La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

L’Islam combat nécessairement l’Eglise catholique;

publié dans regards sur le monde le 27 mai 2016


Abbé Pagès : « L’islam n’a pas d’autre raison
d’être que de persécuter à mort l’Église »

 

 

« Invité surprise » du colloque Orient-Occident : libertés en péril, organisé à Paris le 23 avril dernier par l’Association internationale Solidarité Copte Europe (AISCE), que dirige notre ami Sobhy Gress, l’abbé Guy Pagès a prononcé une courte mais excellente intervention dans laquelle il n’y a décidément rien à jeter. Mais ce sont, sans doute, des paroles rudes : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? » (Jn 6, 60).  Les voici…

 

 

 

 

 

 

Merci aux associations Solidarité Copte et SOS Chrétiens d’Orient [et puis à l’Aide à l’Église en Détresse] pour leur dévouement au service de nos frères chrétiens persécutés, par l’islam, dans leurs propres pays, parce qu’ils sont chrétiens.

 

L’islam en effet n’a pas d’autre raison d’être que de persécuter à mort l’Église pour lui ravir sa place et prétendre ainsi assumer à sa place la mission de salut du monde que Jésus lui a confiée (Mc 16, 16). Mais qui peut oser parler APRÈS la Vérité (Jn 14, 6 ; Coran 6, 73 ; 16, 40), sinon l’Imposteur ? Qui peut venir APRÈS le Christ, sinon l’Antichrist ? Qui peut venir APRÈS Jésus, sinon Mahomet ? Alors qu’au prix de Son sacrifice (Ep 2, 14-16), le Messie a détruit le mur de la haine entre les Juifs et les non Juifs (Ga 3, 27-28), en sorte que désormais à l’image de Dieu qui est Un, nous pouvons tous ne faire plus qu’un, voilà que l’islam vient détruire l’œuvre du Christ en divisant à nouveau l’humanité entre musulmans et non musulmans : « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (Coran 60, 4) ».

 

En islam, la liberté est une ennemie, parce qu’elle détourne de l’obéissance au Coran où tout est censé  consigné de ce que l’homme doit savoir (Coran 6, 153 ; 7, 3). Le mot arabe bid‘ah signifie à la fois « innovation » et « hérésie », en sorte qu’assimilée au plus grand des péchés, elle est passible de mort. C’est ainsi que l’islam se confond avec la destruction de toute vie humaine digne de ce nom, dans son projet de ramener l’homme à son état originel, au point zéro de son histoire, là où se trouve le véritable islam. Mais qu’y avait-il au point zéro de l’Histoire, sinon… rien ?!

 

Malheureusement, l’Occident, qui a lui aussi rejeté la foi chrétienne, est en train de perdre la liberté qu’il avait par elle reçue, selon cette Parole de Jésus : « Si vous gardez Ma parole, vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous libérera. (Jn 8, 32) ». Islam et laïcisme, bien qu’apparemment opposés, conduisent pourtant pareillement l’homme à l’esclavage, aussi vrai que l’idéal de l’islam est d’être l’esclave d’Allah, un dieu aussi irrationnel que cruel, et que le laïcisme, niant la vérité objective, lui préfère l’opinion, qui rend l’homme esclave de son ignorance et de son orgueil. L’alliance des deux que l’on ne voit que trop bien à l’œuvre au Moyen-Orient, est chez nous très bien exprimée par cette célèbre phrase de Roland Ries, sénateur et maire de Strasbourg : « Nous servons dans les cantines de la viande hallal par respect de la diversité, mais pas de poisson le vendredi par respect de la laïcité. »… Au nom de la lutte contre le terrorisme, non seulement nos libertés sont peu à peu sacrifiées, mais l’islam est officiellement défendu, promu et financé ! L’islam modéré bien sûr ! Celui qui n’a pas le même Allah, ni le même Mahomet ni le même Coran que le non modéré ! Celui qui se pose toujours la question de savoir s’il faut modérément tuer les apostats ou les tuer modérément… Le seul fait de parler d’islam modéré n’est-il pas suffisamment explicite pour dire que l’islam en soi ne l’est pas ?

 

Le constat de cette complicité qui se noue chaque jour un peu plus sous les auspices du dieu Argent, doit conduire les chrétiens à rendre un témoignage chaque jour plus fort à la Vérité. Jésus a dit n’être né et n’être venu en ce monde QUE pour ceci : rendre témoignage à la Vérité (Jn 18, 37). Le témoignage rendu à la Vérité détruit l’empire de Satan, père du mensonge et homicide dès le commencement (Jn 8, 44), comme le soleil levant chasse les ténèbres de la nuit. Aussi, pour l’amour de Jésus et de nos frères martyrisés, cessons de mentir au sujet de l’islam en répétant le discours qu’il veut entendre et que nous impose le politiquement correct ! Cessons de vouloir croire que l’islam est une religion, ce qu’il n’est pas, aussi vrai qu’il ne relie pas à Dieu, trop grand pour jamais s’associer à une créature ― Suprême blasphème ! ― et qu’il n’y a qu’un seul Dieu, un seul Messie et Sauveur, une seule foi, un seul baptême, une seule Église ! Cessons d’avoir peur et d’oublier que nous avons la vie éternelle (1 Jn 5, 13) ! Nos martyrs savent qu’il n’y a pas de plus grande gloire que de donner sa vie pour l’amour de Jésus. Le croyons-nous aussi ? « Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps et après cela ne peuvent plus rien faire, craignez Satan qui après avoir tué le corps peut aussi jeter l’âme en Enfer ! (Lc 12, 4) » !

 

La sauvegarde de ce qui nous reste de liberté, mais aussi le salut de nos âmes, de nos enfants, et des musulmans, implique la disparition de l’islam. Chacun doit être capable de rendre témoignage à la vérité auprès des musulmans qu’il rencontre et dont beaucoup n’attendent que cela… A cette fin, j’ai publié ce livre : « Interroger l’islam, 1501 questions à poser aux musulmans », de sorte que sans les agresser, mais en les invitant simplement à réfléchir, en leur posant des questions, nous aidions les musulmans à se libérer de l’esclavage du mensonge et à devenir eux-mêmes libres de la liberté des enfants de Dieu !

 

Que la Mère de l’Église, « terrible comme une armée rangée en bataille » (Ct 6, 3-9), nous aide, dans ce grand combat, à prendre chacun notre part de souffrances, en bon soldat du Christ Jésus (2 Tm 2, 3) !

 

Source : Islam & Vérité, 27 avril

Revue-Item.com

article précédent

La conférence d’Anca-Maria Cerna sur le « Marxisme culturel ».

article suivant

« Le martyr pour la foi en notre temps »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS