La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

la Suède s’apprête à accueillir le pape

publié dans magistère du pape François le 28 octobre 2016


Suède : Le pape commémorera le 500e anniversaire de la Réforme protestante

 

Dans l'église luthérienne de Rome le 16 novembre 2015.

Dans l’église luthérienne de Rome, le 16 novembre 2015.

A l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante, le pape François se rendra à la fin du mois d’octobre pour un voyage de deux jours en Suède, où il participera à deux réunions œcuméniques dans les villes de Lund et de Malmö, avant de rencontrer la communauté catholique du pays.

Le lundi 31 octobre, à 14h30, il participera à une prière œcuménique dans la cathédrale luthérienne de Lund, où il prononcera un sermon. « En se concentrant ensemble sur la centralité du problème de Dieu et sur une approche christocentrique », expliquait le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, cité par Radio Vatican le 1er juin 2016, « luthériens et catholiques pourront faire une commémoration œcuménique de la Réforme, non pas de façon purement pragmatique, mais dans le sens profond de la foi en Christ crucifié et ressuscité ». Le même prélat déclarait pourtant le 24 mars 2012, à Vienne, à propos de cet anniversaire : « Nous ne pouvons pas célébrer un péché ».

Malgré cela, le cardinal Koch a cosigné, ce 11 octobre, une lettre avec le pasteur Martin Junge, secrétaire général de la Fédération mondiale luthérienne, où l’on peut lire ces propos inspirés de l’irénisme conciliaire : « Pour la toute première fois, des catholiques et des luthériens vont commémorer ensemble, à l’échelle mondiale, l’anniversaire de la Réforme. Cet événement, qui est appelé à faire date, reflète les progrès réalisés en cinquante ans de dialogue international catholique-luthérien. Etabli après les importantes décisions prises par le concile Vatican II, le dialogue a permis aux deux traditions de mieux se comprendre l’une l’autre. Il a permis de venir à bout de bon nombre d’antagonismes et, surtout, il a instauré la confiance. Il a affirmé la conviction commune que ce qui unit les catholiques et les luthériens compte davantage que ce qui les divise. Il a donné expression à la profonde conviction de foi selon laquelle catholiques et luthériens sont, par le baptême, appelés à faire partie d’un seul et même corps. »

De son côté, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, écrivait dans un livre d’entretiens publié en mars 2016 par la maison d’édition espagnole BAC et intitulé Informe sobre la Esperanza (Rapport sur l’espérance) : « Nous, les catholiques, n’avons aucune raison de célébrer le 31 octobre 1517, la date qui marque le début de la Réforme et qui mena à la rupture du christianisme occidental. » Et de préciser plus loin : « Si nous sommes convaincus que la révélation divine est restée inchangée et préservée à travers les Ecritures et la Tradition, dans la doctrine de la foi, dans les sacrements, dans la constitution hiérarchique de l’Eglise, fondée sur le sacrement de l’ordination sacerdotale, nous ne pouvons accepter qu’il existe des raisons suffisantes pour se séparer de l’Eglise. »

Malgré cet avis contraire, le pape François se rendra à Malmö, le lundi 31 octobre à 16h40, au stade couvert Arena, où il prononcera un discours et rencontrera à 18h10 les différentes délégations œcuméniques. Nul doute que les protestants ne réservent un accueil fraternel au pape qui, le 13 octobre, a admis une statue de Luther dans la salle Paul VI, au cours d’une audience accordée à un millier de luthériens. Le pasteur vaudois Paolo Ricca, cité par Roberto de Mattei dans Corrispondenza Romana, le 19 octobre, déclare ainsi : « C’est la première fois qu’un pape commémore la Réforme. Cela représente, à mon sens, un pas en avant par rapport aux objectifs significatifs qui ont été atteints avec le concile Vatican II qui – en incluant dans ses textes et en mettant ainsi en valeur certains principes et sujets fondamentaux de la Réforme (c’est nous qui soulignons) – a marqué un tournant décisif dans les rapports entre catholiques et protestants. Participer à la commémoration, comme s’apprête à le faire le représentant suprême de l’Eglise catholique, signifie, selon moi, considérer la Réforme comme un événement positif de l’histoire de l’Eglise qui a fait du bien aussi au catholicisme (sic). La participation à la commémoration est un geste de grande importance, d’autant que le pape se rend à Lund, chez les luthériens ; comme s’il faisait partie de la famille. J’ai l’impression que, d’une façon que je ne saurais définir, il se sent comme appartenant aussi à cette portion de chrétienté née de la Réforme (sic) ». – Sans commentaire.

Le lendemain, le 1er novembre à 9h30, le Saint-Père célèbrera la messe de la Toussaint en plein air au stade Sweban à Malmö, pour les fidèles catholiques suédois, avant de reprendre l’avion pour Rome, à 12h45.

La Suède dénombrait 9,8 millions d’habitants, en 2015, dont 70% appartiennent à l’Eglise évangélique luthérienne. Eglise nationale jusqu’en 2000, seuls 2 à 3% de ses membres assistent au service dominical. Selon l’enquête WIN/Gallup International 2014 End of Year Survey, 59% de Suédois se déclarent « non religieux » et 17% « athées convaincus ».

Avec 113.000 fidèles, les catholiques suédois représentent 1,15% de la population totale.

(Sources : radiovatican/apic/eurel/osservatoreromano/croix/corrispondenzaromana – DICI n°343 du 28/10/16)

Lire également :
Visite du pape François au temple évangélique luthérien de Rome
Catholiques et luthériens œcuméniquement ensemble pour les 500 ans de la Réforme luthérienne !
Œcuménisme évangélisateur ?
Semaine de prière pour l’unité des chrétiens : « Ce que luthériens et catholiques sont capables de dire ensemble »
Un nouveau document commun pour l’anniversaire de la Réforme de Luther
De l’œcuménisme à l’apostasie silencieuse – 25 ans de pontificat

Revue-Item.com

article précédent

Il faut s’informer objectivement!

article suivant

Pourquoi la Colombie a refusé l’accord de « paix » avec le FARC?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS