats est qu’ils sont habituellement trop formatés nationalement. Et spécialement en Europe, on voit le monde changer, et un changement dans le paysage économique, et une formation purement nationale nous mène rapidement aux limites, et c’est pourquoi j’ai investi dans une formation supplémentaire, et dépensé mes économies et quelques aides de mes parents pour ce MBA, et je l’ai apprécié, et j’en profite beaucoup.

Siscoe: Donc la Fraternité n’a payé aucune de vos formations.

Krah: Non.

Siscoe: Est-ce qu’il a été difficile pour vous d’être confronté à ces rumeurs et accusations à votre égard ?

Krah: ce n’est jamais un plaisir que d’être victime d’une campagne de dénigrement systématique. Mais ces attaques à mon égard ont été utilisées comme une attaque indirecte contre le Supérieur Général et d’autres supérieurs comme l’abbé Rostand. En 2010, quand on commencé les attaques à mon endroit, les fauteurs étaient encore trop scrupuleux pour attaquer Mgr Fellay directement. Depuis, ils ont perdu toute inhibition. Et plus ils attaquent la hiérarchie ouvertement, moins ils se focalisent sur moi – qui révèle leur véritable intention. Quand je vois toute la haine et la malice contre un prélat aussi noble et décent que Mgr Fellay, je peux à peine croire que les attaques contre moi soient vraiment sérieuses. J’essaye de ne pas me prendre pour quelqu’un de trop important, et donc je ne m’occupe pas trop de ces attaques. La plupart des gens ne prennent pas ce non-sens trop sérieusement, et une fois que les gens me rencontrent et entendent ma version des faits, ils réalisent que les rumeurs sont dénuées de sens. Cela me donne la paix intérieure. Et il ne faut pas oublier : la Foi aide, spécialement dans le cas d’attaques injustes. Nous ne devons pas avoir peur du mal et nous pouvons être sûrs de gagner à la fin.

Siscoe: avez-vous appris quelque chose de ces attaques ?

Krah: J’ai appris beaucoup sur la façon dont les gens agissent, mais aussi sur moi-même. Ce qu’il me semble important de mentionner, c’est que les attaques les plus sérieuses contre la FSSPX proviennent de l’intérieur. Les soi-disant « meilleurs catholiques » calomnient, insultent et diffament d’une façon intolérable et au-delà de tout ce qu’on peut voir même dans le monde séculier. Les forces du mal ne sont plus restreintes à des armes extérieures, mais ont trouvé des instruments en des personnes faibles et déséquilibrées à l’intérieur. Il me semble que nous ne sommes pas complètement conscients de ce nouveau danger.

Siscoe: Y a-t-il autre-chose que vous souhaiteriez ajouter avant de conclure ?

Krah: Oui, j’aimerais beaucoup me faire l’avocat d’une vision du monde plus optimiste. Si vous lisez ces sites Internet qui m’attaquent, d’habitude ils prévoient l’Armageddon dans les deux prochaines années, si ce n’est plus tôt. Même si je m’attends à l’Armageddon demain, je planterai quand même mon pommier aujourd’hui. Si nous jetons un regard sur les choses qui se passent, nous pouvons voir que l’époque conciliaire va arriver à son terme. Les « conciliaristes » n’ont pas de jeunes. Les jeunes prêtres aujourd’hui tendent vers le catholicisme traditionnel, et ces jeunes qui vont encore à la Messe ne sont en général pas de l’aile gauche. C’est juste une question de temps avant que la liturgie et la théologie traditionnelles retrouvent leur place. Et il en est de même pour la Fraternité ; bien sûr il y a beaucoup de développements dans la mauvaise direction, mais nous en avons aussi dans la bonne. Nous avons les deux en même temps. Mais il y a 10 ou 20 ans, les choses n’allaient que dans la mauvaise direction. Nous n’avions pas ces nouveaux mouvements conservateurs et traditionnels. Aujourd’hui nous avons un nouvel esprit conservateur, et une pensée conservatrice qui croît, qui devient de plus en plus forte. Et je recommande seulement d’être optimiste, et de chercher des alliés dans ces mouvements néo-conservateurs ; parce qu’ensemble nous sommes forts, et nous pouvons stopper ce chaos de l’aile gauche, et contre elle nous pouvons implémenter une attitude positive et un développement positif vers une renaissance de la civilisation occidentale et de la chrétienté. Donc restez optimiste ! Que peut-il arriver à un mouvement qui sait que le Tout-Puissant est de son côté ? N’est-ce pas manquer de confiance en Dieu que d’être toujours aussi pessimiste et déprimé ? Et ne croyez pas en de telles rumeurs et campagnes de dénigrement. Il n’y a pas de raison, et vous pouvez être sûrs que la Fraternité ne me ferait pas confiance si une seule de ces accusations était seulement à moitié vraie. Mais je suis complètement surveillé.

Siscoe: Merci beaucoup pour votre temps, et pour avoir répondu à ces questions.

Krah: Merci… et peut-être… Nous savons tous les deux ce qui va probablement arriver ensuite. La communauté qui traque Maximilian Krah va prendre chaque mot que j’ai dit dans cette interview et essayer de le retourner à l’opposé. Souvenez-vous seulement que ma langue maternelle n’est pas l’anglais [NdT : et que cette version française est une traduction de l’interview anglaise]. L’anglais est une deuxième langue pour moi. Mais je pense que chacun a un certain sens de l’honnêteté et sera capable de comprendre ce que j’ai essayé d’exprimer. Je suis simplement un mari catholique, et un père qui essaye de vivre sa Foi et de faire de son mieux.

Revue-Item.com

article précédent

Une interview de Mgr Faure

article suivant

Mgr JM Faure: un nouvel interview à Rivarol

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS