La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le baptême: de l’institution du baptême Leçon 2

publié dans paroisse saint michel le 30 décembre 2010


Les Sacrements.

Le baptême.
Deuxième leçon
De l’institution du baptême

Après avoir donné la définition du baptême dans une première leçon, le définissant comme une « régénération par l’eau et par l’Esprit » ; après en avoir précisé la matière, l’eau naturelle, et la forme, « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit », le catéchisme de Trente aborde la question de l’institution du baptême. « Après ces explications, dit-il, il importe d’enseigner — et de rappeler aux Fidèles — que le Baptême, comme tous les autres Sacrements, a été institué par Notre-Seigneur Jésus-Christ ». C’est ce que nous allons étudier dans cette leçon seconde.

Sur cette question de l’institution du baptême, le catéchisme se pose deux problèmes :
- d’une part le temps précis où NSJC l’institua
-et d’autre part celui où l’obligation de le recevoir a été imposée à tous.

Il écrit, en effet : « ce qu’il faut expliquer (sur ce sujet) souvent et avec soin, c’est que pour le Baptême, il y a deux choses bien différentes à distinguer:
-d’une part le temps précis où Notre Seigneur l’institua,
-et de l’autre celui où l’obligation de le recevoir a été imposée à tous ».

Abordons tout d’abord la première de ces questions :

A- de l’institution du baptême par NSJC.

Il est clair que « ce Sacrement fut institué par Notre Seigneur Jésus-Christ, lorsque recevant Lui-même le Baptême par le ministère de Jean, Il voulut bien donner à l’eau la vertu de nous sanctifier ».

a- C’est l’enseignement formel de toute la Tradition.

Le catéchisme cite d’abord saint Grégoire de Nazianze puis Saint Augustin , un père de l’Orient et un Père de l’Occident, pour bien montrer le caractère universel de ce point de doctrine. L’un et l’autre affirment bien que c’est au moment de son propre baptême dans les eaux du Jourdain que NSJC institua le saint Baptême. Le catéchisme dit « tous deux nous assurent que ce fut en ce moment-là même – du baptême de Jésus dans le Jourdain – que l’eau reçut la vertu de nous régénérer pour la vie spirituelle ».

Nous lisons en effet dans Saint Augustin: « Depuis que Jésus-Christ a été plongé dans l’eau, l’eau a le pouvoir d’effacer tous les péchés ». Et encore: « Le Seigneur s’est fait baptiser, non qu’Il eût besoin d’être purifié, mais pour purifier l’eau au contact de sa Chair sans tache, et pour lui communiquer la vertu de nous purifier ensuite ». Ce texte se trouve dans un sermon de saint Augustin, le sermon 19.

b- C’est également l’enseignement de l’Ecriture Sainte

Car lorsque NSJC remonta sur la berge du Jourdain, alors apparut la merveilleuse théophanie, la même qui se renouvellera plus tard sur la montagne du Thabor, la manifestation de la Sainte Trinité.
Voilà en effet les paroles du catéchisme : « Mais ce qui nous fournit une preuve sans réplique de cette vérité,- i.e ; de l’institution par NSJC du sacrement de baptême lors de son propre baptême reçu des mains de saint Jean Baptiste – c’est que, à ce moment solennel, la Sainte Trinité tout entière, au nom de laquelle on confère le Baptême, manifesta sa présence. On entendit la voix du Père, le Fils était là en personne, et le Saint-Esprit descendit en forme de colombe. De plus les cieux s’ouvrirent, comme ils s’ouvrent pour nous par le Baptême ».
Or, c’est bien au nom de la Sainte Trinité que le baptême est conféré. « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ». C’est donc bien là, en ce moment, que NSJC institua le sacrement de Baptême.

Reprenons le récit des Evangiles pour bien s’en convaincre.

Voilà le récit de saint Matthieu : « Alors parut Jésus, venant de Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. Jean s’en défendait en disant :  » C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par vous, et vous venez à moi!  »
Jésus lui répondit :  » Laisse faire maintenant, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice.  » Alors Jean le laissa faire.
Jésus ayant été baptisé sortit aussitôt de l’eau, et voilà que les cieux s’ouvrirent pour lui, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voilà que des cieux une voix disait :  » Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances. « 

Celui maintenant de saint Marc : « Or, il arriva en ces jours-là que Jésus vint de Nazareth de Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain. Et, comme il remontait de l’eau, il vit les cieux entr’ouverts et l’Esprit qui descendait sur lui, comme une colombe. Et il y eut une voix des cieux :  » Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis mes complaisances. « 

Celui de saint Luc au chapitre 3 de son évangile, versets 21-22 : « Or, quand tout le peuple eut reçu le baptême, et que Jésus qui avait été baptisé priait, le ciel s’ouvrit, et L’Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe, et du ciel il y eut une voix :  » Tu es mon Fils bien-aimé : en toi j’ai mes complaisances. »
Enfin, en saint Jean : « Et Jean rendit témoignage en disant: « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe, et il s’est reposé sur lui. Et moi je ne le connaissais pas; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et se reposer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint. Et moi j’ai vu et j’ai rendu témoignage que celui-là est le Fils de Dieu. » (Jn 1 32).

Fort de cette explication nouvelle, on peut ajouter maintenant une précision à la définition du baptême. On peut dire en utilisant ce que nous avons expliqué dans la leçon 1 et ce que nous venons de dire dans cet leçon 2, que le baptême est « le rite institué par NSJC, qui consiste en une ablution, faite avec de l’eau naturelle, tandis que nous prononçons sur le sujet qui le reçoit, par la personne qui l’administre, ces paroles : « je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ».

Ne cherchons pas à savoir, nous dit le catéchisme « pourquoi il a plu à notre Seigneur d’attribuer à l’eau une vertu si admirable et si divine », « cela dépasse notre intelligence », (nous avons pu en comprendre cependant les hautes convenances. (Ce fut l’objet de notre § 3 de la leçon 1), « Mais ce que nous pouvons comprendre d’une manière suffisante, c’est que, notre Sauveur s’étant fait baptiser, l’eau, en touchant sa Chair très sainte et très pure, se trouva consacrée à l’usage de ce Sacrement ». Enfin, « nous ne devons pas perdre de vue que pour avoir été institué avant la Passion, le Baptême ne laissa pas d’en tirer toute sa vertu et toute son efficacité, parce que la Passion était comme la fin à laquelle le Rédempteur rapportait toutes ses actions ». Cette dernière phrase me parait de la plus haute importance. C’est la formulation d’un principe général qui illumine toute la vie de NSJC. Tout en NSJC, en sa vie cachée comme en sa vie publique, a été comme « focalisé » par sa Passion. Sa Passion est la raison de tous ces gestes, de sa venue en ce monde. C’est pourquoi il est juste de parler de « son Incarnation » mais de son « Incarnation rédemptrice ». La rédemption par sa Croix est la finalité de tout en la vie de NSJC. La Passion, c’est son heure. Il est venu pour cette heure : accomplir son sacrifice popur le rachat de nos péchés.

B- du temps de l’obligation de recevoir le Baptême.

Mais quel est le temps où la réception du baptême devînt une obligation ? Ce temps, c’est celui où, après la Résurrection , NSJC donna l’ordre à ses disciples d’aller enseigner toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Cet ordre fut donné juste avant l’Ascension.

Voici le témoignage des Ecritures.
En saint Marc : « Ressuscité le matin, le premier jour, de la semaine, il apparut d’abord à Marie la Magdaléenne, de laquelle il avait chassé sept démons…..Ensuite, il se montra sous une autre forme à deux d’entre eux qui cheminaient, se rendant à la campagne…. Plus tard, il se montra aux Onze eux-mêmes, pendant qu’ils étaient à table; et il leur reprocha leur incrédulité et leur dureté de cœur, pour n’avoir pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité des morts. Puis il leur dit :  » Allez par tout le monde et prêchez l’Evangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; celui qui ne croira pas, sera condamné ».

En saint Matthieu : après le récit de la résurrection, nous lisons cet ordre fait aux disciples par NSJC : « Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. En le voyant, ils se prosternèrent; mais il y en eut qui doutèrent. Et Jésus s’approchant leur parla ainsi :  » Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis
avec vous toujours jusqu’à la fin du monde. « 

Voilà ce que dit le catéchisme : « Quant au temps où l’obligation de recevoir le Baptême a été imposée à tous, il ne peut y avoir aucun doute. Les Auteurs ecclésiastiques conviennent que lorsque notre Seigneur, après sa Résurrection, dit à ses Apôtres: Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, au même moment, l’obligation de recevoir le Baptême fut imposée à tous les hommes qui voudraient se sauver ».

Le catéchisme cite encore le témoignage des Apôtres.

D’abord, celui de saint Pierre : « Cette conclusion peut se tirer également de ces paroles si autorisées du Prince des Apôtres: « Il nous a fait renaître à l’espérance de la vie par la Résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts » (1 Pet 1 3).

Puis aussi celui de Saint Paul, « qui, en parlant de l’Eglise, s’exprime ainsi: « Il s’est livré pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant par le Baptême de l’eau dans la parole de vie » (Eph 5 26).

Et le catéchisme de commenter : ces deux témoignages en effet, « semblent rapporter l’obligation du Baptême au temps qui suivit la mort du Sauveur, de sorte que ces paroles de Jésus-Christ: « Celui qui ne renaîtra point de l’eau et de l’esprit, ne pourra entrer dans le Royaume de Dieu » (Jn 3 5), s’appliquent évidemment au temps qui devait suivre sa Passion ».

Et en conclusion de ce § 2 sur l’institution du baptême, le catéchisme, de nouveau, attire l’attention des fidèles, dans un magnifique et ultime paragraphe, sur la vénération qu’ils doivent nourrir à l’égard de ce sacrement. Il donne deux raisons :
- en raison de « son excellence et de sa dignité » : il a été institué par notre Seigneur lui-même,
- en raison «du bienfait si admirable et si étonnant » de ce sacrement. En effet, ce sacrement nous engendre à la vie divine.

Voici ce merveilleux paragraphe : « Si les Pasteurs ont soin de traiter ce sujet comme il convient, il est impossible que les Fidèles ne reconnaissent point l’excellence et la dignité du Baptême, et ne conçoivent point des sentiments profonds de vénération et de reconnaissance pour un bienfait si admirable et si étonnant, surtout s’ils veulent réfléchir que les effets miraculeux, qui se manifestèrent au Baptême de Notre Seigneur Jésus-Christ, se produisent intérieurement par la vertu du Saint-Esprit dans l’âme de tous ceux qui reçoivent le Baptême. Et de fait, si, comme il arriva au serviteur d’Elisée, nos yeux pouvaient s’ouvrir de manière à voir les choses célestes, il n’est personne assez dépourvu de sens commun, pour ne pas être saisi d’admiration en présence des divins mystères du Baptême. Mais pourquoi n’en serait-il pas de même, si les Pasteurs exposaient toutes les richesses de ce Sacrement avec une clarté si parfaite que les Fidèles fussent capables de les contempler, sinon avec les yeux du corps, du moins avec les yeux de l’esprit éclairé par la Foi ? »

A la semaine prochaine !

Revue-Item.com

article précédent

CURÉS, N’AYEZ PAS PEUR !

article suivant

Le dernier interview de Mgr Fellay

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS