La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le voyage du pape à Malte, sur les traces de saint Paul, les 17 et 18 avril 2010.

Le voyage du pape à Malte, sur les traces de saint Paul, les 17 et 18 avril 2010.

publié dans flash infos le 22 avril 2010


Le voyage du pape à Malte, sur les traces de saint Paul, les 17 et 18 avril 2010.

À Malte, Benoît XVI apaise les victimes et prône la “contre-culture” catholique

par Laurent Dandrieu le lundi, 19/04/2010 dans Valeurs Actuelles.

L’Église n’intéresse les médias que quand elle va mal. C’est pourquoi la visite de Benoît XVI à Malte n’a pas fait la “une” des journaux. Accueil chaleureux d’une foule plus soucieuse de soutenir le pape que de remettre en cause son action, rencontre discrète, à l’écart des caméras, avec des victimes de prêtres pédophiles, message moral sans concession, méditations spirituelles limpides et puissantes livrées par un pape souriant, visiblement heureux de célébrer son 83e anniversaire (qui tombait vendredi 16 avril, la veille de son départ pour Malte) et le 5e de son pontificat (il fut élu le 19 avril 2005) de cette manière, dans ce pays à plus de 90 % catholique : il n’y avait pas là de quoi entretenir la chronique scandaleuse d’un pontificat que les analystes se complaisent à décrire comme une longue suite de bourdes, de crises et d’erreurs manifestes.

 

Seule incidence de la période de troubles que traverse l’Église, le pape, comme en 2008 en Australie et aux États-Unis, a rencontré un petit groupe de huit victimes d’abus sexuels commis par des membres du clergé (à Malte, 45 cas, remontant aux années 1970, ont été signalés, dont 19 sans fondement ; 13 condamnations ont été prononcées et 13 sont en attente de jugement).

 

Après une prière silencieuse à genoux, le pape s’est entretenu personnellement avec chacun des huit hommes, écoutant leur histoire et leur témoignant « sa honte et son regret », selon le père Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège. Le porte-parole des victimes, Lawrence Gresh, a pour sa part rapporté : « Le pape a prié et pleuré avec nous. » « J’ai été impressionné par l’humilité du pape, a-t-il témoigné. Il a pris sur lui-même l’embarras causé par d’autres. J’avais dit que je voulais des excuses car j’étais fâché. Ma colère est retombée maintenant et je suis satisfait de ma rencontre avec le pape. Je vais continuer ma bataille, non pas contre l’Église mais contre la pédophilie. »

 

Mais ce voyage sur les traces de saint Paul, qui convertit l’île à l’occasion du naufrage qu’il y effectua en l’an 60, a surtout été pour Benoît XVI l’occasion d’exalter la spécificité chrétienne dans le monde contemporain, dans ce pays qui n’autorise ni le divorce ni l’avortement. « Ici à Malte, a-t-il prêché dimanche, lors de sa rencontre avec les jeunes, vous vivez dans une société qui est imprégnée par la foi et par les valeurs chrétiennes. Vous devriez être fiers que votre pays, seul parmi les états de l’Union Européenne, à la fois défende l’enfant qui n’est pas encore né et encourage la stabilité de la vie de famille en disant non à l’avortement et au divorce. Je vous exhorte à maintenir ce courageux témoignage rendu à la sainteté de la vie et à la place centrale du mariage et de la vie familiale pour une société saine. À Malte et à Gozo, les familles savent comment estimer et prendre soin de leurs membres âgés et malades, et elles accueillent les enfants comme des dons de Dieu. D’autres nations peuvent apprendre de votre exemple chrétien. Dans le contexte de la société européenne, les valeurs évangéliques encore une fois deviennent une contre-culture, tout comme elles l’étaient au temps de saint Paul. » Dans ce pays aux premières lignes de la déferlante migratoire venue d’Afrique, le pape a également prêché pour un traitement digne des immigrés.

 

Mais comme à son habitude, Benoît XVI aura consacré l’essentiel de ses interventions à des méditations spirituelles, puisant notamment dans l’exemple du naufrage de saint Paul des leçons sur le rôle de la Providence dans nos vie, cet accident de parcours qui a détourné Paul de son trajet vers Rome ayant produit des fruits inattendus : « Les naufrages qui arrivent dans la vie et que Dieu permet peuvent être utiles pour un nouveau départ dans notre vie », a affirmé le Saint-Père dans l’avion qui le conduisait à Malte. Sans doute le pape exprimait-il ainsi son espérance que la tempête actuellement traversée par l’Église ne manquerait pas de déboucher sur un renouveau spirituel.

Laurent Dandrieu

Revue-Item.com

article précédent

Le Pape, plus écouté que ne le disent les médias?

article suivant

Criminaliser la France en Algérie ?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS