La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Les accords entre Rome et Pékin. Une trahison. Un drame.

publié dans regards sur le monde le 1 octobre 2018


« Evêque, c’est par toi que je meurs ! »
« Capitulation » du pape, « trahison » des catholiques chinois. Ainsi juge le cardinal Zen , ancien archevêque de Hong- kong, après l’accord signé entre Pékin et le Vatican. Il a ajouté que le cardinal Parolin, secrétaire d’Et at, numéro deux du Saint Siège, principal artisan de cet accord, a « vendu l’Eglise catholique au gouvernement communiste. »
Rappelons qu’en 1957, la dictature communiste a créé de toutes pièces une « asso ciation catholique patriotique » constituée d’agents du régime qui nomme des évêques et ne reconnaît pas l’autorité de Rome . Depuis 2010, l’Eglise officielle a désigné sept évêques non reconnus par
le Vatican. Il y a trente évêques de l’Eglise clandestine et persécutée.
n par Pékin de ces sept évêques. Or, parmi eux, il y a surtout des membres du parti.
Certes, le Vatican étant aussi un Etat, il a sa diplomatie mais la finalité de celle-là est ultimement ordonnée au bien de l’Eglise et au salut des âmes, même si l’on n’en perçoit par immédiatement tous les tours et détours. Mais, là, il ne s’agit pas d’un simple geste de courtoisie diplomatique mais d’
un abandon pur et simple des catholiques qui furent héroïquement fidèles à Rome en les mettant sous l’autorité d’év êques qui ont collaboré à leur persécution, jusqu’à les dénoncer. Imagine-t-on saint Pierre signant un accord avec Néron ?
Pour ce qui est de l’avenir, le pape assure que c’est toujours lui qui nommera les évêques. Certes, mais sur une liste de plusieurs noms proposés par Pékin ! Ce seront évidemment tous des prêtres dans la main du gouvernement.
Et cela intervient dans une période où les persécutions contre les chrétiens ont redoublé d’intensité ! La campagne de « sinisation » des religions
relancée en 2016 a abouti à la dest ruction de lieux de culte catho liques et protestants, à la dest ruction de milliers de croix et de bibles et à l’ incarcération d’ecclésiastiques et de fidèles.
Récemment plus de 2.000 croix ont été arrachées des églises dans le Zhejiang, sous prétexte qu’elles n’ étaient pas conformes aux no rmes de construction.
A Wenzhou, cinquante croix ont été arrachées pas plus tard qu’en mars dernier. Au mois d’avril 2018, cinq prêtres de l’Eglise clandestine ont été arrêtés et déportés dans un camp de travail après avoir été torturés. L’un d’eux a été retrouvé mo rt, officiellement « suicidé ». En fait, il a péri sous la torture.
Les catholiques fidèles devront obéir à ces évêques, émanation du pouvoir communiste. Le pape François l’a reconnu :«Ils souffriront » en ajoutant « Il y a toujours de la souffrance dans un accord. » « Toujours » ? Non, seulement quand le berger abandonne le troupeau aux loups ravisseurs. Ces catholiques ch inois, après avoir souffert pour l’Eglise, vont maintenant souffrir par l’Eglise.
Sainte Jeanne d’Arc, sur le bûcher, lança à Cauchon :« Evêque, c’est par toi que je meurs ! »
Aujourd’hui, les catholi-ques chinois pourraient dire la même chose, mais, hélas, trois fois hélas, il ne s’agit plus de l’évêque de Rouen mais de celuide Rome qui est aussi le pape.
(Sourcee Le journal d’andré Noel)
Cet accord est un vrai drame. Comment pouvoir soutenir et apprécier ce pape François qui est capable de poser de tels actes?  C’est lui l’assassin. 

Revue-Item.com

article précédent

La COP 21

article suivant

La PMA pour demain

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription. Cliquez ici.