La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Asia Bibi

publié dans regards sur le monde le 2 mars 2020


En France, les musulmans s’en prennent aussi à la chrétienne Asia Bibi

 

Asia Bibi est cette chrétienne pakistanaise qui a été condamnée à mort dans son pays pour blasphème contre l’islam. Elle aurait insulté le « prophète ». Il n’en est rien.

 

L’histoire est celle-ci.

 

Deux femmes demandent à Asia Bibi de l’eau à boire. Elle va en chercher au puits, prend un gobelet avec lequel elle boit une gorgée puis elle l’offre aux femmes. Mais l’une d’elle refuse cette eau, disant qu’elle l’a souillée parce qu’elle est chrétienne et donc « impure ». Asia Bibi se défend en expliquant qu’elle ne pense pas que Mahomet soit d’accord avec ce qu’elle dit. S’ensuit un échange difficile. La situation suscite l’indignation des femmes qui renchérissent : « Comment oses-tu parler comme cela du prophète, tu viens de commettre un blasphème. »

C’est tout !

 

Elle est arrêtée et emprisonnée en attendant son jugement. Des milliers d’islamistes manifestent contre elle, notamment à Lahore et à Islamabad, hurlant à la mort. Certains des responsables du parti islamiste vont jusqu’à menacer les juges de morts’ils devaient prononcer l’acquittement ! Jugée, elle est condamnée à la peine capitale.

 

Nous passons sur les longues péripéties qui conduisent à la suspension de sa peine et sa libération.

 

Libre, elle reste persécutée par des musulmans.

 

Le mollah Yousuf Qureshi à Peshawar annonce offrir une récompense équivalente à 4.500 € pour quiconque tuerait Asia Bibi.

 

Elle est finalement « autorisée » à quitter le pays pour échapper à la mort, tout comme son avocat.

 

Elle se réfugie au Canada.

 

Elle vient de demander l’asile politique à la France. Elle a été reçue par Emmanuel Macron àl’Elysée.

 

Il est probable mais pas sûr qu’il le lui accorde car des musulmans en France sont aussi partisans comme au Pakistan de la peine de mort pour les « blasphémateurs » puisqu’ils veulent que notre pays soit sous le joug de la charia.

 

Ils commen-cent déjà à faire pression sur l’Elysée. C’est ainsi que Sefen Guez Guez, l’un des avocats du Collectif contre l’islamophobie en France, s’est insurgé sur Twit-ter de cette rencontre, au palais présidentiel, osant un parallèle entre la chrétienne persécutée et les clandestins qu’il défend.

 

Comparaison et sous-entendu scandaleux, il écrit : « Faut-il que je demande à mes clients sans papier de devenir catholiques pour qu’ils soient reçus par le ministre de l’Intérieur ? » Ce faisant, il assimile la situation de migrants clandestins fraîche-ment arrivés sur le sol français, avec une chrétienne persécutée pour sa foi dans son pays d’origine, qu’elle a dû fuir après avoir évité de justesse la peine capitale.

 

Il sous-entend également que les catholiques en France bénéficient d’un statut privilégié qu’il faudrait soit abolir soit étendre aux musulmans. Si cet avocat présentait au chef de l’Etat un musulman jugé et condamné à mort dans un pays catholique pour blasphème contre la sainte Trinité et sollicitant l’asile politique en France, nous ne doutons pas que le président de la République le rece-vrait comme Asia Bibi. Mais, évidemment, MeSefen Guez Guez serait bien en peine de trouver un musulman répondant à ces critères. Le christianisme aujourd’hui comme hier est la religion la plus persécutée dans le monde. P.R

Revue-Item.com

article précédent

Courageuse protestation de Mgr VIGANO

article suivant

Le coronavirus et Mgr Roland! Enfin une réaction catholique et sensée!

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

- Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription (année 2020). Cliquez ici.
- Restauration de la Chapelle, retraites, accueil de pèlerins et séminaristes : découvrez les activités du Couvent Saint Paul repris par l'Abbé Aulagnier en juin 2019. Couvent Saint-Paul (Thiviers, Dordogne)