La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

De justes remarques sur une réconciliation prochaine entre Rome et la Fraternité saint PIEX

publié dans nouvelles de chrétienté le 5 juin 2017


Un nouveau pas vers la réconciliation entre Rome et la Fraternité S. Pie X

 

C’est un nouveau pas vers la réconciliation entre Rome et la Fraternité Saint Pie X. Le Pape avait accordé aux prêtres qui en sont membres la possibilité de recevoir validement le consentement des époux lors du sacrement de mariage. Jusque-là, les mariages célébrés par eux étaient considérés comme invalides par Rome. C’est dans le cadre de l’année de la miséricorde, et pour cette année-là, que le souverain pontife avait accompli ce geste pacificateur (de même pour le sacrement de pénitence.)

Cette année étant achevée, il a finalement prorogé sine die cette faculté.

Une lettre officielle de la Commission Ecclesia Dei (chargée des relations avec la Fraternité et autres traditionalistes) du 27 mars 2017 a officialisé cette autorisation. Mais l’évêque reste maître en son diocèse pour ce qui est de déléguer à des prêtres le droit de recevoir le consentement des époux. Or, on sait que les relations entre des fidèles de Mgr Lefebvre et l’épiscopat français sont pour le moins difficiles. Toutefois La Croix a noté que : « Trois évêques français ont donné à certains prêtres lefebvristes de leurs diocèses la délégation nécessaire pour bénir ou recevoir les consentements du mariage. » Ce qui est exact : il s’agit de NNSS Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, Alain Planet, évêque de Carcassonne et Narbonne et Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

Espérons qu’il ne s’agit là que d’un début !

La Croix note également, sans enthousiasme : « Le Vatican pourrait accorder prochainement à la FSSPX une prélature personnelle, cadre juridique très souple sur le modèle de l’Opus Dei : la Fraternité ferait alors partie de la structure hiérarchique de l’Église sans toutefois être circonscrite à un territoire comme les diocèses. » Espérons-le aussi !

Le paradoxe, si cette réconciliation définitive devait intervenir, est que ce soit sous le pontificat d’un pape « progressiste » qu’elle s’opère alors que Benoît XVI, plus traditionnel, n’y est pas parvenu bien qu’il souhaitait ardemment mettre fin à cette séparation. C’est pour cela – entre autres – qu’il a consenti le libre usage de la messe selon St Pie V – qualifiée de « rite extraordinaire » – mettant fin à des décennies d’un douloureux bannissement. Déjà Jean-Paul II, en l’autorisant sous réserve de l’accord des évêques qui n’en abusèrent pas (!) avait accompli un premier geste de réparation face à une injustice à l’égard des fidèles attachés à la tradition.

 

Pourquoi sera-ce peut-être François qui aura ce rôle historique ?

Il y aurait plusieurs raisons à cela.

L’une d’entre elles serait que, en tant qu’archevêque de Buenos Aires, il entretenait de bonnes relations avec les prêtres de la Fraternité, constatant leur zèle et leur piété ; il déclara d’eux « Ils sont catholiques ! », ignorant donc l’accusation de schisme.

Autre raison : il serait difficile pour le pape d’ouvrir largement ses bras à tous et à tout, juifs, musulmans, protestants, orthodoxes, athées et de les garder fermés pour les seuls catholiques de la Fraternité S.Pie X !

Enfin, mais ce n’est pas là, la meilleure raison : son peu de goût pour la doctrine. Benoît XVI est d’abord un théologien, auteur d’une œuvre considérable ; il était donc plus exigeant, sur le plan doctrinal, avec la Fraternité quoique, sur la fin, à propos du Concile, il le devînt moins. François est un pasteur. Les livres publiés sous son nom sont des recueils de ses sermons et autres exhortations ; parmi eux, aucun ouvrage de théologie. Il témoigne d’un certain indifférentisme doctrinal qui lui permettrait d’accueillir dans le giron de Rome des chrétiens d’obé- diences diverses, notamment des orthodoxes en acceptant un corpus doctrinal minimum. Dans ce cadre, pourquoi ne pas accueillir ceux que La Croix appelle des « lefebvristes » mais qui sont simplement des catholiques désireux de rester fidèles à l’Eglise de toujours ? P.R

 

(Source Bulletin d’Andreé Noël n° 2520)

Revue-Item.com

article précédent

Une défense légitime du Président TRUMP. Enfin!

article suivant

Dura lex sed lex. La loi est dure mais c’est la loi

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS