La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Le Padre Pio et le Sacrifice de la Messe

publié dans nouvelles de chrétienté le 21 avril 2014


Le Padre Pio et le sacrifice de la messe

Texte tiré de la « Lettre à nos frères prêtres ». N° 60-61 mars 2014. La « lettre à nos frères prêtres  ne donne pas l’origine de ce très beau texte du Padre Pio sur la saint Messe.

-Le Seigneur aime-t-il le sacrifice de la messe, mon Père ?

Oui ! Parce qu’avec lui il a régénéré le monde.

-Combien de gloire donne à Dieu la sainte Messe ?

Une gloire infinie.

-Que devons-nous faire pendant la sainte Messe ?

Compatir et aimer.

-Comment devons-nous entendre la sainte Messe ?

Comme y assistaient la Sainte Vierge et les saintes femmes. Comme saint Jean assista au sacrifice eucharistique et à celui sanglant de la Croix.

-Mon Père, qu’est-ce que votre messe ?

Une fusion sacrée dans la Passion du Christ.

-Que faut-il que je voie dans votre sainte messe ?
Le Calvaire tout entier.

-Mon Père, quels bienfaits recevons nous en assistant à la sainte messe ?

On ne peut les énumérer. Vous les verrez au Paradis. En assistant à la Sainte Messe, renouvelez votre foi et méditez quelle Victime s’immola pour vous à la divine justice, pour l’apaiser et vous la rendre propice. Ne vous éloignez pas de l’autel sans verser des larmes de douleur et d’amour pour Jésus, crucifié pour votre salut éternel. La Vierge, qui est toute douleur, vous tiendra compagnie et sera pour vous une douce inspiration.

-Dites-moi tout ce que vous souffrez durant votre sainte messe ?

Tout ce que Jésus a souffert dans sa passion, je le souffre aussi, mais inadéquatement, autant qu’un être humain le puisse. Et tout cela,  non parce que je le mérite, mais parce que Dieu dans sa bonté, le veut ainsi .

-Mon Père, prenez-vous nos péchés sur vous durant le divin Sacrifice ?

Je ne peux rien faire d’autre, car cela fait partie du divin Sacrifice.

-Le Seigneur vous considère alors comme un pécheur ?

Je ne sais pas, mais je crains que oui.

-Je vous ai vu trembler en montant les marches de l’autel. Pourquoi ? Est-ce à cause de ce que vous étiez sur le point de souffrir ?

Pas de ce que j’allais souffrir, mais de ce que j’allais offrir.

-Pourquoi êtes-vous toujours sur le point de pleurer en lisant l’Evangile pendant la sainte messe ?

Cela vous semble-t-il de peu d’importance que Dieu parle à ses créatures et soit continuellement contredit et blessé par leur ingratitude et leur incroyance ?

-Mon Père, ce matin, à la messe, quand vous lisiez le récit d’Esaü qui a vendu son droit d’aînesse, vos yeux étaient remplis de larmes.

Et pensez-vous que rejeter les dons de Dieu, ce n’est rien ?

-Pourquoi pleurez-vous à l’offertoire ?

Vous voulez m’arracher mon secret. C’est le moment où l’âme est séparée du profane.

-L’assistance est un peu bruyante à votre messe, mon Père.

Si vous aviez été là au Calvaire, vous auriez entendu les gens crier, jurer, pleurer et menacer ! Il y  avait un vacarme terrible.

-Dites-moi pourquoi vous souffrez tant pendant la consécration ?

Parce que c’est véritablement là qu’advient une nouvelle et admirable destruction et création.

-A quel moment du Divin Sacrifice souffrez-vous le plus ?

De la consécration à la communion.

-Mon Père Dites-moi pourquoi vous pleurez à l’autel et ce que signifient les paroles que vous dites durant la Consécration. Je ne vous le demande pas par curiosité mais parce que je désire les répéter après vous.

Les secrets du Roi des rois ne peuvent être répétés sans être profanés. Vous me demandez pourquoi je pleure ? Je préférerais ne pas verser quelques pleurs mais des torrents de larmes. Ne vous arrive-t-il jamais de réfléchir à cet immense mystère : un Dieu victime de nos péchés ! Et nous nous sommes ses bourreaux.

- Goûtez-vous à l’amertume du fiel durant la messe ?

Oui, très souvent.
-Comment arrivez-vous à tenir debout à l’autel ?

Comme Jésus la fait sur la Croix

-Vous m’avez dit que vous aviez honte de dire : « J’ai cherché en vain quelqu’un pour me consoler ». Pourquoi ?

Parce qu’en comparaison de ce que Jésus a souffert, notre souffrance n’est rien, puisque nous sommes réellement coupables.

-Qui vous donne ce sentiment de honte ?

Dieu et ma conscience.

-Qu’est-ce que la sainte Communion ?

C’est tout ensemble la révélation de la miséricorde intérieure et extérieure. Une étreinte complète. Priez aussi Jésus qu’il fasse sentir sa présence.

-Jésus ne pénètre-t-il que dans l’âme lorsqu’il   vient ?

Il entre dans l’être tout entier.

-Que fait Jésus dans la communion ?

Il prend ses délices dans sa créature.

- Lorsque vous vous joignez à Jésus dans la sainte communion, que devrions-nous demander pour vous au Seigneur ?

Que je puisse être un autre Jésus, tout Jésus, toujours Jésus.

-Pourquoi pleurez-vous chaque fois en lisant le dernier Evangile de la Messe ?

Vous semble-t-il peu de chose qu’un Dieu parle avec les hommes !

-Mon Père, pourquoi pleurez-vous spécialement en lisant le dernier verset de l’Evangile de Jean : « Et nous avons vu sa gloire du Fils unique de Dieu plein de grâce et de vérité » ?

Cela ne veut-il rien dire pour vous ? Si les Apôtres, avec leurs yeux de chair, ont vu tant de gloire, quelle gloire ne verrons-nous pas dans le Fils de Dieu, en Jésus, lorsqu’il se montrera à nous dans le Ciel ?

-Aimeriez-vous célébrer plus d’une messe par jour ?

Si cela dépendait de moi, je ne quitterai jamais l’autel.

Revue-Item.com

article précédent

Cathos et rebelles

article suivant

La fête de Pâques a-t-elle encore un sens religieux ?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS