La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

En marche vers les élections présidentielles

publié dans regards sur le monde le 14 février 2017


Comment Macron racole les voix musulmanes

 

On attend dans la classe politique et dans la presse que Macron dévoile enfin son programme ! Il n’aime pas les programmes, a-t-il dit, pour expliquer son attentisme car « ils ne sont jamais appliqués ». Il parle en spécialiste puisqu’il est l’un des principaux rédacteurs de celui du candidat Hollande qui prévoyait l’inversion de la courbe du chômage pour fin 2013.

 

Mais un programme absent est encore moins appliqué… Il va néanmoins livrer des indications au compte-gouttes pour satisfaire quelque peu la soif des media.

 

Les partisans qui le suivent ne savent pas encore où il les mène, mais ils y vont, c’est la foi du charbonnier comme celle des adeptes qui suivent leur gourou, aveuglément.

Toutefois, on sait déjà ce qu’il fera face à la montée de l’islam dans notre pays : rien. Pourquoi ? Parce que son idéologie ne lui pose aucun problème ! Sur RTL, on lui a demandé « Pensez-vous que l’islam ne soit pas compatible avec la République ? » il a vivement répliqué « Pas du tout ! » Un peu plus tard, dans un meeting qu’il a tenu à Montpellier, il a déclaré : « L’islam n’est pas mon ennemi » ; le problème est que l’inverse n’est pas vrai et qu’il ne veut pas le reconnaître : c’est bien de l’islam que se réclament nos ennemis, ceux qui massacrent, égorgent, torturent. Il a formulé étrangement la situation en disant : « Notre pays a un sujet avec l’islam. » Un simple sujet… de ré- flexion ? d’étude ? A la rigueur, d’inquiétude, de mécontentement ? Même pas ! N’importe qui dirait a minima que notre pays a « un problème » avec l’islam. Pas lui !

 

Comment traiter ce sujet-là ? Réponse : « C’est la laïcité. Grâce à la laïcité, dit-il, aucune religion ne pose un problème à la France car la laïcité, un concept propre à notre pays, permet le vivre ensemble. La laïcité a été faite pour cela. » Il répète donc qu’aucune religion, surtout pas l’islam, ne pose de problème à la France.

La laïcité, simplement affirmée, devrait suffire à empêcher que des musulmans posent des bombes, abattent des innocents à la kalachnikov, égorgent des prêtres. Ils ne veulent tout simplement pas « vivre ensemble » avec nous.

Emmanuel Macron feint de ne pas s’en être encore aperçu ! Dans Marianne, il s’indigne que certains souhaitent l’avènement d’un « islam modéré » en posant la question : « Demanderait-on à des catholiques d’être modérés ? Non ! » Sauf que, bien sûr, aucune tendance du catholicisme ne préconise de répandre la terreur pour prendre le pouvoir par la force !

 

Après les attentats du 13 novembre, celui qui était encore ministre des Finances a tenu de scandaleux propos, le 21 novembre, assurant que la société française devait assumer une « part de responsabilité » dans la constitution du « terreau » sur lequel le djihadisme a pu prospérer, évoquant une disparition de l’idéal républicain de mobilité sociale. « Le terreau sur lequel les terroristes ont réussi à nourrir la violence, à détourner quelques individus, c’est celui de la défiance », a-t-il assené. Il a trouvé des circonstances atténuantes aux tueurs pour faire endosser une partie de la responsabilité du massacre à la société française !

Ni le président, ni le premier ministre n’ont réagi à de tels propos qui auraient du lui valoir d’être limogé sur le champ, ne serait-ce que pour le respect dû aux victimes et pour laver cette insulte faite au pays.

En affirmant que la France a « plusieurs ennemis », il ose mettre sur le même plan « les islamistes » et le « Front national » qui, les uns comme les autres, « n’apportent que le malheur » ! Si l’islam ne présente aucun danger, on comprend dès lors qu’il ne s’oppose pas au flux des « migrants » et autres « réfugiés », majoritairement musulmans, qui déferle sur l’Europe, via l’Allemagne. Il est donc allé féliciter Angela Merkel pour en avoir accueilli un million et ainsi « sauvé notre dignité collective » (sic).

A l’évidence, il est en campagne électorale et il veut récupérer les voix des musulmans qui, à 90%, s’étaient portés sur Hollande en 2012 et qui, depuis, s’en sont détournés notamment en raison des mesures immorales comme le « mariage gay ».

 

(Source: Le Bulletin d’André Noël Synthèse Hebdomadaire N° 2504)

Revue-Item.com

article précédent

Les pourrisseurs

article suivant

Le travail législatif des socialistes

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS