La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Réveillons nous et faisons face!

publié dans regards sur le monde le 18 novembre 2015


LA BÉRÉZINA RÉPUBLICAINE

(Source site Saint Michel de Rolleboise)

 

17/11/2015

Par le Colonel J. Anrès

 

 

 

En novembre 1812, lors de la campagne de Russie, Napoléon est momentanément bloqué dans sa retraite par cette rivière marécageuse du nom désormais fameux de Bérézina. La Grande Armée essuie des pertes considérables mais n’est pas capturée ni ne se rend. Ainsi, cet évènement sera considéré comme une victoire par un petit nombre d’historiens pour le tour de force de Napoléon d’avoir réussi à ne pas tomber aux mains de l’ennemi et une cuisante défaite par les autres…

En novembre 2015, lors de la campagne républicaine à l’Elysée d’une durée de cinq ans, l’empereur des Français devenulente horreur des Français, alias le chef de nos armées, se trouve lui aussi bloqué par la rivière marécageuse d’une politique pour le moins irresponsable, un tantinet initiée par certains de ses prédécesseurs.

 

Contrairement à l’obstacle au repli que constituait la Bérézina pour la Grande Armée, la boueuse rivière politique de nos dirigeants s’avère un obstacle de taille au départ en guerre véritable contre le terrorisme. En revanche, à l’instar des troupes russes contre Napoléon, les barbares de l’Islam acculent notre chef d’Etat dans ses derniers retranchements. En effet, comment combattre ce fléau lorsque la diminution incessante des moyens pour l’endiguer a été le fer de lance de la politique réductive que l’on a menée, au lieu de conduire des actions gouvernementales d’incitation qui se seraient avérées, à mon avis, plus fructueuses ? Comment contenir cette menace, désormais effective, lorsque des considérations idéologiques inadaptées et des intérêts électoraux, à peine voilés, ont constitué le fondement de décisions aux conséquences désastreuses ?

 

L’autre différence par rapport à la bataille livrée par la Grande Armée réside dans le fait qu’il ne se trouve personne pour déceler dans cette situation un semblant de victoire comme l’ont estimé certains pour la retraite réussie de Napoléon lors de la bataille de la Bérézina. En revanche, tous s’accordent pour considérer que cette Bérézina républicaine est une cuisante et regrettable défaite dont la sécurité nationale en est désormais la principale victime…

 

Au lendemain de ces atrocités djihadistes qui ont ensanglanté le pays, notre chef d’Etat semble enfin avoir troqué sa mobylette de coureur de jupons avec un tank de chef de guerre ! L’expression « acte de guerre », prononcé à plusieurs reprises, témoigne d’une prise de conscience de nos dirigeants sur la nature de l’adversaire et sur celles de ses agressions. Les fous d’Allah sont bien des belligérants à considérer comme de vrais soldats d’une armée en opération, eu égard à leur organisation, leur mode d’action et leur armement. Les attentats, tout idéologique que soit leur fondement, sont des actes de guerre avérés, même si leur ennemi n’est pas une nation définie dont ils convoitent quoi que ce soit. De ce fait, ces extrémistes tiennent pour adversaires toutes les nations du monde tant que celles-ci, au mieux les empêchent de répandre leur terreur, au pire ne se soumettent pas à l’Islam !

 

Le treillis récemment enfilé par nos politiques, apparemment déterminés, donnera-t-il un aspect suffisamment guerrier et surtout efficace pour, d’une part, bouter hors du pays tous ces agents dormants installés depuis bien longtemps sur notre territoire et pour, d’autre part, évincer tous les « déclencheurs », probablement arrivés récemment avec l’impressionnante vague migratoire pour coordonner les actions criminelles ? La proximité dans le temps des récents attentats que l’agresseur justifie par les frappes aériennes de la France bien antérieures à cet afflux de réfugiés plaide pour cette analyse.

L’appel à l’armée pour s’opposer à un tel fléau apparaît une décision judicieuse maisl’action de nos forces sur le territoire national s’avère plus délicate. En effet, l’armée ayant pour vocation de défendre les intérêts de la France et ses ressortissants a pour mission, de ce fait, d’opérer à l’extérieur de nos frontières. Son action au sein du territoire contre des Français, même s’ils sont djihadistes, discrédite une force dévolue à la protection de celui pour qui elle est faite. Ces Nationaux désorientés et dangereux pour tous sont normalement la cible des Services Intérieurs d’intervention destinés et entraînés pour ce genre d’opération. Il est vrai que les méthodes d’investigation de l’armée diffèrent de celles de ces Services. Ces derniers sont souvent englués dans leur frilosité suscitée par la restriction de leurs agissements mais aussi freinés dans leur efficacité par le manque de moyens. L’armée, quant à elle, n’aura pas de scrupule à interpeller, les armes à la main, un individu soupçonné de futur terroriste. Elle n’attendra pas que ce dernier commette son attentat pour proclamer ensuite qu’il était bien suivi par ses services de renseignement. Il sera alors arrêté, puis la justice suivra son cours…

 

Il semble, dès lors, que la solution soit trouvée dans une collaboration étroite entre l’armée et les Services Intérieurs pour endiguer le terrorisme qui sévit sur notre territoire. Cette collaboration existe déjà au plan des informations fournies aux Services Intérieurs par les Services Extérieurs, tels que l’armée, la DGSE et les gendarmeries installées hors du pays. Cependant, en ce qui concerne une participation militaire aux actions domestiques, l’effectif dont dispose nos forces pour rendre efficace une telle opération d’envergure s’avère largement insuffisant. Napoléon a vu ses troupes se réduire par la force des choses, lors de la bataille de la Bérézina ; la France d’aujourd’hui voit ses effectifs militaires réduits à une peau de chagrin, par la volonté d’un gouvernement irresponsable, avant même que nos soldats n’aient pu combattre. Il convient, par exemple, de savoir que les effectifs de la SNCF sont plus nombreux que ceux de l’armée de terre !…

 

Bien que de formidables projets aient été entrepris et continuent d’être élaborés dans le domaine de la sécurité, comme le P.O.M (Prise d’Otages Massive) pour n’en citer qu’un, le succès de toute opération d’intervention, au-delà des paramètres indispensables que sont la stratégie et la surprise, nécessite un minimum de personnels et de moyens. Ainsi, lorsqu’on ne possède pas les moyens de sa politique, il est exécrable de faire la politique de ses moyens pour justifier ses désastreuses décisions et couvrir son incapacité.

 

Mes propos paraissent peut-être sévères mais ayant servi la France pendant près de trente ans en tant qu’officier, ayant tenu de sérieuses responsabilités dans le renseignement et la diplomatie, je ne puis m’empêcher d’affirmer que l’indigence de nos moyens militaires causée par nos politiques appelle, de leur part, un choix sans équivoque sur la priorité de nos actions militaires, sur l’engagement de nos Services actions et sur la clarté de notre politique extérieure…

 

Comme beaucoup de pays, la France est riche d’un passé brodé de faits grandioses. Toutefois, elle a souvent été, par le fait d’hommes faibles ou crédules, le ventre mou de situations internationales délicates : les accords de Munich ; certaines postures en Indochine ; la crise algérienne ; des accords franco-africains ; les interventions récentes au Proche-Orient… En ce moment-même, les terroristes nous pointent d’un doigt moqueur et amusé pour ce trait de comportement et usent contre nous de cette faiblesse. Daech va jusqu’à traiter notre chef d’Etat « d’imbécile de France »…

 

La France est en danger ! Son patrimoine et sa culture sont menacés. Son identité même pourrait être en péril ! Au vu de nos nombreux engagements sur divers théâtres extérieurs et compte tenu de notre impossibilité numérique de mener de front toutes ces interventions, il apparaît impérieux de rapatrier les effectifs nécessaires pour honorer la priorité indiscutable de la sécurité de la nation. Les intérêts extérieurs, certes louables pour la plupart d’entre eux, ne peuvent laisser libre cours à l’anéantissement d’un pays qui, de toute façon, ne pourra plus alors alimenter ses troupes extérieures…

 

*

 

A l’issue de l’exposé d’une telle situation, doit-on en conclure que tout est perdu et que l’avenir qui nous attend est encore plus triste qu’une nuit d’hiver à St Pierre et Miquelon ? Si tout n’est pas perdu et que la tristesse est le seul risque encouru, cela veut dire que nous nous sommes réveillés et avons su faire face !

 

Si nous nous réveillons, nous familles qui éduquons et prions, vous politiques qui décidez et gérez et vous médias auxquels il appartient de diffuser les informations pertinentes, la France pourra user de sa détermination. Elle pourra agir avec cette confiance en elle qu’elle sait retrouver lorsqu’elle se retourne vers ses racines, ces racines qui ont fait surgir de grands hommes, qui ont suscité de grands Saints allant jusqu’au martyre. Non, tout n’est pas perdu mais il faut décider, agir et faire face !

Il est enfin crucial d’éduquer nos enfants pour qu’ils réalisent que le monde d’aujourd’hui mènera au chaos s’ils ne façonnent pas, dès à présent, le monde de demain sur les valeurs inébranlables d’une foi enracinée dans l’amour de Dieu pour ceux qui sont Chrétiens. Pour ceux qui ne le sont pas, il est impératif qu’ils façonnent ce monde sur les valeurs d’un respect mutuel, d’une solidarité ancrée dans la loyauté et le dévouement envers son prochain pour le bien qu’on lui veut et ce, par simple amour. Si, de ce fait, ces derniers se tournaient alors vers Dieu, la France n’en serait que plus noble et ne tarderait plus à être sauvée !…

 

Colonel J. Anrès

Revue-Item.com

article précédent

Un discours de Poutine sur les minorités

article suivant

Vaincre le terrorisme

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS