La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le Manifeste des Sentinelles de l’agora pour la sauvegarde des armées.

publié dans regards sur le monde le 30 octobre 2013


Le Manifeste des Sentinelles de l’agora pour la sauvegarde des armées.

Lu sur le site Soldats de France

Le général de corps d’armée (2S) Jean-Claude Thomann, fait circuler un petit texte    depuis quelques jours.

Il écrit: « Je vous adresse en pièce jointe le manifeste pour la sauvegarde des armées    rédigé par le cercle de réflexion « les sentinelles », auquel j’appartiens, et qui    regroupe de manière informelle des officiers généraux et supérieurs des trois armées.    Destiné en priorité aux parlementaires et élus de toutes tendances, il a vocation    à être largement diffusé et relayé par les associations de la communauté militaire,    et, nous en formulons le vœu, les media. »

Le général, membre des sentinelles de l’agora, précise: « Ce club de réflexion regroupe    des officiers supérieurs et généraux des trois armées, de sensibilités diverses,    mais ayant de multiples expertises et membres de nombreuses associations et institutions    de Défense. »

Et de conclure: « Ce manifeste se veut fondateur en ce qu’il marque le début d’une    action citoyenne qui pourrait d’ailleurs à terme prendre d’autres formes plus concrètes    si les responsables de notre République persistaient dans leurs errements dramatiques    pour la sécurité à moyen et long terme de notre pays. »
Dans un 2è document ci-dessous,    le général Dominique DELORT, Président de la Saint-Cyrienne a publié un édito sur    le site de Soldats de France, en date du 03/10/2013.

MANIFESTE POUR LA SAUVEGARDE DE NOS ARMEES

Le démantèlement de l’institution militaire arrive à son terme. Infiniment plus que    l’actuelle disette budgétaire, la fin de la guerre froide, les impératifs de l’Etat-providence    et la volonté des « post modernes » d’en finir avec le « fracas des armes » ont été    les abrasifs les plus puissants pour réduire, en moins d’un demi-siècle, l’armée    française à l’état d’échantillon. La force militaire est passée, dans le silence    et la dénégation, du statut d’institution régalienne majeure à celui d’une société    de services que l’on rétribue à la tâche.

Le couronnement de cette efficace entreprise de démolition a été de placer la haute    hiérarchie aux ordres d’une administration civile de défense qui prospère sans frein,    au prétexte de recentrer les militaires sur leur cœur de métier. Le soldat, « ravalé    à la fonction d’homme de peine de la République », est prié de verser son sang dans    le silence et l’indifférence en se soumettant aux règles strictes d’un devoir d’Etat    pourtant largement déserté par ceux censés le faire mettre en œuvre et le faire respecter.

Ce désastre consommé ne peut plus être confiné sous l’éteignoir d’un « devoir de    réserve de la grande muette », caution hypocrite et confortable à la disposition    de tous les habiles pour esquiver dans le confort de la chose publique leurs responsabilités    envers la Nation.

 Des fautes multiples :

C’est en effet une grande faute que de sacrifier le bras armé de la France au gré    des idéologies de rencontre et de quelques embarras financiers.

C’est une faute en regard du monde tel qu’il s’organise et dont chacun sait qu’il    réservera de fâcheuses surprises. L’absence actuelle de menace militaire majeure    n’est qu’un simple moment de l’Histoire. Son calme apparent ne doit pas masquer les    reconfigurations géopolitiques qui marginaliseront, pire élimineront sans pitié les    nations au moral défaillant.

C’est une faute vis-à-vis de la sécurité des Français de faire ainsi disparaître    un pilier majeur de la capacité de résilience du pays face à une éventuelle situation    de chaos, dont nul ne peut préjuger le lieu, l’heure et la nature. Pour y faire face,    seule une force armée peut et doit offrir les moyens suffisants, servis par des hommes    et des femmes structurés par les valeurs puissantes du devoir et de l’obligation    morale.

C’est une faute d’éliminer l’une des institutions « fabriques de liens » dont la    France a un urgent besoin face à l’action déterminée de forces centrifuges, dont    elle est coutumière, et mises généralement au service d’intérêts particuliers et    communautaristes.

Il est donc plus que temps de rétablir la puissance et l’efficacité d’une institution    d’Etat « pour le dedans comme pour le dehors » et de permettre à la France de se    remettre à penser en termes de risques et de puissance stratégique. Elle en a les    moyens. Elle doit le faire sans l’attendre d’une Europe, puissance inexistante, ou    d’une soumission transatlantique délétère voire de plus en plus illusoire.

 Que rétablir et comment ?

Les voies et moyens pour rétablir une institution, désormais comateuse, sont nombreux    et divers. Ils n’attendent qu’une impulsion réparatrice, après des décennies de mesures    irresponsables. Ils ne pourront, cependant, faire l’économie d’un certain nombre    de dispositions, dont l’abandon ou le travestissement ne sont plus acceptables.

D’abord, un budget décent qui permette à nos soldats de disposer de l’entraînement    et des équipements nécessaires, et au politique de s’engager sans le soutien déterminant    des Etats-Unis, tout en évitant le stupide tout ou rien nucléaire.

Ensuite, des hommes et des femmes en nombre suffisant. Rien d’efficace et de durable    ne peut se faire sans des effectifs capables de marquer dans la durée, sur et hors    du territoire national, la volonté et la détermination de la Nation.

Avec, bien entendu, une organisation des forces parfaitement univoque, tout en faisant    la répartition qui convient entre des professionnels en nombre suffisant et les citoyens    en armes qui doivent impérativement revenir au centre de notre dispositif sécuritaire    et identitaire.

Enfin, une répartition équilibrée, entre l’exécutif et le Parlement, des responsabilités    qu’autorise la Constitution, laissant au militaire le devoir d’exercer librement    son conseil, tout en administrant et mettant en œuvre les forces autrement que par    le canal malsain d’une administration de défense d’autant plus intrusive qu’elle    se sait irresponsable.

Autant de mesures indispensables qui seront déclinées, point par point, dans des    documents à venir et dont les signataires du présent document demanderont, avec détermination    et constance, la réalisation pour le bien public.

Il est grand temps de rénover et de renouveler le contrat de confiance de la République    avec ses soldats. S’il n’est pas trop tard, il devient urgent de lui redonner la    vigueur indispensable sans qu’il soit besoin de recourir à des formes de représentation    qui, bien qu’étrangères à notre culture militaire, pourraient s’avérer, un jour peut-être    proche, le seul moyen pour nos soldats de se faire entendre.

Le 30 septembre 2013 Les sentinelles de l’agora

Edito en date du Paris, le 3 octobre 2013, par le Général de corps d armée Dominique    DELORT, Président de la Saint-Cyrienne.

 En grand désarroi !

 Les responsables politiques et les médias savent que le moral des Français est mauvais.    Celui de la population n’est pas bien élevé mais plus surprenant, pour la première    fois depuis que j’en fais partie, celui de la communauté militaire ne le tire pas    vers le haut. Bien sûr les plus jeunes sortent de l’ESM de Saint-Cyr pleins d’espérance    et prennent leur section ou peloton avec un enthousiasme admirable et rassurant mais    les autres, suivant leur caractère, avancent les mâchoires serrées ou grognent plus    ou moins fort. Ceux qui servent en état-major ne me paraissent pas bien différents    mais semblent en sus porter la connaissance d’un avenir encore plus sombre. Heureusement    pour « l’active » les engagements sur les théâtres d’opération sont des périodes    vécues globalement très positivement mais les plus anciens, qui eux aussi ont traversé    des moments difficiles, ne peuvent que ressentir de l’amertume en voyant fondre avec    une régularité impressionnante, nonobstant le discours officiel, les moyens des armées    et notamment ceux de l’armée de Terre.

Les autorités politiques doivent savoir que les inquiétudes sont grandes devant les    réformes à répétition que subit la défense. A croire que les militaires sont des    cibles privilégiées quand l’Etat n’arrive pas à réformer ailleurs. En quelques années    des dizaines de milliers de militaires ont été en réalité « mis dehors » quand d’autres    secteurs de l’Etat, comme l’éducation nationale, se montrent toujours rétifs aux    volontés de leurs ministres successifs et que le nombre des fonctionnaires augmente    de façon totalement déraisonnable, suivant les rapports de la Cour des Comptes, dans    les collectivités territoriales. La diminution des responsabilités du commandement    génère abattement, colère, amertume ou plus terrible encore indifférence chez ceux    qui ont, auraient ou ont eu, à œuvrer pour diriger et administrer en plus de commander.    Des civils et/ou des contrôleurs prennent ainsi la place des officiers, généraux    ou colonels, qui sont eux totalement investis dans la problématique défense et seuls    capables de réaliser cette synthèse souhaitée pour maintenir une armée en rapport    avec la responsabilité d’un membre permanent du Conseil de sécurité. Faut-il croire    à une situation réversible, oui, mais à quelle échéance et dans quelles conditions    je ne saurais le dire.

Le Président, le ministre de la Défense et le CEMA savent que l’opération au Mali    est vue comme un succès, de la décision à l’exécution : succès politique illustré    par la décision d’engagement et succès militaire pour ceux qui ont planifié, conduit    et exécuté une superbe opération. Il serait cependant grave de croire que l’on peut    cantonner l’officier aux seules opérations sur le terrain et le dépouiller des autres    responsabilités sans créer une rancœur chez ceux qui ne veulent pas quitter l’institution    et une hémorragie parmi les plus aptes au départ ou simplement les plus téméraires.    Pire encore c’est le lien entre le politique et le militaire qui en serait durablement    affecté et cette perspective débouche déjà sur une crise de confiance. Je voudrais    que s’efface tristesse et résignation sur les visages de ceux qui ont choisi de servir    par vocation et profonde déception chez ceux qui avaient choisi un métier apportant    l’aventure mais aussi des responsabilités motivantes.

Les officiers aiment trop la France pour ne pas être profondément respectueux des    institutions. C’est pourquoi ce qui est perçu comme du mépris est très mal vécu.    Le syndicalisme n’est pas la solution pour être mieux écouté, non pas parce que ce    n’est pas efficace mais ce serait un poison. Cela mettrait à mal les principes fondamentaux    d’autorité et de responsabilité indispensables à une armée efficace aux ordres d’un    Président-chef des armées- élu par les Français. Je suis frappé de voir que la nécessité    ou non de syndicats fait l’objet de controverses dans le milieu militaire peut-être    parce que certains ont le sentiment que la parole de leurs chefs est devenue inaudible.    Pourtant le code de la défense est clair ; s’il limite les droits des militaires    et interdit l’existence de groupements professionnels, c’est parce qu’il appartient    au chef « de veiller aux intérêts de ses subordonnés ». Si la « base » voit ses chefs    écoutés, le risque de syndicalisme est écarté. Il convient d’être vigilant car le    dépit peut mener au pire.

Dans le défi d’adaptation de notre pays au monde actuel les militaires ne doivent    pas être considérés comme du personnel relevant d’une mission secondaire de l’Etat.

Ce grand désarroi c’est au Chef des armées de le combattre pour ne pas décevoir des    jeunes générations d’officiers qui servent avec compétence et fidélité dans un monde    instable où le volume de forces en cours de réarmement augmente sans cesse. Il ne    faut jamais oublier ou sous-estimer l’importance des forces morales dans une armée.    In fine qu’en serait-il de la puissance de la France avec une armée « bonzaï » et    sans lien solide entre le politique et le militaire ?

 Général de corps d’armée (2s) Dominique DELORT

Président de la Saint-Cyrienne

 

N.B. : Cet éditorial a été adressé au Président de la République

Revue-Item.com

article précédent

La charte de la laïcité est arrivée

article suivant

Indissolubilité du mariage et débat sur les divorcés remariés et les sacrements

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS