La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Pourquoi le célibat ecclésiastique?

publié dans la doctrine catholique le 15 novembre 2018


Pourquoi le célibat ecclésiastique ?

Pour bien répondre à cette question, il faut se rappeler la foi sur le sacerdoce. NSJC a voulu que son sacerdoce continue, que son Sacrifice soit perpétué, lui remonté au Ciel le jour de l’Ascension. C’est pourquoi il a conféré, le Jeudi Saint, le sacerdoce à ses disciples par ces paroles : « Faites ceci en mémoire de moi ». Ainsi pourraient-ils offrir son sacrifice en son nom, in persona Christi. Sacrifice et Sacerdoce sont les biens de l’Eglise. Ses trésors et sont intrinsèquement unis. L’Eglise est essentiellement sacerdotale. Par le sacerdoce à elle conféré, Elle continue le Sacrifice du Christ. L’Eglise, à la messe ne fait pas un mémorial. Non ! Elle continue le sacrifice de la Croix sur nos autels. Voilà ce qu’a voulu NSJC. La sainte Messe est avant tout le sacrifice de NSJC sur la croix, continué d’une manière non sanglante, sur l’Autel, par la consécration des espèces du pain et du vin, par les mains du prêtre. NSJC est présent sur l’autel, sinon il n’y aurait pas de Victime et partant plus de Sacrifice. Partant plus de sacerdoce. Tout cela est défini à jamais par l’Eglise au Concile de Trente. Ce sont des propositions de fide catholica definita

Le grand danger aujourd’hui que court l’Eglise est de perdre cette notion de sacrifice. Il faut garder la foi en ce mystère, en ce sacrifice de la messe, dans la grandeur de cette oblation par laquelle NSJC continue à s’offrir lui-même. Le vrai Prêtre à l’autel, c’est NSJC qui est le Grand Prêtre. Le prêtre ministériel n’est que son instrument. C’est NSJC qui est toujours le Grand Prêtre.

Mais c’est cela qui fait la grandeur du prêtre. Le prêtre est sublime ! Qu’une créature puisse au nom de Jésus Christ monter à l’autel, être l’instrument de Dieu et offrir Dieu lui-même, NSJC, pour le salut du genre humain.

On comprend alors que le prêtre puisse avoir des privilèges, puisse avoir des devoirs, et tout particulièrement le devoir du célibat ecclésiastique. Le prêtre est tellement uni à Dieu, lorsqu’il monte à l’autel, lorsqu’il prononce les paroles de la consécration ! Il fait obéir, d’une certaine manière, Dieu lui-même. Oui ! Lorsque le prêtre prononce les paroles de la Consécration, Dieu lui obéit. Il vient sur notre autel, sous les espèces du pain et du vin. Pour que le prêtre soit digne de prononcer ces paroles sur le pain et le vin, il est normal que le prêtre garde le célibat. Comme Notre Dame. Elle aussi est Vierge parce que, par son Fiat, elle fait en quelque sorte obéir Dieu. Lorsqu’elle dit : Fiat mihi secundum verbum tuum (Qu’il me soit fait selon votre parole), à ce moment, Dieu lui obéit. Il vient en son sein. Il obéit à Marie, la Vierge Marie. Elle est Vierge Mère. Pour qu’une créature soit capable de faire obéir Dieu, il faut qu’elle soit vierge, qu’elle soit complètement indépendante des choses de la terre. La Très Saint Vierge et le prêtre se ressemblent sur ce point et sont tous proches. Ce n’est donc pas en raison de son activité pastorale que le prêtre doit garder la virginité. Que « foutaise » tout cela !

Et c’est cette réalité surnaturelle qui attire le jeune à l’autel où il  prononcera ces paroles sublimes : « Ceci est mon Corps ». « Ceci est mon Sang ». Vous ne lui ferez jamais quitter le monde pour célébrer un simple « mémorial ». Vous ne lui ferez jamais accepter et vouloir le célibat si on lui enlève cette grande réalité du Sacrifice de la messe. C’est donc dans les paroles de la Consécration que je trouve la raison du célibat, comme Marie dans son « Fiat ». Alors on comprend très bien que des jeunes hésitent à se lancer dans le sacerdoce aujourd’hui, avec cette réforme liturgique de la messe de  Paul VI qui a fait de notre messe plus un repas, plus une « Cène eucharistique » que le renouvellement du sacrifice de la Croix. « Si l’on veut restaurer le sacerdoce, il est nécessaire de restaurer la liturgie dans toute sa valeur dogmatique et son expression hiérarchique selon le rite romain consacré par tant de siècle d’usage ». Tout autre effort est vain. Quel travail pour les instituts « Ecclesia Dei ». Qu’ils y restent fidèles.

Revue-Item.com

article précédent

Commentaire des psaumes du bréviaire romain Psaume 9 A (N° 8)

article suivant

Commentaire des psaumes du bréviaire romain psaume 9B (n° 9)

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription. Cliquez ici.