La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Un sondage de l’IFOP analysé par Jean Madiran dans Présent du Mardi 18 août 2009

publié dans flash infos le 17 août 2009


Nous demeurons toujours méfiants à l’égard des sondages, mais tout ce qu’ils annoncent n’est pas forcément erroné, et voici que l’IFOP vient de faire un grand progrès : il ne divise plus les catholiques en « pratiquants » allant à la messe une fois par mois (!) et non pratiquants qui n’en font pas autant.

Il distingue désormais entre croyants » qui ne pratiquent pas et « messalisants » qui vont à la messe, normalement, tous les dimanches. Plus ou moins rapide selon les saisons, la diminution du nombre de catholiques en France, constate l’IFOP, n’a pas cessé depuis quarante ans. Belle et bonne découverte.

Il y a quarante (et un) ans, c’était en effet le Mai 68 des trois M (Marx-Mao-Marcuse), et le ralliement de l’épiscopat français à ce « grand mouvement » par sa fameuse déclaration officielle du 20 juin 1968 (Documentation catholique du 7 juillet 1968, col. 1185 à 1187).

Et puis ce fut en 1969 (oui, il y a précisément quarante ans) la constitution apostolique déclarant promulguer une messe tellement nouvelle qu’elle en devenait méconnaissable. On ne devrait pas s’étonner que la désaffection proportionnellement la plus grande ait été chez les « messalisants » : c’était eux les mieux au courant et les plus directement atteints.

Le sondage nous dit aussi que le peuple catholique continue à vieillir, la proportion des plus de 50 ans et des retraités n’arrêtant pas d’augmenter : rien d’étonnant non plus puisque depuis quarante ans (au moins) il n’y a plus de catéchisme pour enfants baptisés dans la plupart des diocèses. La conséquence, là aussi, est directe : ravage chez les jeunes, ravage dans les vocations sacerdotales.

Le sondage constate d’autre part que, surtout chez les « messalisants », les catholiques deviennent de plus en plus « à droite », ce qui est, ajouterons-nous, un spectaculaire échec de l’épiscopat : il a tout fait pour l’empêcher, il y arrive de moins en moins.

Ce que les sondages ne peuvent mesurer, c’est l’intensité d’une germination, dont les fruits n’apparaîtront
que plus tard. – J.M.

Revue-Item.com

article précédent

Lu dans Présent du Mardi 18 août 2009, sous la plume de Jean Madiran :

article suivant

Prédication pour le 12ème dimanche après la pentecôte

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS