La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

La France doit dire la vérité sur Katyn

La France doit dire la vérité sur Katyn

publié dans flash infos le 20 avril 2010


 

La France doit dire la vérité sur Katyn

Dans son hebdomadaire, Yves Daoudal dénonce, à propos de Katyn, l’hypocrisie de nos médias :

« L’importance du geste de Poutine ne peut échapper à personne: l’homme fort de Moscou fut un officier du KGB, héritier direct du NKVD qui sur ordre de Staline anéantit l’élite de la jeunesse polonaise. En outre, sa présence à Katyn, et ses propos, permettront aux Russes d’accepter, ou de découvrir, la vérité. Car si Gorbatchev, en 1990, avait reconnu la responsabilité russe, la plus grande partie des Russes reste persuadée que la responsabilité du crime incombe aux nazis. Avec leur ton habituel de donneur de leçons, nos médias soulignent avec une méprisante condescendance qu’enfin les Russes disent la vérité sur Katyn. Cette vérité que nous connaissions, quant à nous, depuis toujours.

C’est d’une monstrueuse hypocrisie. Oui, la vérité était connue depuis toujours, c’est-à-dire depuis avril 1943, quand la commission d’enquête internationale établit sans aucun doute possible la responsabilité soviétique. Mais qui l’a dit? Affirmer cela, à l’époque, c’était faire le jeu de la propagande nazie, puisque la commission (comprenant des experts de 11 pays) avait été constituée par le gouvernement du Reich. Et ensuite l’affaire de Katyn disparut pour toujours. Alors que les médias nous entretiennent en permanence de tout ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ne parlent jamais de Katyn. Un nombre infime de Français est au courant de cette affaire, et un nombre encore plus infime connaît la signification de ce qui s’est passé à Katyn. Car il ne s’agit pas d’abord du massacre de milliers d’officiers polonais, mais de l’éradication de l’élite polonaise : ces officiers n’étaient pas des militaires de carrière, ils étaient étudiants, ou jeunes médecins, avocats, ingénieurs, professeurs, et c’est pour cette raison qu’ils devaient être éliminés. Ils étaient des ennemis de classe, et leur élimination permettrait de prendre le contrôle de la Pologne sans résistance. Katyn, c’est un génocide.

Et pourquoi les Français ne savent-ils rien de Katyn? parce que l’information, et l’histoire, ont été contrôlés par les communistes et leurs compagnons de route pendant toutes les années d’après-guerre jusqu’à ce jour. Et il faut insister sur ce point: jusqu’à ce jour. Contrairement à ce que l’on pense souvent, il n’y a pas eu de changement après la chute de l’URSS. Et Katyn en est une terrible preuve. Le film d’Andrzej Wajda a eu un grand succès en Pologne, totalisant trois millions de spectateurs. Andrzej Wajda est le plus connu des réalisateurs polonais. Il est célébré dans le monde entier comme un des très grands cinéastes de notre temps. Katyn fut projeté hors compétition au festival de Berlin. Et il arriva deux ans plus tard en France. Pourquoi avec tant de retard? Parce que Wajda ne trouvait pas de distributeur (et déjà il n’avait pas non plus trouvé de grand producteur pour le financer…). Finalement, c’est une toute petite maison, spécialisée dans des films… russes, qui s’en chargea, et permis au film d’être diffusé dans de rares sales en France, une seule à Paris… Car on ne doit toujours pas parler de Katyn. Le sujet est maudit. Parce qu’il porte atteinte au communisme soviétique. Voilà qui en dit long sur l’imprégnation communiste des élites. Chez nous. Aujourd’hui. Et il y a une raison encore plus précise du boycott du film de Wajda. C’est que ce film est centré sur le mensonge communiste. Ce qui y est peut-être le plus frappant est la façon dont Wajda rend palpable le mensonge communiste, le fait que le communisme est intrinsèquement pervers. Son film exprime ainsi de façon profonde, juste, et très claire, le fait que Katyn est la pierre de touche du mensonge communiste. Et c’est ce qu’on ne lui pardonne pas. Car le communisme demeure, pour la plupart de nos « élites », une « idée généreuse qui a été pervertie ». »

Revue-Item.com

article précédent

Voyage du Pape à Malte: Discours de Benoît XVI à son départ de Malte

article suivant

Jean Raspail :LA PATRIE TRAHIE PAR LA RÉPUBLIQUE

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS