La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

la Syrie: « le conflit est en train de s’atténuer »

publié dans regards sur le monde le 17 mars 2016


Vicaire apostolique d’Alep : le conflit est en train de s’atténuer


Syrie B

Il faut prendre ces informations avec la même prudence que manifeste Mgr Georges Abou Khazen, vicaire apostolique des Latins d’Alep, mais le conflit semble être en train de s’atténuer en Syrie. On note, en effets, depuis 24 h une curieuse accélération des évènements. Hier au soir, le Président Poutine déclarait que, dès lors que les objectifs militaires des forces armées russes avaient été atteints, la Russie allait se désengager militairement et consacrer ses efforts à la diplomatie. Ce désengagement a commencé ce matin en même temps que reprenaient, à Genève, les négociations de paix entre le gouvernement syrien, la rébellion, quelques groupes combattants et les puissances parties du conflit. Pour Mgr Kazen« le conflit est en train de s’atténuer » et la situation dans plusieurs régions de la Syrie « se stabilise »« De plus en plus de villages et de villes appellent à la paix et à la réconciliation » et sur les différents fronts on note « que la fin des hostilités » est en vue. Le vicaire apostolique s’est dit « prudemment optimiste » dans un entretien de ce jour à Asia News, notant qu’il y a « un véritable désir de paix » chez le peuple syrien « martyrisé par cinq année de violence ». Pour le prélat, il existe un désir manifeste « pour mettre un terme aux combats » et les citoyens « exigent que les groupes armés, tout particulièrement les djihadistes étrangers, quittent le pays […] Le moment de vérité est arrivé. Le moment est arrivé de mettre fin à la violence » car il n’existe pas de« plan B », précise le prélat, la seule alternative aux négociations pour la paix serait le retour du conflit général. En outre, observe-t-il, « la peur et les tensions commencent à diminuer »dans la population […] « L’important c’est de laisser les Syriens maître du jeu pour qu’ils trouvent un accord entre eux en mettant de côté les intérêts des puissances régionales et internationales qui n’ont cessé de créer la confusion et d’attiser la tension. C’est la question centrale du problème. La plus grande souffrance de la Syrie vient de ces puissances régionales et internationales, si elles partent les choses iront beaucoup mieux pour tout le monde. Beaucoup de groupes armés [impliqué dans le conflit syrien] ont abandonné les djihadistes du Front Al-Nosra ou de l’État Islamique [Tout récemment] 42 groupes de combattants ont déposé les armes et rompu leur alliance avec les fondamentalistes. C’est pourquoi c’est le moment de la vérité et même le gouvernement syrien veut vraiment obtenir la paix. Beaucoup de combattants syriens ont déposé les armes et sont revenus à la vie civile, et c’est un des signes les plus évidents de la réconciliation nationale. Des centaines, de toutes les régions, sont retournés à la vie civile avec l’assurance que le gouvernement ne les poursuivrait pas. Et il y en a même qui ont décidé de rejoindre les rangs de l’armée régulière. Je redis encore une fois ce que j’ai dit a de nombreuses reprises : arrêtez tout simplement de fournir des armes aux groupes djihadistes et laissez-nous parler de paix. »

Source : Asia News, 15 mars

Revue-Item.com

article précédent

Franciscains de l’Immaculée: d’incroyables accusations!

article suivant

Les Francs-maçons sont-ils nos frères?

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS