La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le problème qui remonte

publié dans regards sur le monde le 7 décembre 2012


Le problème qui remonte

Les évêques français se sont dits « heureux de leur visite ad limina », du moins ceux du troisième et dernier groupe de la visite qui s’est échelonnée du 20 septembre au 3 décembre. Les motifs de leur bonheur, tels qu’ils les expriment, ne sont pas toujours très clairs. Au sujet des « lefebvristes », un « responsable romain », non autrement désigné, « a confié aux évêques, à leur grand soulagement » :

« Désormais je comprends que ce problème remonte à votre Révolution française. »

Mgr Lefebvre en effet, avant même Ecône, dès 1956, l’avait écrit dans sa préface au livre de Jean Ousset Pour qu’Il règne :

« Les principes de 1789 ruinent les notions fondamentales des droits et de la justice, méconnaissant la loi divine qui détermine le bien et le mal. »

C’est cela même que l’Eglise enseignait ; c’est cela que Pie XII avait maintenu jusqu’à sa mort malgré le bouillonnement révolutionnaire qui se répandait dans le clergé. Et c’est cela dont l’Eglise a paru se détourner à partir de 1958.

On sait bien tout cela ; ou on est supposé le savoir. Ce qui reste mystérieux, c’est que « les évêques » (français), quand un « responsable romain » leur dit que le problème des « lefebvristes » remonte à 1789, puissent en ressentir un « grand soulagement ».

Ces propos étant publiquement rapportés par Frédéric Mounier, c’est lui qui pourrait peut-être éclaircir une telle énigme. De quoi exactement nos évêques se sentent-ils grandement soulagés ?

En attendant que cette incertitude soit éventuellement levée, nous ressentirions pour notre part « un grand soulagement » s’il fallait comprendre que la philosophie, la théologie et la pastorale catholiques réapprennent :

– qu’il y a un problème,

– qu’il est politico-religieux,

– qu’il remonte à 1789, c’est-à-dire à la Déclaration des droits de l’homme sans Dieu.

Cette Déclaration des droits de 1789 est celle qui est reconnue par la Constitution de la Ve République. Surtout par ses articles 3 et 6, elle implique nécessairement l’anarchie intellectuelle, la dégradation morale et la barbarie politique qui opèrent la désintégration progressive de la France.

JEAN MADIRAN

Article extrait du n° 7746
du Samedi 8 décembre 2012

NB: Celui qui voudrait approfondir le problème pourra  se référer à l’article que j’ai mis en ligne, il y a quelques jour, sur   »Regards sur le monde… »: « Antimoderne, encore et toujours ». Il comprendra.

Revue-Item.com

article précédent

L’optimisme conciliaire peut-il changer la réalité des faits ?

article suivant

L’Ordo liturgique 2013 de l’IBP

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS