La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Jean-Paul II et la vie scaerdotale (2)

publié dans la doctrine catholique le 24 juillet 2013


2- Lettre de JP II du Jeudi Saint 2004
aux prêtres

Cette lettre développe essentiellement deux idées : l’une est relative à la nature sacerdotale, l’autre relative à la « pastorale des vocations »

De la nature sacerdotale.

C’est au Cénacle, « cette pièce située à l’étage » (Lc 22,12) que le pape convie cette année encore ses prêtres. Car c’est là, « lors de la dernière Cène », que « nous sommes nés comme prêtres ». « Voilà pourquoi il est beau et il est logique de nous retrouver au Cénacle » dit le pape, nous souvenant « de la haute mission qui nous unit » : « Faites ceci en mémoire de moi », « tous unis et remplis de reconnaissance » (n° 1).

En effet c’est au Cénacle que le Christ institua la sainte Eucharistie. C’est pourquoi il est juste de dire, avec le Pape, « Nous sommes nés de l’Eucharistie ». Puisque l’Eucharistie a été instituée au Cénacle et que le prêtre est « fait » pour l’Eucharistie, « Faites ceci en mémoire de moi » il est juste de dire que nous « sommes nés de l’Eucharistie ». Cette expression est belle. Elle exprime toute la vérité sur le sacerdoce. Le pape insiste très joliment : « le sacerdoce ministériel tire son origine, vit, agit et porte du fruit de Eucharistia ». «Il n’existe pas d’Eucharistie sans Sacerdoce, de même qu’il n’existe pas de Sacerdoce sans Eucharistie» (Jean-Paul II, Ma vocation, don et mystère, Paris 1996, p.91).

Et le pape fonde cette doctrine sur la doctrine du Concile de Trente : cf. Conc. œcum. de Trente, session XXIII, Doctrine sur le sacrement de l’Ordre, can.2: DS 1752; La Foi catholique, n.777. Ce n’est pas si fréquent pour que ce ne soit pas relevé. Il cite ensuite le Concile du Vatican II : Conc. œcum. Vat. II, Décret sur la vie et le ministère des prêtres Presbyterorum Ordinis, n.2; ainsi que sa lettre Dominicæ Cenæ, n.2 que nous analyserons plus tard. (n°2)

Le pouvoir du prêtre est grand, il « culmine même au moment où le prêtre consacre le pain et le vin, refaisant les gestes et redisant les paroles de Jésus lors de la dernière Cène ». « Face à cette réalité extraordinaire, nous demeurons étonnés et éblouis: comme est grande l’humilité d’un Dieu qui se penche vers l’homme et qui a voulu ainsi se lier à lui! Si nous sommes saisis d’émotion devant la Crèche en contemplant l’incarnation du Verbe, que pouvons-nous éprouver devant l’autel où, par les pauvres mains du prêtre, le Christ rend présent dans le temps son Sacrifice ? Il ne nous reste qu’à nous agenouiller et à adorer en silence ce grand mystère de la foi ». (n°2)

Ce « mystère de la foi » n’est pas seulement l’Eucharistie mais également le sacerdoce. « Il existe donc une réciprocité spécifique entre l’Eucharistie et le Sacerdoce, réciprocité qui remonte au Cénacle: il s’agit de deux sacrements nés ensemble, dont le sort est indissolublement lié jusqu’à la fin du monde ». C’est précisément au cours du dernier repas, que Jésus constitue la chose la plus importante pour les Apôtres. « En célébrant le Repas pascal et en instituant l’Eucharistie, le divin Maître porta à son achèvement leur vocation. En disant: «Vous ferez cela en mémoire de moi», il mit le sceau eucharistique sur leur mission et, s’unissant à eux dans la communion sacramentelle, il les chargea de perpétuer ce très saint geste ».

C’est pourquoi tandis que Jésus prononçait ces paroles au Cénacle, entouré de ses disciples: «Vous ferez cela…», « sa pensée s’étendait aux successeurs des Apôtres, à ceux à qui il donnerait de prolonger leur mission, distribuant le Pain de vie jusqu’aux extrémités de la terre. Ainsi, en un sens, chers Frères dans le Sacerdoce, nous avons été conviés nous aussi au Cénacle, chacun personnellement, l’un après l’autre, par le Christ, «dans son amour pour ses frères» (Préface de la Messe chrismale), pour recevoir des mains saintes et vénérables du Seigneur le Pain eucharistique, afin de le rompre pour la nourriture du Peuple de Dieu en marche sur les routes du temps vers la patrie ». (n°3)

Le pape rappelle ensuite que ce pouvoir eucharistique est le pouvoir propre du seul prêtre. L’assemblée des fidèles ne peut faire l’eucharistie ni même se donner un prêtre : « l’assemblée des fidèles, n’est pas en mesure de «faire» à elle seule l’Eucharistie, ni de «se donner» un ministre ordonné », dit-il.

Il rappelle l’enseignement du Magistère de l’Eglise, et d’abord son encyclique Ecclesia de Eucharistia, (n°29 : l’Eucharistie est un don de Dieu «qui dépasse radicalement le pouvoir de l’assemblée» et que celle-ci «reçoit à travers la succession épiscopale qui remonte jusqu’aux Apôtres» (Ecclesia de Eucharistia, n.29).

La prière pour les vocations sacerdotales que le pape appelle la « pastorales de vocations »

C’est alors que commence le développement de la deuxième idée : la prière pour les prêtres. Nous sommes à la fin du n°4. Le pape écrit : « le peuple chrétien, d’une part, remercie Dieu pour le don de l’Eucharistie et du Sacerdoce, et, d’autre part, ne cesse de prier pour que les prêtres ne manquent jamais dans l’Église » (n°4)
Le pape va développer quelques conseils pour cette pastorale des vocations.

Tout d’abord : « il faut avant tout prier le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson (cf. Mt 9,38). « C’est la prière, accompagnée par l’offrande silencieuse de la souffrance, qui est le moyen primordial et le plus efficace de la pastorale des vocations. « C’est de Lui seul, unique Souverain Prêtre, et de sa divine oblation que jaillissent en abondance, par l’action de l’Esprit Saint, les germes de vocation en tout temps nécessaires à la vie et à la mission de l’Église ». C’est Jésus, le maître de la moisson qui continue d’appeler tous ses ministres, ceux de hier, les Apôtres, comme ceux d’aujourd’hui.

C’est ensuite la fidélité des prêtres a leur vocation qui est également fort utile dans cette « pastorale des vocations » : « Cependant, avant toute autre initiative vocationnelle et plus qu’elle, c’est notre fidélité personnelle qui est indispensable ». Il ne faut donc pas être étonné, puisque pour le pape, le prêtre c’est l’eucharistie, de le voir lancer un appel à la fidélité à l’Eucharistie et d’écrire : ce qui compte « c’est notre adhésion au Christ, l’amour que nous nourrissons pour l’Eucharistie, la ferveur avec laquelle nous la célébrons, la dévotion avec laquelle nous l’adorons, le zèle avec lequel nous la dispensons à nos frères, spécialement aux malades. .. Les prêtres amoureux de l’Eucharistie sont en mesure de communiquer aux enfants et aux jeunes «l’admiration eucharistique» que j’ai voulu réveiller par l’Encyclique Ecclesia de Eucharistia (n.6). Ce sont eux en général qui les attirent de cette façon sur la voie du sacerdoce, comme pourrait le montrer utilement l’histoire de notre propre vocation ». (n° 5)

C’est pourquoi et c’est la troisième idée pour susciter des vocations sacerdotales, il faut développer le sens liturgique des servants d’autel: en avoir grand « soin » puisqu’ils constituent comme un «vivier de vocations sacerdotales » (n° 6) C’est comme une sorte de « pré-séminaire ». C’est l’expression même du pape. C’est pourquoi le pape conseille vivement les prêtres de « suivre avec une profonde sollicitude le groupe des servants d’autel pour que, par le service de l’autel, chacun d’eux apprenne à aimer toujours plus le Seigneur Jésus, le reconnaisse réellement présent dans l’Eucharistie et goûte la beauté de la liturgie ». N’oubliez pas que vous êtes les premiers « témoins » de l’Eucharistie. Alors les enfants d’autel, « par vos mains ils voient «se faire» l’Eucharistie, sur votre visage ils lisent le reflet du Mystère, dans votre cœur ils devinent l’appel à un amour plus grand. Soyez pour eux des pères, des maîtres et des témoins de la piété eucharistique et de la sainteté de vie! » (n° 6)

Il termine son exhortation sacerdotale en confiant chaque prêtre à la protection de ND. C’est le n°7

Nous étions le 28 mars 2004, au cinquième dimanche de Carême, en la vingt-sixième année du pontificat de Jean Paul II.

Revue-Item.com

article précédent

Jean-Paul II et la vie sacerdotale

article suivant

Jean-Paul II et le sacerdoce (3)

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS