La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Comment parler de Dieu?

publié dans paroisse saint michel le 1 décembre 2012


Premier dimanche de l’Avent
Comment parler de Dieu?

Le mercredi 28 novembre 2012 , lors de son audience générale, salle saint Paul, à Rome, le pape a poursuivi son enseignement sur la foi. Il a parlé, non plus de l’ intelligibilité de la foi, comme mercredi dernier, mais bien de « Comment parler de Dieu à notre époque » ? « Comment transmettre l’Évangile, pour ouvrir la route à la vérité salvifique dans les cœurs souvent fermés de nos contemporains ». Oui ! « Comment parler de Dieu

Comment parler de Dieu qui est un Dieu caché, transcendant, au-delà de nos pensées, un Dieu majestueux que nous ne pouvons ni voir ni toucher, un Dieu nécessairement mystérieux, un Dieu qui est « esprit » ? Oui « Comment parler de Dieu ? »
Je peux parler de Dieu « parce qu’Il a parlé d’abord avec nous ». « Il est entré personnellement dans la réalité de notre histoire, il s’est communiqué lui-même » d’abord dans sa création, mais surtout dans ces prophètes puis ultimement dans son Verbe. C’est ce que dit saint Paul dans son Epître aux Hébreux : « Après avoir, à plusieurs reprises et en diverses manières, parlé autrefois à nos pères par les Prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses » (Hb 11-2).

De fait, Dieu a parlé avec Adam et Eve, « à la brise du soir », nous dit l’Ecriture. Il a parlé à Noé, Il a parlé aux patriarches, à Abraham, à Isaac, à Jacob. Il a parlé à Moïse. Avec eux tous, il a parlé de son alliance, de sa bonté de sa miséricorde.

Cette alliance, il l’a fondée déjà avec Adam et Eve (Gen 3 15), mais surtout avec Abraham, et répétée avec Isaac et confirmé avec Jacob.

Avec Abraham !

Souvenez-vous des beaux récits de la Genèse : « Lorsque Abram fut arrivé à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans, Dieu lui apparut et lui dit : « je suis le Dieu tout-puissant ; marche devant ma face et sois parfait, j’établirai mon alliance entre moi et toi, et je te multiplierai à l’infini. Abram tomba la face contre terre, et Dieu lui parla ainsi : Moi, voici mon alliance avec toi : tu deviendras père d’une multitude de nations. On ne te nommera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je te fais père d’une multitude de nations. Je te ferai croître extraordinairement, je ferai de toi des nations, et des rois sortiront de toi. J’établis mon alliance, entre moi et toi et tes descendants après toi, d’âge en âge, en une alliance perpétuelle, pour être ton Dieu et le Dieu de tes descendants après toi ».
Dieu renouvela cette promesse d’une manière encore plus explicite après le sacrifice d’Isaac : « je l’ai juré par moi-même, dit Dieu: parce que tu as fait cela, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai; je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est au bord de la mer, et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. En ta postérité seront bénies toutes les nations de la terre, parce que tu as obéi à ma voix. » (Gen 22 15-16)
Il est vrai de dire, avec Benoît XVI : « Dieu a parlé avec nous ! Dieu n’est pas une hypothèse lointaine sur l’origine du monde ; ce n’est pas une intelligence mathématique très éloignée de nous. Dieu s’intéresse à nous, nous aime, est entré personnellement dans la réalité de notre histoire ».

Voilà une première considération sur l’objet de la prédication. « Comment parler de Dieu ? » Il faut parler de Dieu et de sa proximité d’avec nous

Mais plus encore, dit le Pape, « Il s’est communiqué lui-même jusqu’à s’incarner »

De fait, c’est surtout en son Fils, « Jésus de Nazareth », que Dieu nous a parlé. Il nous a donné l’Evangile de Vie, « de la bonne vie ». C’est pourquoi Dieu est vraiment « une réalité de notre vie », en son Fils. Il « s’occupe de nous ». « En Jésus de Nazareth, nous rencontrons le visage de Dieu, qui est descendu de son Ciel pour se plonger dans le monde des hommes, dans notre monde, et enseigner « l’art de vivre, le chemin du bonheur éternel … et nous montrer la bonne vie de l’Évangile ». Voilà l’enfant de la Crèche. Il s’appellera « Emmanuel », i.e. « Dieu avec nous ».
Et c’est là qu’il faut se souvenir du beau texte de Saint Jean en sa première Epître, absolument époustouflante. Il écrit : « Ce qui était dès le commencement ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et ce que nos mains ont touché, du Verbe de vie, – car la Vie a été manifestée, et nous l’avons vue, et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la Vie éternelle, qui était dans le sein du Père et qui nous a été manifestée – ce que nous avons vu et entendu, nous nous l’annonçons, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous, et que notre communion soit avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Et nous vous écrivons ces choses, afin que votre joie soit complète ». (I Jn 1)

Que c’est beau et consolant !

Oui car on voit ainsi que l’Evangile est, aussi et premièrement, non pas une œuvre morale, mais une œuvre de salut. « Nous vous annonçons la Vie éternelle ». Jésus en effet nous « a libéré du péché et fait de nous les enfants de Dieu ». Voilà la volonté de Dieu. C’est son œuvre réalisée en son Fils, le Verbe. Saint Paul lui aussi est formel:
« C’est en lui que nous avons la rédemption acquise par son sang, la rémission de nos péchés »
« C’est en lu que nous avons la connaissance du mystère de la volonté (de Dieu), … de réunir toutes choses en Jésus-Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre ».
« C’est aussi en lui que nous avons été élus, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, pour que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré dans le Christ ».
« C’est en lui que vous-mêmes, après avoir entendu la parole de la vérité, L’Evangile de votre salut, c’est en lui, que vous avez cru et que vous avez été marqués du sceau du Saint-Esprit, qui avait été promis, et qui est une arrhe de notre héritage, en attendant la pleine rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire ». (Eph 1)

Dès lors parler de Dieu, c’est donc parler au monde de ce salut divin, c’est parler de cette filiation divine apportée au monde par ce Jésus de Nazareth. Parler de Dieu au monde, c’est surtout, comme le dit le pape, avoir cette « forte passion pour ce projet de salut ». Et ce projet de salut, c’est « le plan de Dieu » caché aux générations passées et révélé, à la plénitude des temps, en Jésus.

Ainsi la prédication évangélique n’a pas pour objet « la chose politique », « la chose sociale », « les choses de ce monde », « la chose philosophique », – il y a hors de l’Eglise suffisamment de spécialistes ou qui se disent tels -, mais elle a pour objet l’annonce de « la Bonne Nouvelle d’un Dieu qui est réel et concret, un Dieu qui s’intéresse à nous, un Dieu-Amour qui se fait proche de nous en Jésus Christ jusqu’à la Croix et qui dans la Résurrection nous donne l’espérance et nous ouvre à une vie et qui n’a pas de fin, la vie éternelle, la vraie vie ». Voilà ce qu’il faut dire au monde. Voilà, nous dit Benoît XVI « comment parler au monde ». C’est clair.

Et de prendre l’exemple de saint Paul qui n’a cessé de garder devant lui l’expérience de sa conversion sur le chemin de Damas, de cette merveilleuse apparition de Jésus: « Qui êtes-vous Seigneur ? Je suis Jésus que tu persécutes ». Il est clair que la première réalité de la prédication de Paul, « c’est qu’il ne parle pas d’une philosophie qu’il a développée lui-même, qu’il ne parle pas d’idées qu’il a trouvées ailleurs ou inventées, mais il parle d’une réalité de sa vie, il parle du Dieu qui est entré dans sa vie, il parle d’un Dieu réel qui vit, a parlé avec lui…il parle du Christ crucifié et ressuscité ». De fait, Saint Paul n’a voulu prêcher rien d’autre que Jésus et Jésus Crucifié, car c’est en son  nom et en son sacrifice, le sacrifice de la Croix, que réside le salut : « Il n’y a pas d’autre nom sur la terre par lequel nous puissions être sauvés ».

Aussi le pape encourage-t-il tous les prédicateurs à avoir un commerce familier et personnel avec l’Evangile, comme l’eut saint Paul : « Paul, nous dit le pape, ne parle qu’avec le désir de vouloir prêcher ce qui est entré dans sa vie et qui est la vraie vie, qui l’a conquis sur le chemin de Damas. Par conséquent, parler de Dieu …naît donc de l’écoute, de notre connaissance de Dieu qui se réalise dans la familiarité avec Lui, dans la vie de la prière et selon les Commandements ».

Et le pape termine son discours par cette belle phrase synthétique: « parler de Dieu, c’ est communiquer, avec force et simplicité, avec la parole et avec la vie, ce qui est essentiel : le Dieu de Jésus Christ, ce Dieu qui nous a montré un amour si grand, au point de s’incarner, de mourir et de ressusciter pour nous ; ce Dieu qui demande de le suivre et de se laisser transformer par son immense amour pour renouveler notre vie et nos relations; ce Dieu qui nous a donné l’Église, pour marcher ensemble et, à travers la Parole et les sacrements, renouveler toute la Cité des hommes, afin qu’elle puisse devenir Cité de Dieu ».
Ce salut en Jésus-Christ est l’objet  de ce nouvel Avent, de cette année de la foi. Il sera médité par chacun. Amen

Revue-Item.com

article précédent

1. Année de la foi: 1er dimanche de l’Avent 2012: Dieu se révèle aux hommes

article suivant

N’en croyez pas ce que le Cardinal dit au Pape car c’est vraiment « borderline »

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS