La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le pape, Luther et Fatim

publié dans nouvelles de chrétienté, regards sur le monde le 11 novembre 2016


 Le pape, Luther et Fatima

Source Abbé Patrick de La Rocque, fsspx – Le Chardonnet – novembre 2016

Il est des événements, même dramatiques, à portée hautement symbolique. Ainsi ce 13 octobre, Luther siégeait officiellement au Vatican. Sa statue “pèlerine”, en vue du 500e “anniversaire” de la révolte protestante, y était accueillie en grande pompe par le pape François, auquel était encore offerte une édition luxueuse de ces 95 thèses luthériennes de 1517 qui allaient ensanglanter l’Europe catholique.

À juste titre, beaucoup ont relevé les propos scandaleux tenus par l’évêque de Rome à cette occasion, comme en tant d’autres relativement à Luther. À son sens, les multiples hérésies du moine allemand, quoique condamnées infailliblement par le concile de Trente, demeurent des questions «ouvertes» [1]. Luther aurait même eu raison sur la question de la justification [2], au cœur pourtant de son erreur. Sur le terrain pratique, qu’un protestant ou qu’un catholique évangélise, c’est «la même chose, dans la langue des luthériens et dans la langue des catholiques, mais c’est la même chose» [3]. Lui objectera-t-on que les livres dogmatiques des uns et des autres divergent ? Il pense pour sa part que «la vie est plus grande que les explications et interprétations » [4] et que l’heure est à la «  diversité réconciliée» [5] . Faut-il illustrer cette dernière? Selon le pape Bergoglio, qu’un protestant regrette intérieurement ses fautes ou qu’un catholique reçoive l’absolution sacramentelle, c’est la «même chose» [6]  ; passe ainsi à la trappe l’ordre objectif et sacramentel. Dès lors, rien ne semble interdire à un protestant la communion eucharistique [7], ce qui d’ailleurs s’est fait à Saint-Pierre de Rome le 15 janvier dernier, au profit d’un “évêque” luthérien finlandais et de ses ouailles [8].
Émanant de celui qui, héritier de ses prédécesseurs, est censé garder et transmettre le dépôt de la foi catholique, de tels faits et gestes sont tout simplement dramatiques. Mais le pire est ailleurs: Luther trône au Vatican.
La réforme liturgique, Mgr Lefebvre l’avait dit, avait abouti à « la messe de Luther  ». On pourrait encore souligner que le discours de l’Église conciliaire sur la Rédemption ou la Miséricorde est droitement hérité du protestantisme libéral du XIXe siècle  ; que de cette même source empoisonnée a aussi jailli la théorie œcuménique dite des “branches” – explicitement condamnée – selon laquelle protestants, catholiques, etc. seraient autant de branches d’un unique tronc, «  formant tous l’unique corps du Christ» [9]  ; que nos hommes d’Église ont encore emprunté aux protestants épiscopaliens leur langage et gestes panreligieux, tout orientés vers la paix dans le monde et le bien de notre maison commune, la terre. La liste hélas pourrait beaucoup s’allonger. Le fait est certain : Luther trône au Vatican.
Il n’est peut-être pas anodin que cet événement symptomatique se soit déroulé le 13 octobre 2016, à un an jour pour jour de la clôture du centenaire des apparitions de Fatima. La Vierge du troisième secret n’entend-elle pas nous montrer la gravité du péril qui, de l’intérieur, menace l’Église  ? Le pape François a annoncé qu’il se rendrait à Fatima le 13 mai 2017. Nous savons désormais à quelle intention prier : puisse le pape François y trouver le chemin de la conversion.
Abbé P. de LA ROCQUE
———-
[NOTES]
  1. Discours du 13/10/16 aux jeunes luthériens.
  2. Interview aux journalistes dans l’avion entre l’Arménie et Rome, 26/06/16.
  3. Visite à l’église luthérienne de Rome du 15/11/15, réponse à la 2e question libre.
  4. Visite à l’église luthérienne de Rome du 15/11/15, réponse à la 2e question libre.
  5. Visite à l’église luthérienne de Rome du 15/11/15, homélie.
  6. Visite à l’église luthérienne de Rome du 15/11/15, réponse à la 2e question libre.
  7. Visite à l’église luthérienne de Rome du 15/11/15, réponse à la 2e question libre.
  8. L’ “évêque” luthérien Samuel Salmi, qui venait d’être reçu par le pape.
  9. Discours du 13/10/16 aux jeunes luthériens

Revue-Item.com

article précédent

Honneur aux bâtisseurs

article suivant

Le pape et la liturgie

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS