La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

La franc-maçonnerie, ses valeurs et la crise

La franc-maçonnerie, ses valeurs et la crise

publié dans flash infos le 27 août 2009


Dans le Monde du 26 août 2009, dans la rubrique « Point de vue », on peut lire ce « papier » signé de huit anciens Grands Maîtres

Le Grand Orient de France est né d’une volonté singulière : allier la démarche initiatique qui est une quête d’émancipation individuelle et de sagesse laïque et l’engagement citoyen en faveur d’une société « plus juste et plus éclairée ». Nous sommes attachés à un Grand Orient fier de cette histoire, de son histoire. Etroitement associé aux conquêtes de la République indivisible, laïque, démocratique et sociale, fort de ses valeurs communes, au premier rang desquelles la liberté absolue de conscience, il est riche de la diversité de ses loges, de la pluralité de ses rites, de ses pratiques démocratiques, de l’engagement civique de ses membres.

Nous défendons un Grand Orient engagé par l’action de ses Frères comme par l’affirmation de ses engagements collectifs décidés par les convents successifs.

Nous souhaitons un Grand Orient plus uni et plus dynamique, conscience de la République, préparant l’avenir afin que les nouvelles conquêtes de la science (nouvelles technologies, énergies ou thérapies) et la maîtrise du vivant, dans le respect de l’environnement, soient mises au service de toutes les femmes et de tous les hommes et non d’intérêts particuliers. A cette fin, nous attendons du Grand Orient qu’en amont de la politique et dans le respect de la liberté d’opinion de chacun de ses membres, il contribue aux grands débats de société par l’élaboration de propositions concrètes visant à promouvoir la liberté et l’égalité des droits entre tous les citoyens.

xavier-bertrand

La crise économique et sociale qui creuse dangereusement les inégalités à l’échelle de la planète ; les effets désastreux d’un système qui considère l’homme comme un moyen et non comme une fin, détériore les liens civiques et aiguise les égoïsmes ; le retour des peurs, des obscurantismes, des haines xénophobes, antisémites, racistes, sexistes, la montée des menaces sur la paix internationale : tout fait devoir aux francs-maçons de réaffirmer l’éthique républicaine, de défendre et d’étendre la démocratie.

L’effondrement des modèles, l’échec le plus souvent dramatique des grandes utopies politiques du XXe siècle donnent à certains le sentiment du vide, de dilution des repères, de perte de sens, de « désenchantement du monde ».

L’Europe de la citoyenneté et des droits sociaux que nous appelions de nos voeux se révèle principalement un espace de libre-échange pour les marchands. La République, pour qui toutes les femmes et tous les hommes, quelles que soient leurs origines, leur sexe, leur couleur, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques, naissent et demeurent libres et égaux en droit, se fragilise en doutant de son identité, de ses valeurs, de son indivisibilité. La laïcité est partout attaquée et l’Organisation des Nations unies est devenue le champ clos d’offensives visant à contester les libertés garanties par la Déclaration universelle des droits de l’homme, à nier la liberté de croire ou de ne pas croire et de critiquer une religion, à censurer la liberté pour tout être humain, en particulier les femmes, à disposer de soi-même.

Partout, la société se crispe et laisse place, comme hier, à l’émergence de populismes et d’extrémismes. L’histoire nous enseigne que sur ce terreau prennent racine les pouvoirs autoritaires et parfois totalitaires. Cette situation ne peut nous laisser indifférents : le risque est mortel pour les valeurs que nous défendons.

Nous avons parfois été en désaccord, adversaires d’un moment ou d’un mandat, mais nous avons toujours placé le Grand Orient et ses principes au-dessus de nos divergences.

Anciens grands maîtres, nous ne tirons aucune vanité particulière de l’exercice de nos fonctions, mais n’avons aucune honte à assumer les responsabilités de nos bilans, largement validés par les votes des délégués à nos convents. Notre devoir est de rester à la disposition de notre obédience, de ses membres, de ses loges, de ses institutions et de ses élus au service de notre idéal commun.

Pour cela nous souhaitons un Grand Orient fédération de loges libres, fidèle à son éthique humaniste et laïque, à sa tradition initiatique, capable d’évoluer avec le monde. Une obédience qui gère démocratiquement l’ensemble de ses questions internes, les réformes nécessaires de son fonctionnement mais aussi les questions de la mixité (alors que les loges ont ouvert leurs portes aux soeurs depuis si longtemps) avec l’exigence de sauvegarder la liberté des loges et l’unité de l’obédience. Une obédience fière de sa recherche d’ouverture aux autres obédiences : tels sont les principaux objectifs que les signataires ont en commun.

C’est dans les périodes de crise et de doute que la franc-maçonnerie trouve tout son sens, sa raison d’être. Refusant la résignation, le Grand Orient doit contribuer à l’intérieur comme à l’extérieur à l’indispensable nouveau souffle des Lumières. S’il ne veut pas trahir son rôle séculaire, il doit donc s’opposer fermement à toute transformation préjudiciable des acquis sociaux qui n’auraient pas pour but une préservation de leur existence, mais au contraire un retour à des conceptions idéologiques révolues et rétrogrades.

Pour nous, ce n’est pas négociable. L’histoire sociale, comme celle du progrès des idées, est une marche en avant ; elles ne peuvent être une régression. Nous demeurerons indéfectiblement attachés à la défense de la liberté de conscience individuelle et de la laïcité sociale dont nous avons été souvent les promoteurs ; elles ont assuré la paix religieuse depuis plus d’un siècle dans notre pays.

Nous sommes disposés à participer à toute discussion, voire à toute collaboration, qui va dans le sens d’une meilleure société. Mais, fidèles à notre histoire et à la philosophie qui est la nôtre depuis trois siècles, nous ne pourrions que nous opposer à toute entorse aux droits de l’homme et à tout recul du progrès de la société républicaine et démocratique.

——————————————————————————–

Papier signé par:

Gilbert Abergel, Alain Bauer, Bernard Brandmeyer, Paul Gourdot (mort le 24 juin), Philippe Guglielmi, Patrick Kessel, Jacques Lafouge, Jean-Robert Ragache,anciens grands maîtres du Grand Orient deFrance.

Revue-Item.com

article précédent

Benoît XVI et l’adoration liturgique: la réforme de la Réforme…en cours

article suivant

Prédication pour le 13 ème dimanche après la Pentecôte

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS