La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

pas de F^te-Dieu! Des manifs!

publié dans nouvelles de chrétienté le 12 juin 2020


Pas de Fête-Dieu ! Des manifs !

Monsieur Castaner, qui ne sait pas que Notre-Dame de Paris est une cathédrale, ne sait sans doute pas plus que le jeudi qui suit la fête de la Sainte Trinité est la Fête-Dieu, fête chômée dans certains pays d’Europe comme la Pologne. En France, cette solennité est reportée au dimanche qui suit. Le Saint-Sacrement est alors conduit en procession à travers les rues, manifestant la reconnaissance du peuple chrétien pour les bienfaits reçus par l’Eucharistie et la souveraineté du Christ, roi des cœurs des intelligences et des volontés, sur les cités. La séquence de cette messe, le Lauda Sion, a été composée par saint Thomas d’Aquin lui-même. Cette manifestation publique de foi était une pratique particulièrement chère au peuple chrétien jusqu’à ce que les années postconciliaires ne voient sa quasi-disparition. L’heure était à l’enfouissement, pas au triomphalisme ! Cependant depuis quelques années cette pratique a trouvé une nouvelle jeunesse.

 

Pas de procession

 

Or, en ce dimanche 14 juin aucune procession de la Fête-Dieu ne pourra avoir lieu, en application du décret interdisant les rassemblements de plus de dix personnes dans l’espace public. Le fidèle pratiquant de base avait déjà été un peu surpris d’observer que la manifestation, non autorisée de soutien à Adama Traoré du 2 juin, rassemblant 20 000 personnes, avait été, dans les faits, tolérée, aucune poursuite n’étant diligentée contre les organisateurs. Ne parlons pas de disperser la manifestation non autorisée, c’est bon pour les « Gilets jaunes ». Une foule compacte se pressait, ainsi, place de la République alors que dans le même temps les catholiques avaient pu retrouver leurs lieux de culte mais en respectant les gestes barrière : un banc sur deux d’occupé, inscriptions préalables sur internet, etc. Interrogé sur RMC le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner vient, benoîtement, de déclarer que les manifestations à venir en soutien, à George Floyd et contre les violences policières, ne seraient pas autorisées mais qu’elles seraient tolérées et qu’il n’y aurait pas de sanctions. Et il reste des naïfs pour croire que ce qu’a apporté la République c’est l’égalité devant la loi ! Les bras vous en tombent et ne se redressent pas à l’énoncé des motifs de cette décision par le premier flic de France : « L’émotion dépasse les règles juridiques ». Cette affirmation est la négation de tout rôle de la raison dans l’agir humain et la fin de toute vie en société. Si l’émotion devient le critère ultime justifiant et légitimant toutes les actions humaines, les fureurs n’ont pas fini de se déchaîner. N’est-ce pas saisis par l’émotion que violeurs, assassins et pédophiles laissent libre cours à leurs passions ? La compassion tenant lieu de raisonnement, les pires conséquences sont à craindre. Face à cela notre erreur serait de croire que la bêtise est inoffensive. La vérité est que, presque toujours, c’est un esprit lâche qui se déguise en cœur généreux. Chacun, cependant, l’aura compris il y a émotion et émotion. L’émotion née de l’adhésion à la religion universelle anti raciste ne saurait être confondue avec l’émotion d’une foule arriérée attachée à des pratiques obscurantistes.

 

L’heure de la colère de Dieu ?

 

On ne sache pas que la Conférence des Evêques de France se soit, pour l’instant, élevée contre cette discrimination à l’encontre des croyants. Marcher pour Adama Traoré ou Georges Floyd, c’est interdit mais toléré. Marcher pour Jésus-Christ c’est interdit et ce sera verbalisé, voire dispersé par la force. Nous n’aurons pas la cruauté d’analyser et comparer les parcours et les personnalités des trois personnes en question. Certains se sont interrogés pour savoir si la pandémie du covid 19 était un châtiment de Dieu. La réponse de l’Eglise, en particulier dans sa liturgie, a toujours été d’affirmer que les malheurs publics étaient la conséquence des péchés des hommes. Après deux mois de quasi suppression du culte public voici l’heure de l’interdiction de la manifestation publique annuelle d’adoration de Jésus- Eucharistie. Ce serait être d’une confondante candeur que de croire que tout cela n’attirera pas sur nos sociétés la colère de Dieu. « On ne se moque pas de Dieu » (Gal, VI,7) Quand on croit avoir touché le fond de l’abjection avec l’avortement libre et gratuit, la promotion des unions contre nature, la marchandisation du vivant, etc. on découvre que les limites peuvent encore être repoussées. Peut-être ne sera-t-il, d’ailleurs, pas nécessaire que la Providence intervienne directement. Cela est rare ! « Lorsque l’insolence de l’homme a obstinément rejeté Dieu, alors Dieu dit : Eh bien, que ta volonté soit faite ! Et le dernier fléau est lâché. Ce n’est pas la famine, ce n’est pas la peste, ce n’est pas la mort, c’est l’homme. Quand l’homme est livré à l’homme, alors on peut dire qu’il connaît la colère de Dieu. » (Louis Veuillot)

 

                                                                                                  Jean-Pierre Maugendre

Revue-Item.com

article précédent

A lire absolument ou à écouter

article suivant

de la jalousie

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Rechercher

- Retraites spirituelles de Saint Ignace de l'Institut du Bon Pasteur
Calendrier à télécharger avec bulletin d'inscription (année 2020). Cliquez ici.
- Restauration de la Chapelle, retraites, accueil de pèlerins et séminaristes : découvrez les activités du Couvent Saint Paul repris par l'Abbé Aulagnier en juin 2019. Couvent Saint-Paul (Thiviers, Dordogne)