La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

La conférence de Carême de ND de Paris perturbée

publié dans flash infos le 23 mars 2010


Lu sur la Croix du 21/03/2010 17:37

La conférence de Carême de Notre-Dame de Paris perturbée

Des catholiques traditionalistes ont empêché la conférence de Carême du rabbin Krygier de se tenir dans la nef de la cathédrale

Un « petit groupe d’agitateurs » a perturbé la conférence de Carême de Notre-Dame du rabbin Rivon Krygier, dimanche 21 mars à Notre-Dame de Paris. Alors que le cardinal André Vingt-Trois venait de terminer son mot d’introduction et que le rabbin Krygier s’approchait du micro, un homme s’est levé proposant à l’assemblée la récitation d’un chapelet « en réparation pour l’outrage ».Interrompu quelques minutes, la retransmission de la conférence à ensuite repris, le rabbin Krygier, aux côtés du cardinal Vingt-Trois, s’exprimant depuis la sacristie de Notre-Dame tandis que les fidèles récitant leur chapelet étaient invités à sortir par le service de sécurité de la cathédrale.

Selon les images retransmises par KTO depuis la nef de la cathédrale, le rabbin Krygier a toutefois été chaleureusement applaudi par la grande majorité des personnes venues assister à sa conférence, avant que le philosophe Dominique Folscheid ne lui succède pour sa conférence.

Les deux conférenciers sont ensuite revenus dans la nef pour un débat avec le public.

Depuis plusieurs semaines, les responsables intégristes menaient une campagne contre le cardinal Vingt-Trois et les conférences de Carême de Carême de Notre-Dame de Paris, organisée sur le thème « Vatican II, boussole pour notre temps ».

Alors que l’abbé Régis de Cacqueray, supérieur du district de France de la Fraternité Saint-Pie-X parlait de « scandale », le site Perepiscopus s’interrogeait ouvertement : « Est-il normal qu’un non-catholique vienne prêcher une conférence de Carême dans une cathédrale ? Non. ». Sur certains forums, certains allaient même plus loin, parlant « d’abomination de la désolation » ou de « sacrilège » à l’idée de voir un rabbin s’exprimer à Notre-Dame.

Nicolas SENÈZE

Revue-Item.com

article précédent

La si belle vigilance de saint Joseph

article suivant

2012 : la machine à perdre est lancée

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS