La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Élection à la Maison Blanche

publié dans regards sur le monde le 31 octobre 2016


 

 

unnamed

J’ai pensé ces derniers jours que les dés étaient jetés et qu’Hillary Clinton allait accéder à la Maison Blanche. C’était à mes yeux, tragique, mais je m’efforçais de regarder la réalité en face.

Non seulement la continuation des années Obama, mais le risque voir un Président criminel à la Maison-Blanche

Je considère toujours qu’il est très possible que cela se passe et qu’Hillary Clinton accède à la Maison Blanche.

La décision du directeur du FBI, James Comey, de rouvrir l’enquête sur le serveur email d’Hillary Clinton, et le fait qu’il ait rendu publique sa décision constituent néanmoins un tournant.

Il va être difficile pour les démocrates d’ignorer l’ombre qui pèse sur leur candidate, et leurs réactions immédiates l’ont montré.

Il existe pour Donald Trump la possibilité de rappeler d’une manière plus claire et plus nette encore ce qui est en jeu : non seulement la continuation des années Obama, mais le risque voir un Président criminel à la Maison Blanche.

Hillary Clinton ne s’est pas seulement rendue coupable de la divulgation de secrets d’Etat et de documents classés “confidentiel défense” par le biais d’un serveur clandestin, ce qui constitue en soi tout un ensemble de crimes fédéraux qui devraient lui valoir la prison à vie en vertu de l’application de l’Espionnage Act de 1917 ; elle a été jusque voici peu, avec son mari, à la tête d’une entreprise de corruption massive appelée Fondation Clinton, et les preuves de trafic d’influence reliant la Fondation Clinton au Département d’Etat à l’époque ou elle était Secrétaire d’Etat se multiplient.

Nul ne sait pourquoi James Comey a décidé de rouvrir l’enquête et de rendre publique sa décision. On l’apprendra sans doute très vite.

Ce qui doit être noté est que dès le mois de juillet dernier, tous les éléments devant conduire à une mise en examen d’Hillary Clinton étaient réunis, et James Comey a dressé à l’époque un réquisitoire accablant avant de dire, contre toute attente, qu’il n’y avait pas matière à une mise en examen. Il a été dit à l’époque qu’il ne voulait pas interférer avec le processus électoral. Il n’en a pas moins entaché la réputation du FBI et a semblé céder aux pressions venues d’Obama.

Ce qui semble avéré est que des remous sérieux existent au sein du FBI en raison de l’attitude de James Comey en juillet dernier : il existe des gens intègres au FBI.

Ce qui est avéré depuis quelques jours est qu’un dirigeant du FBI, Andrew McCabe, a changé d’attitude vis-à-vis de l’investigation concernant Hillary Clinton après que la campagne électorale de son épouse (qui se présente pour un siège au Sénat de Virginie) ait reçu un gros chèque d’un proche des Clinton.

Ce qui est évident est que la courroie de transmission des pressions venues d’Obama en direction du FBI a été la Ministre de la Justice Loretta Lynch, qui est maintenant en guerre ouverte avec James Comey et le FBI.

Hillary Clinton peut toujours compter sur les grands médias, qui vont tenter de nier l’évidence, sur l’establishment républicain et une part notable de l’establishment pseudo-conservateur, sur le parti démocrate, sur l’extrême gauche, sur divers truands et sur nombre d’artistes frelatés pour parvenir à ses fins.

Si elle parvient à ses fins, ce sera, de facto, la première fois qu’un criminel avéré qui devrait être en prison sera porté à la présidence des Etats Unis, et ce sera absolument grave.

Cela signifiera que l’Etat de droit et la séparation des pouvoirs, déjà profondément dévoyés et érodés sous Barack Obama sont en voie de destruction.

Cela signifiera que le respect que des dirigeants étrangers pouvaient encore avoir pour les Etats-Unis, malgré Obama, sera largement aboli.

Cela signifiera que les Etats-Unis cesseront d’être la puissance de la liberté, et que le désastre Obama deviendra abyssal.

Quand j’ai écrit Après Obama, Trump, mon objectif était de faire le bilan du désastre Obama, et ce bilan, hélas, est plus que jamais d’actualité. Ceux qui n’ont pas lu le livre ne peuvent comprendre à quel point Obama a été destructeur, au sein des Etats-Unis et à l’échelle internationale.

 

Mon objectif était aussi de parler de l’immense vague, commencée avec les tea parties, qui a porté Donald Trump vers la candidature.

J’ai expliqué dans le livre pourquoi Donald Trump pouvait gagner.

J’ai aussi, évoquant les obstacles dressés devant lui, pourquoi il pouvait perdre.

J’ai dit que sa défaite aurait de très lourdes conséquences, et signifierait que les idéaux sur lesquels les Etats-Unis ont été fondés seraient très gravement blessés.

J’ai dit que ces idéaux ne mourraient pas, mais qu’il faudrait du temps pour qu’ils puissent se redresser, peut-être beaucoup de temps.

J’ai dit dès le départ de la campagne de Donald Trump que celui-ci se présentait pour aller jusqu’au bout. Je ne m’étais pas trompé.

Donald Trump n’a cessé depuis le début de la campagne de faire preuve de courage. Il n’est pas sans défauts, mais quel homme est sans défauts ? Il vaut infiniment mieux que son adversaire, ce qui n’est pas difficile.

Il a su faire preuve d’opiniâtreté, ce qui est bien plus difficile.

Il a montré qu’il aimait son pays, ce qui le distingue totalement d’Obama et d’Hillary Clinton.

Il a un programme essentiellement conservateur, et il faut être un pseudo-conservateur aveugle pour ne pas le voir. Il a énoncé son programme de façon précise et détaillée le 22 octobre dernier (donaldjtrump.com/contract).

Je veux reprendre espoir, et penser qu’il reste une mince chance qu’il l’emporte.

Si ce n’est pas le cas, des années très sombres s’annoncent, pour les Etats-Unis et pour le monde.

Tous ceux qui ont oeuvré et oeuvrent encore pour qu’Hillary Clinton soit élue portent une très lourde responsabilité et se rendent d’ores et déjà complices des crimes passés, présents et à venir des Clinton, du parachèvement d’une transformation radicale des Etats-Unis, et de ce qui rend d’ores et déjà le monde plus sûr pour les tyrannies, les dictatures, la terreur et l’islam radical.

Un vieux proverbe chinois dit que quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.

L’économie américaine se porte mal et l’économie mondiale ne se porte pas très bien, des djihadistes sont présents et prêts à agir sur tous les continents, la guerre fait rage en Syrie et en Irak ; l’Iran, la Chine, la Russie montent en puissance, et nombre de journalistes regardent des femmes rémunérées par la campagne Clinton pour débiter des accusations débiles et sans le moindre fondement. J’aimerais penser que ces journalistes ne sont pas bien davantage que des imbéciles. Je n’y parviens pas.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Revue-Item.com

article précédent

13 nouveaux cardinaux

article suivant

le Cardinal Müller, préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi et la papauté!

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS