La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Un curé franc-maçon démis de ses fonctions

publié dans flash infos le 28 mai 2013


Un curé franc-maçon démis de ses fonctions

 

C’est un évènement : Rome a demandé à l’évêque d’Annecy, Mgr Yves Boivineau, de démettre le curé de la paroisse Sainte-Anne d’Arly-Montjoie à Megève de ses fonctions, en raison de son appartenance au Grand Orient de France. L’abbé Pascal Vesin, âgé de 43 ans, prêtre depuis 1996, initié en 2001 dans une loge du Grand Orient de France, curé depuis 2004, a été informé de la décision dans la journée de jeudi, au cours d’un entretien avec Mgr Boivineau.

Informé en 2010 par courrier, l’évêque a interrogé ce prêtre, qui a nié. Confondu en 2011, il lui a été demandé de quitter la Franc-maçonnerie pour se consacrer à son ministère de prêtre. Mais, optant pour la « liberté absolue de conscience », le curé a affirmé son intention de vivre la double appartenance.

L’évêque bienveillant a poursuivi le dialogue afin de lui permettre de revenir sur ses positions. Dès le départ, le père Vesin a été clairement informé de la sanction encourue. Il a tout de même choisi de persévérer dans son erreur. En mars, la décision de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est tombée. L’évêque a demandé auprès de la Nonciature apostolique le délai nécessaire pour prévenir son Conseil presbytéral. Trois membres de ce Conseil ont été mandatés pour rencontrer leur confrère. Le père Vesin a encore refusé de quitter sa logue maçonnique.

Ce vendredi, le vicaire général du diocèse se rend à Megève pour informer le conseil paroissial de la sanction. Il doit également assurer les messes du week-end, pour expliquer la situation aux fidèles du village et des communes alentours, qui relèvent de la même paroisse.

Dans son communiqué, le diocèse souligne que « la peine peut être levée » si le père Vesin venait à « manifester clairement sa décision de revenir vers l’Eglise ».

A Megève, les prises de position progressistes du père Vesin (sur le mariage des prêtres, la défense de la laïcité, le port du préservatif ou le refus de laisser afficher les tracts anti-mariage gay) ne laissaient pas indifférent. En janvier 2013, il condamnait les appels à manifester contre la loi Taubira :

« Je suis un fidèle défenseur de la laïcité, de la loi de 1905 qui sépare l’État et les églises. L’Église n’a pas à s’immiscer dans le temporel. Elle peut poser des questions, ouvrir le débat mais de là à manifester… Que l’Église accompagne les grands changements de société oui. Mais dans ce cas-là elle se trompe de combat. On ne l’a pas vue pour ArcelorMittal alors que des gens ont reçu une lettre de licenciement juste avant Noël. Derrière tout ça il y a un fort relent d’homophobie. On m’a demandé d’afficher l’annonce de la manif contre le mariage pour tous le 13 janvier à Paris, j’ai refusé. »

Lundi, une conférence de presse est prévue à l’évêché d’Annecy.

Le père Pascal Vesin restera prêtre mais sans droit d’exercer. Il devrait continuer à être rémunéré pendant 6 à 12 mois. Lui-même n’y croyait pas, habitué par le laxisme ambiant :

« Cela faisait quelque temps que j’avais cette épée de Damoclès, mais je ne pensais pas qu’ils iraient jusque-là.

Depuis jeudi, il fait l’objet d’une « excommunication temporaire » avec interdiction de recevoir les sacrements, selon ses propres termes.

Claude Legrand, grand secrétaire de la Grande Loge nationale française (GLNF), estime que cette décision est « tout à fait exceptionnelle ». Son obédience compterait « une bonne poignée » de prêtres sur 26.000 maçons.

Revue-Item.com

article précédent

Fête de la sainte Trinité.

article suivant

Mgr Lefebvre : pour un épiscopat catholique

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS