La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Vers la guerre?

publié dans regards sur le monde le 12 septembre 2017


Vers une guerre Corée du Nord-Etats-Unis ?

 

Sommes-nous au bord d’une nouvelle guerre mondiale ? L’escalade verbale entre la Corée du Nord et les EtatsUnis va-t-elle se muer en guerre tout court ?

Les « observateurs » et spécialistes militaires ne le croient pas. Car, pour eux, aujourd’hui comme hier, ce qui évitera le conflit, c’est la dissuasion nucléaire. Face à la multiplication des provocations des communistes nord-coréens, Trump pourrait réagir en appuyant sur la commande nucléaire pour les faire cesser, faisant de la Corée du nord un champ de ruines… comme la Corée du sud et le Japon, alliées des USA que Kim, le maître de Pyongyang, anéantirait aussitôt s’il le peut. Mais la Chine, soutien du dictateur coréen depuis toujours, ne resterait pas l’arme au pied et entrerait dans le conflit, profitant de l’occasion pour annexer Taïwan, la Chine nationaliste, qu’elle revendique. Tout le monde serait perdant.

Impossible, alors ?

Hélas ! non, la plupart des guerres ont pour origine un incident mineur qui s’envenime et sert de prétexte à un conflit généralisé. On ne peut donc exclure qu’un missile coréen au lieu d’exploser dans l’atmosphère ou au fond de l’eau tombe sur le voisin du sud ou le Japon, entraînant une riposte de Donald Trump. Toutefois il faut bien se garder de mettre sur le même plan Trump et Kim, comme le font certains politiques qui les dénoncent à égalité comme deux fous ou, au moins deux irresponsables, qui mettraient le monde à feu et à sang par orgueil ou… inadvertance, tel ce professeur de Sciences-Po qui déclare que « le caractère imprévisible des deux dirigeants actuels -Kim Jong-un et Trump- fait que l’hypothèse d’une guerre ne peut plus être rejetée comme auparavant. »

On feint d’oublier qu’il y a un provocateur qui multiplie les essais atomiques et une cible, les Etats-Unis et leurs alliés. Pyongyang multiplie à chaque essai sa puissance de feu, le dernier missile nucléaire, l’autre semaine, a été dix fois plus puissant que celui de septembre 2016 et pourrait théoriquement atteindre une cible dans un rayon de 10.000 km… Jusqu’à notre pays, donc !

Rappelons qu’au XXe siècle, ce sont toujours les communistes et leurs avatars qui ont agressé les nations du monde libre, se rendant responsables de plus de 80 millions de morts, et non l’inverse. (Cf. : Le livre noir du communisme, Robert Laffont)

Quant à Emmanuel Macron, il se contente de paroles aussi banales que convenues ; il « condamne avec la plus grande vigueur le nouvel essai nucléaire effectué par la Corée du Nord. Il fait suite à une série d’essais de missiles balistiques confirmant la volonté de Pyongyang de porter atteinte à la paix et à la sécurité internationales. » C’est bien là le service minimal. Il aurait pu, au moins, affirmer sa solidarité avec notre allié américain que vise la Corée du Nord. Mais, sans doute, considérant Trump comme un pestiféré, il ne veut, ni de près, ni de loin, manifester quelque solidarité que ce soit avec lui, même si elle est on ne peut plus justifiée à cette occasion. « Mieux vaut être informé d’une réalité si déplaisante soit-elle qu’être dupe des apparences dont on voudrait la parer » Le président des USA est dans son rôle quand il menace, en assurant qu’une agression ne resterait pas impunie. Dans pareil cas, on se demande ce que ce mollasson d’Obama aurait fait ; il aurait sans doute fait entendre une longue plainte sur un air de swing en disant que Kim n’est pas gentil et l’aurait exhorté à devenir raisonnable… Quant à l’ONU, cela fait dix ans qu’elle multiplie les sanctions économiques et diplomatiques contre Pyongyang qui s’en moque comme d’une guigne.

La Corée du Nord vivant en autarcie, les sanctions venant de l’extérieur ont peu d’impact sur elle et, quand elles portent sur l’importation de produits de première nécessité, c’est la population qui en souffre et meurt de faim et non pas les dignitaires du régime, le très joufflu Kim et ses acolytes ne manquant visiblement de rien. Rappelons ces chiffres terribles concernant les famines en Corée du Nord ces dernières années : les estimations du nombre de victimes vont de 1,5 million à 3,5 millions de morts de faim ou de maladies liées à la disette, sur une population de 22 millions d’habitants!

On peut se demander pourquoi un pays comme la Corée du Nord se dote d’armes nucléaires et en menace un pays mille fois plus puissant que lui, qu’il ne pourra évidemment jamais conquérir ou convertir au communisme. La raison en est que Kim, comme ses prédécesseurs, comme bon nombre de dictateurs, n’a qu’une obsession : garder le pouvoir. Il sait aussi que pour le lui faire quitter, il suffirait d’une pichenette de Trump… sauf si son pays possède la bombe atomique et le fait savoir. Ecoutons ce que dit Vladimir Poutine à ce sujet qui parle avec sagesse et bon sens et rafraîchit la mémoire des occidentaux : « Tout le monde se souvient bien de ce qui est arrivé en Irak et à Saddam Hussein. Hussein a abandonné la production d’armes de destruction massive. Néanmoins, sous prétexte de chercher ces armes, Saddam Hussein luimême et sa famille ont été tués lors de l’opération militaire bien connue. Même ses enfants sont morts à l’époque. Son petit-fils, je crois, a été abattu. Le pays a été détruit, et Saddam Hussein a été pendu. Ecoutez, tout le monde en est conscient et tout le monde s’en souvient. Les Nord-Coréens en sont également conscients et s’en souviennent. Pensez-vous que, suite à l’adoption de certaines sanctions, la Corée du Nord abandonnera son processus de création d’armes de destruction massive ? » Et d’ajouter : « La Russie condamne ces exercices de la part de la Corée du Nord. Nous croyons qu’ils sont provocateurs par nature. Cependant, nous ne pouvons pas oublier ce que je viens de dire sur l’Irak, et ce qui s’est passé plus tard en Libye. Certes, les Nord-Coréens ne l’oublieront pas. » Désormais, depuis l’action contre Saddam Hussein et Kadhafi, entre autres, pour tous les chefs d’Etat l’arme nucléaire est une assurance-vie. C’est pourquoi les mollahs en Iran ont tenté de fabriquer la bombe mais ils n’ont pas été assez vite et ont dû renoncer sous la pression internationale avant d’avoir pu aller jusqu’au bout de leur programme. C’est aussi la raison pour laquelle leur ennemi héréditaire, l’Arabie saoudite, tient à leur égard des propos belliqueux sachant qu’il n’y aura pas de riposte nucléaire.

Revue-Item.com

article précédent

« La réforme de la réforme liturgique », l’idée ne semble plus être appréciée à Rome autour du Pape

article suivant

Document pontifical à l’occasion de la Journée Mondiale du migrants et du réfugié, du 21 août.

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS