La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Jésus-Christ et la Vie Eternelle

publié dans paroisse saint michel le 26 septembre 2011


15ème dimanche après la Pentecôte.

Jésus-Christ et la vie éternelle.

« Celui qui sème dans l’esprit moissonnera de l’esprit, la vie éternelle »

MBCF, Cet enseignement de saint Paul est pour moi l’occasion de vous parler de nouveau de la vie éternelle. Ce point est tellement important. Notre vie terrestre doit se développer, s’épanouir en vie éternelle. La vie terrestre est limitée dans le temps. Elle est fugitive. Elle passera. Ce temps fugitif nous est donné pour « mériter » le ciel, la vie éternelle. Le ciel, la vie éternelle, c’est un lieu et un temps définitif…Aussi, de grâce, ne le manquons pas. Faisons tout pour l’obtenir. Faisons tout pour gagner notre ciel, C’était jadis le langage de nos grand-mères.

Je connais le moyen unique, exclusif de tout autre, le moyen impératif que je veux aujourd’hui encore vous rappelez : ce moyen unique, exclusif, nécessaire, c’est NSJC. C’est mon devoir de vous le rappeler souvent et toujours…Nous sommes tellement oublieux des choses du ciel accaparés que nous sommes, bien légitimement du reste, des choses de la terre.

Permettez-moi tout d’abord d’en appeler à l’autorité de NSJC, lui-même, à son enseignement.
Il ne cesse d’enseigner cette vérité.

Il l’enseigne à Marthe, la sœur de Lazare qui vient de mourir et qui, depuis, quatre jours déjà est dans son tombeau. Jésus arrive à Bethanie. Mathe l’apprenant se précipite vers lui : « Marthe dit à Jésus: « Seigneur, si vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je sais que tout ce que vous demanderez à Dieu, Dieu vous l’accordera. Jésus lui dit: « Votre frère ressuscitera. » « Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera lors de la résurrection, au dernier jour; Jésus lui dit: « Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en moi, fût-il mort, vivra; Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra point pour toujours. Le croyez-vous? » « Oui, Seigneur », lui dit-elle, « je crois que vous êtes le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir en ce monde ».

Oh merveilleux enseignement ! Retenons de ce sublime dialogue que Jésus est « la résurrection et la vie » ; que « celui qui croit en lui, fût-il mort, vivra ». Voilà la première leçon à retenir. Mais retenons encore le deuxième enseignement de NSJC : la foi en NSJC et en sa divinité est la condition nécessaire pour obtenir la vie éternelle.

Il faut également se rappeler le dialogue merveilleux entre Jésus et Nicodème. Il est tout centré, vous vous en souvenez, sur le baptême qu’il nous faut recevoir pour revivre à la vie divine et être introduit dans le Royaume de Dieu : « En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s’il ne renaît de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu ». Alors Jésus ayant dit cela élève la voie et dit : « Comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait a vie éternelle. » Ici Jésus affirme toujours la même vérité qu’il est principe de vie éternelle. Mais il précise l’objet de la foi qui ouvre le chemin de la vie éternelle : c’est la foi en sa Croix, en son sacrifice. C’est bien en effet ce qu’il veut dire dans l’expression « il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé ». La foi qui sauve, c’est la foi en son Sacrifice. Retenons ce deuxième enseignement. : Le Christ est Sauveur dans son sacrifice. La foi en son sacrifice est la voie royale de la vie éternelle.
Voilà le bel enseignement de l’Evangile et NSJC le confirme immédiatement après lorsqu’il dit cette phrase magnifique, une phrase de synthèse : « En effet, Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu ».

Et c’est alors que Saint Jean Baptiste donnera ce témoignage sur NSJC: « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; mais celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie; mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

On ne peut pas ne pas citer dans le chapitre 5 de saint Jean ces magnifiques phrases de Jésus se comparant à son Père : « le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que fait le Père, le Fils aussi le fait pareillement….Ainsi comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, aussi le Fils donne la vie à qui il veut…En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et n’encourt point la condamnation, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront.
Car comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même; Et il lui a aussi donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. Ne vous en étonnez pas; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix. Et ils en sortiront, ceux qui auront fait le bien, pour une résurrection de vie; ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de condamnation ».

MBCF, on ne peut exprimer plus clairement que l’espérance de la vie éternelle est en NSJC. Il a la vie en lui-même. Il est le principe de la vie éternelle. Profitez de l’audition de ces paroles de Jésus pour dire dans votre cœur en votre intime : « Oui Seigneur, je croix qu’en vous est la vie éternelle. Je crois en vous pour avoir la vie éternelle.

Sur ce sujet, il faut également citer l’enseignement de NSJC après la multiplication des pains. La foule avait rejoint Jésus à Capharnaüm. ET là Jésus leur dit : «Je suis le pain de vie: celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif…Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Car c’est la volonté de mon Père qui m’a envoyé, que quiconque voit le Fils et croit en lui, ait la vie éternelle; et moi je le ressusciterai au dernier jour….En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. Voici le pain descendu du ciel, afin qu’on en mange et qu’on ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour le salut du monde. » Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: « Comment cet homme peut-il donner sa chair à manger? » Jésus leur dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour….Celui qui mange de ce pain vivra éternellement ».

Ce langage ayant surpris, plus d’un juif le quittèrent, Jésus s’adresse alors aux 12 disciples : « Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? » Simon-Pierre lui répondit: « Seigneur, à qui irions-nous? Vous avez les paroles de la vie éternelle. »

Merveilleuses paroles toutes centrées sur la Sainte Eucharistie que NSJC me demande de croire comme étant, tout comme la foi en la Croix, principe de vie éternelle.

Fort de cet enseignement du Maître étonnez-vous alors de la deuxième prédication de Saint Pierre au lendemain de la Pentecôte. Souvenez-vous de ce merveilleux discours, tout enflammé, au sujet de Jésus seul et unique Sauveur. Il vient de guérir au nom de NSJC ce « boiteux de naissance » mendiant à la porte du Temple : «Regarde-nous. Et il tenait (les yeux) sur eux, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose. Mais Pierre (lui) dit :  » Je n’ai ni argent ni or; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, marche ! » « Et le prenant par la main droite, il le souleva. A l’instant les plantes de ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; d’un bond il fut debout, et il marchait, et il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant et louant Dieu ».
Alors les princes du peuple leur font mille tracas. Ils sont emprisonnés. On leur demande la raison de ce miracle : « Par quel pouvoir et au nom de qui avez-vous fait cela? »
Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit : « Chefs du peuple et Anciens, puisqu’on nous interroge aujourd’hui sur un bienfait (accordé) à un infirme, (pour savoir) comment cet homme a été guéri, sachez-le bien, vous tous, et tout le peuple, d’Israël : C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme est présent devant vous en pleine santé. C’est lui, la pierre rejetée par vous les constructeurs, qui est devenue tête d’angle. Et le salut n’est en aucun autre, car il n’est sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »

MBCF, Croyez cela et vous vivrez éternellement.

Revue-Item.com

article précédent

Inauguration de la chapelle de la Maison Générale près de Poitiers

article suivant

Sarkozy : la fin programmée ?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS