La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Autour de Fatima: Centenaire des apparitions de Fatima

publié dans nouvelles de chrétienté le 15 juin 2015


 

Lettre de liaison n° 4 (13 juin 2015)

 

Chers amis,

En cet anniversaire de la deuxième apparition de Notre-Dame à Fatima, revenons sur les paroles qu’elle adressa ce jour-là à la petite Lucie :

« Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. »

C’est ainsi que fut révélé le grand but des apparitions : Jésus veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Ce point est si important qu’il fut répété presque mot pour mot le mois suivant, lors de l’apparition du 13 juillet. Après leur avoir montré l’enfer, Notre-Dame dit aux petits pastoureaux :

« Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. »

Le 10 décembre 1925 à Pontevedra où elle était postulante chez les sœurs de Sainte Dorothée, sœur Lucie eut une confirmation qu’il s’agissait bien d’une volonté de Notre Seigneur, car, parlant des premiers samedis du mois, une des pratiques de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, Notre Seigneur  lui confia : « … le Cœur Immaculé de Marie M’a inspiré de demander cette petite réparation et, en considération de celle-ci, d’émouvoir ma miséricorde ».

Et à chaque fois, il est précisé qu’à cette dévotion est attaché notre salut. « A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ». Dieu veut établir cette dévotion dans le monde « pour sauver les pécheurs ». Notre Seigneur dit qu’elle a le don « d’émouvoir sa miséricorde ».

Comprenons-nous bien l’importance de ces différentes paroles ? Nous sommes en présence d’une volonté de Dieu Lui-même. Dieu a de multiples façons de manifester sa volonté aux hommes, mais Il le fait rarement de façon aussi explicite. C’est donc qu’il s’agit d’une volonté particulièrement importante pour notre époque. Or, le devoir de tout chrétien n’est-il pas de chercher à connaître la volonté de Dieu et de l’accomplir avec sincérité ? Aussi, Notre-Dame nous ayant fait connaître clairement une volonté de son Fils, nous devons faire tous nos efforts pour l’accomplir.

Mais revenons à l’apparition du 13 juin. Peu après avoir parlé, Notre-Dame ouvrit les mains. Voici comment, dans son quatrième mémoire, sœur Lucie décrit ce qui se passa ensuite : « Devant la paume de la main droite de Notre-Dame se trouvait un cœur, entouré d’épines, qui semblaient enfoncées. Nous avons compris que c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui voulait des réparations. » Ce fût la seule fois où Notre-Dame apparût ainsi.

Cette vision du Cœur Immaculé de Marie entouré d’épines ainsi que les paroles prononcées juste avant ne furent assorties d’aucune demande particulière de la Sainte Vierge pour les garder secrètes, mais, par une intuition divine, les petits voyants sentirent qu’il fallait le faire. Dans son quatrième mémoire, sœur Lucie rapporte : « Voici, Monseigneur, ce à quoi nous nous référions lorsque nous disions que Notre-Dame nous avait révélé un secret en juin. Notre-Dame ne nous avait pas encore demandé, cette fois, de garder le secret, mais nous sentions que Dieu nous dirigeait dans ce sens. »

Ce secret est communément appelé le « petit secret » pour le distinguer du « grand secret » qui sera révélé un mois plus tard. Étant le premier à avoir été révélé par Notre-Dame, il est vraiment le cœur du message de Fatima. C’est la raison pour laquelle l’image de Notre-Dame montrant son cœur entouré d’épines a été choisie comme emblème du centenaire avec la phrase exprimant la volonté divine comme épigraphe.

Aussi, pour notre salut, pour sauver les pécheurs, pour émouvoir la miséricorde de Notre Seigneur, répandons cette dévotion au Cœur Immaculé de Marie autour de nous afin que le plus grand nombre la connaisse et l’embrasse. Il faut le faire de toute urgence, car il en va du salut d’un grand nombre. Mais il faut surtout le faire parce que

Dieu le veut !

En union de prière par les cœurs de Jésus et Marie.

                 Yves de Lassus

Revue-Item.com

article précédent

Le Père Volpi,

article suivant

Le cardinal Sarah et l’offertoire de la messe

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS