La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Après le pape Bergoglio, le pape Tagle

publié dans nouvelles de chrétienté le 5 février 2019


 Après le Pape Bergoglio, le Pape Tagle ?

SOURCE - Abbé Claude Barthe – Res Novae – décembre 2018


À la fin de la dernière assemblée du Synode des évêques, le cardinal Luis Antonio Gokim Tagle, archevêque de Manille, s’est distingué sur l’une de ces vidéos qu’il affectionne et qui a fait le tour du monde. Il y fait des pas de danse pour signifier la pastorale missionnaire de l’Église qui s’avance vers les hommes, cependant qu’autour de lui des personnes de différentes régions du monde claquent des doigts sur le rythme qu’il donne.

On ne saurait d’ailleurs être plus synodal que le cardinal Tagle. En 2014, il avait eu ces mots, lors d’une conférence de presse à la Sala Stampa du Saint-Siège : « Dans ce Synode, l’esprit de Vatican II s’est manifesté chez les Pères ». Et après la dernière assemblée, il délivrait aux jeunes ce message : « Le synode va continuer là où vous êtes dans le monde entier, dans vos maisons, vos paroisses, vos écoles ».

Souriant et… énigmatique…

Souriant et énigmatique, assez insaisissable, il se dévoile peu, comme s’il était « en réserve ». Sa pensée n’a peut-être pas une grande originalité. Cependant, pour les personnages les plus en vue du pontificat actuel, Luis Antonio G.Tagle est rêvé comme le nouveau Montini de ce nouveau Roncalli que représenterait le Pape François. Que serait en effet devenu Vatican II, ouvert par Angelo Roncalli, sans l’élection (difficile) de Giovanni Battista Montini, en 1962 ? À la mort de Jean XXIII, aucun texte n’avait été encore voté. Le vrai Concile a été dirigé par Paul VI, réformateur inquiet et décidé, tout en étant relativement « modéré » par rapport aux progressistes de type Rahner et autres du groupe Concilium. Le pape Montini est donc celui qui a mené à terme les intuitions roncalliennes dans ce qu’il pensait devoir être un merveilleux rajeunissement du visage de l’Église.
Ce grand remue-ménage d’aujourd’hui, qui finalement ne bouge pas grand-chose mais crée un style ecclésial nouveau, une sorte d’hyper-Vatican II (les ouvertures morales d’Amoris lætitia), n’aura de conséquences durables que si le successeur de François a la capacité de réellement bâtir une nouvelle étape dans la transformation de l’Église.

Qui est exactement le cardinal Tagle

Luis Antonio G. Tagle, archevêque de la capitale du seul pays d’Asie où les catholiques sont majoritaires (1), 60 ans seulement, en a-t-il l’étoffe ? Élève brillant des jésuites, plein d’humour, il a obtenu ses grades théologiques à la Catholic University de Washington (thèse sur « Episcopal Collegiality in the Teachting an Practice of Paul VI », La collégialité épiscopale dans l’enseignement et la pratique de Paul VI). Devenu membre de la Commission théologique internationale, il a pris part aux travaux de L’Histoire de Vatican II, éditée par l’École de Bologne (Giuseppe Alberigo, Alberto Melloni), qui est typiquement une histoire « selon l’herméneutique de rupture ».
Évêque d’Imus, il est devenu le cardinal-archevêque de Manille par les mains de Benoît XVI, qui se plaisait à élever des universitaires reconnus, même s’ils n’étaient pas partisans de « l’herméneutique de continuité », tel le bibliste néo-bultmannien Ravasi, fait cardinal et Président du Conseil pour la Culture. Au sein d’un épiscopat philippin assez faible intellectuellement, L. À Tagle est incontestablement une étoile.
Le pontificat bergoglien en a fait un personnage de premier plan : lors des deux assemblées du Synode sur la famille, en 2014 et en 2015, le cardinal Tagle était l’un des co-présidents. Au cours de l’assemblée de 2018, il a eu un rôle plus discret mais fort important comme membre de la très importante commission pour l’information, dirigée de fait par son ami et conseiller, le P. Antonio Spadaro, sj, directeur de La Civiltà Cattolica, lui-même lié à cette province importante de la Compagnie de Jésus que constituent les Philippines, un des fleurons jadis de l’empire espagnol, où les jésuites tiennent pas mal de commandes.

Président de Caritas Internationalis

En fait, Luis Antonio G. Tagle n’a même pas à prendre la peine de tisser des réseaux : toutes les tendances de mouvement se tournent vers lui. Un de ses puissants soutiens, le cardinal Rodriguez Maradiaga, du Honduras (coordinateur du Conseil des 9 cardinaux chargé par le Pape de proposer des idées pour la fameuse réforme de la Curie), a réussi un coup de maître en le propulsant, en mai 2016, président de Caritas Internationalis. Élu avec une majorité de 91 représentants sur 133, la campagne en sa faveur s’était faite sur un thème simple : Tagle, comme François, est le défenseur des marginalisés.
Donné comme un grand représentant « de la pensée théologique asiatique », le cardinal Tagle a reçu le Pape en janvier 2015 devant 5 millions de personnes, sous une pluie battante.
Il y a un Tagle que l’on pourrait qualifier de militant, celui qui s’est chargé de rédiger, dans L’Histoire du Concile Vatican II, le long chapitre concernant ce que l’on appelle « la Semaine noire », à la fin de la 3ème session, en novembre 1964 (2). Il raconte ce moment où la minorité joua son rôle le plus actif et obtint de Paul VI, qui voulait maintenir la cohésion du Concile, sinon des gages, du moins quelques apaisements (ajournement de la liberté religieuse, Nota explicativa prævia ajoutée à la constitution sur l’Église, introduction autoritaire de 19 modifications dans le décret sur l’œcuménisme, titre de « Marie Mère de l’Église »). Pour lui, les membres de la minorité sont des « adversaires », traités avec beaucoup de condescendance, les quelques retards qu’elle a obtenus, des « blessures douloureuses », qui n’ont pas entravé les « forces puissantes » du renouveau.
Mais il y a souvent un Tagle à la pensée relativement plane :

« Ma proposition est celle-ci : la conversion pastorale et missionnaire, mais aussi communautaire de l’Église. À l’écoute des jeunes, moi, en tant que l’un des “vieux prêtres” et Pères synodaux, je ressens l’appel à revenir à la simplicité de la foi et de la vie des chrétiens, à des relations, à des rapports tout simples de la vie commune » (VaticanNews, 16 octobre 2018).

Ses thèmes favoris de l’Église au service du monde et de l’unité entre les hommes, parviendront-ils à convaincre ses pairs ?
Abbé Claude Barthe
———–

1. Le primat des Philippines est l’archevêque de Cebu, mais c’est l’archevêque de la capitale qui est une figure politique, en lien avec les grandes familles qui dirigent le pays et les présidents qui se succèdent.
2. Dans Histoire du Concile Vatican II, 4ème vol., Cerf/Peeters, 2003, Luis Antonio G. Tagle, « La Semaine noire de Vatican?II », pp. 473-553.

Revue-Item.com

article précédent

Les gilets jaunes

article suivant

La récente suppression de la Commission Ecclesia Dei

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription. Cliquez ici.