La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

M l’abbé Simoulin et Mgr Lefebvre

publié dans regards sur le monde le 28 décembre 2016


Texte de M l’abbé Simoulin sur Mgr Lefebvre. Publié dans « Le Seignadou de Janvier 2017 sous le titre : «  Le principe de Monseigneur »

 

 

C’est parfait. Je signe.

….

« C’est pourquoi, s’il m’est arrivé souvent dans le passé de mettre en lumière le « Monseigneur des batailles », avec ses déclarations polémiques, ses refus, ses critiques et ses condamnations (certains, malheureusement, ne veulent rien savoir d’autre, comme s’il avait été un va-t’en guerre, toujours sur la brèche, avide de tirer sur tout ce qui bouge au Vatican),

 

Je préfère retenir aujourd’hui le Monseigneur, dont on parle moins, être de chair et d’esprit et non mythe désincarné, celui que j’ai connu et qui m’a formé: père, prêtre et missionnaire… évêque, fondateur et formateur d’âmes sacerdotales ! J’ose affirmer que c’est là le Monseigneur « substantiel », celui qui n’a jamais changé sous ses différents visages, fidèle en profondeur à sa grâce sacerdotale, immuable dans sa vocation au service de l’Eglise, de la Messe et du sacerdoce. L’autre visage, plus connu, de Monseigneur, le Monseigneur de la sainte résistance, n’est pas moins vrai que le premier, mais il est le fruit des circonstances et des évènements, celui qui n’aurait jamais dû avoir à se manifester. C’est le Monseigneur « prudentiel » agissant et réagissant avec force au gré des nécessités et des besoins des âmes et de l’Eglise.

 

Derrière ces visages variés, l’âme de Monseigneur est demeurée la même, après comme avant les condamnations. Combien de fois l’avons-nous entendu dire qu’il aurait préféré mourir que de devoir s’opposer à Rome ! Et ceux qui l’ont connu reconnaitront avec moi que c’est presque malgré lui, à contrecœur, poussé par la nécessité et le sens de son devoir d’évêque que Monseigneur a dû prendre des positions publiques fracassantes. Car son cœur était ailleurs, et ne se révélait librement que lorsqu’il se sentait en confiance, en famille, parmi ses prêtres et ses séminaristes. C’est à eux, quand il avait le bonheur de se retrouver parmi eux, qu’il livrait et libérait son âme. « Je m’excuse de revenir sur des problèmes qui paraissent des problèmes un peu polémiques. Je n’aime pas beaucoup cela – je préférerais faire des conférences sur la doctrine comme je l’ai fait sur Notre Seigneur Jésus-Christ… » (7 juin 1979)

 

Et s’il faut chercher encore où se trouve le principe qui faisait agir Monseigneur, il suffit de réentendre ces conférences aux séminaristes en février 1979, où il nous exposait le principe d’action que lui attribuaient ses interlocuteurs romains, au sujet d’une petite phrase qu’ils voulaient lui faire signer : « Par votre lettre du… vous avez fait des considérations générales sur la situation de l’Eglise depuis le concile Vatican II, qui seules permettent une réponse adéquate aux questions posées au sujet de l’Ordo Missae, au sujet de votre persévérance dans l’activité de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, malgré les interdictions que vous avez reçues des évêques et de Rome. Sur la base de ces considérations, votre position nous semble pouvoir être exprimée par la thèse suivante. » – La thèse est encadrée : « Un évêque jugeant en conscience que le pape et l’épiscopat n’exercent plus en général leur autorité, en vue d’assurer la transmission fidèle et exacte de la foi, peut légitimement pour maintenir la foi catholique ordonner des prêtres sans être évêque diocésain, sans avoir reçu des lettres dimissoires et contre la prohibition formelle et expresse du pape et attribuer à ces prêtres la charge du ministère ecclésiastique dans les divers diocèses. » Voilà, ils avaient trouvé cela ! Il faut reconnaître qu’ils sont plus forts que moi, puisque moi je n’avais pas trouvé ce principe, et eux me disent : « Voilà votre principe, voilà le principe qui vous a fait agir ». J’ai dit : « Ce n’est pas vrai. En tout cas, si, vous, vous le trouvez, moi, je ne le trouve pas, au moins formulé de cette manière-là ! Certainement pas !  Ce qui m’a fait agir, ce n’est pas un principe, un principe général, c’est la situation dans laquelle l’Eglise s’est trouvée. On s’est trouvé dans des circonstances qui, chaque mois, chaque année, nous ont fait prendre des décisions qui nous ont paru demandées par Dieu, c’est tout, demandées par les besoins de l’Eglise, par les besoins des âmes, pour le salut des âmes, c’est tout. Et ce n’est pas à partir d’un principe général comme celui-là. Evidemment on pourrait poser un principe général, mais pas exprimé comme il l’est là. » […] De plus en plus, on peut mettre des doutes partout, alors les fidèles se trouvent désemparés. Et comme les fidèles ont droit, absolument un droit strict, à recevoir les sacrements pour la vie de leur âme, pour vivre spirituellement, alors c’est un devoir pour celui qui peut donner ce secours aux fidèles, le secours de la doctrine, le secours de la foi et le secours des sacrements, d’aller le leur donner. Et donc, je disais : « Un évêque a le devoir de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que la foi et la grâce soient transmises aux fidèles qui les réclament légitimement, surtout par la formation de vrais et saints prêtres formés en tous points selon l’esprit de l’Eglise, quand bien même ces prêtres n’auraient qu’une incardination fictive. »

 

Tel est le seul principe qui faisait agir Monseigneur, exercice  de la vertu de prudence, mêlée de force et de justice, et non principe théorique implacable et immuable, applicable dans toutes les situations. C’est le même principe qui l’a conduit à sacrer quatre évêques en 1988, pour que la foi et la grâce soient transmises aux fidèles qui les réclament légitimement, surtout par la formation de vrais et saints prêtres formés en tous points selon l’esprit de l’Eglise.

 

Et si je dois encore citer le Monseigneur d’après les condamnations, je relèverai un signe de ce qui a toujours animé son âme, dans son « Itinéraire spirituel », où il confie: j’ai toujours été hanté par ce désir de désigner les voies de la vraie sanctification du prêtre selon les principes fondamentaux de la doctrine catholique de la sanctification chrétienne et sacerdotale.

 

Et nous avons encore les ultimes conférences qu’il donna au séminaire du 7 au 11 février 1991, quelques semaines avant sa mort. Hormis quelques rapides réflexions autour du cardinal Béa, il ne parle que de la liturgie et de la sainteté des prêtres, des dispositions qu’ils doivent avoir dans leur apostolat ! « quelle devrait être la disposition fondamentale du prêtre s’approchant des fidèles qui lui sont confiés ? Il est évident que la disposition fondamentale sera surtout une disposition de foi ! […] la première chose, c’est de prier et de demander à Dieu, par l’intermédiaire de Notre Seigneur, d’avoir le sens de Dieu.[…] Voilà la disposition fondamentale dans laquelle il faut vous mettre, il faut nous mettre pour nous efforcer d’être les meilleurs instruments possibles. Et pour cela, encore une fois, demander à Notre Seigneur puisque c’est par lui que tout nous est donné, c’est lui qui est notre lumière, c’est lui qui notre voie, c’est lui qui est notre sainteté, de nous aider ; de nous aider à mieux comprendre le plan du bon Dieu, à mieux comprendre ce que le bon Dieu veut des âmes et ce qu’il veut de nous ! »

 

Tel est le vrai Monseigneur, dévoilant une dernière fois cette âme sacerdotale qui avait animé toute sa vie même au cœur des combats les plus terribles pour Jésus-Christ, pour le Christ-Roi, pour l’Eglise, la Sainte Messe, le sacerdoce, la foi catholique, la Tradition doctrinale, morale et spirituelle de l’Eglise. Tel fut son unique combat, du premier au dernier jour de sa vie sacerdotale ! Que l’on relise le mystère de Jésus. C’est là que se révèle l’âme de Monseigneur Lefebvre. Ce serait une bonne lecture pour bien commencer l’année.

 

Je ne sais ce que nous réserve l’an 2017… Eglise, Fraternité St Pie X, politique … mais je sais que nous célèbrerons le centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima. Même si la consécration n’a pas été faite comme la Sainte Vierge l’avait demandé, si nous faisons ce que Notre-Dame attend de nous… nous n’aurons que de bonnes surprises ! »

 

Revue-Item.com

article précédent

Homélie du Pape François pour la messe de la Nuit de Noël

article suivant

« Le droit des parents agressé »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS