La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

2012 : la machine à perdre est lancée

2012 : la machine à perdre est lancée

publié dans flash infos le 25 mars 2010


 lu sur Sedcontra sous la plume d’Hugues Kéraly

2012 : la machine à perdre est lancée


Non, la “droite” n’a pas perdu les élections régionales de dimanche dernier : elle reste en effet majoritaire en voix dans tous les bureaux de vote où elle a pu s’exprimer. C’est le gouvernement qui a perdu – ou plutôt qui continue patiemment de programmer sa perte –  en ostracisant de façon suicidaire… le tiers de son électorat !Voyez les douze régions où le parti de la droite nationale a pu maintenir ses listes : les candidats de la majorité présidentielle y ont obtenu une moyenne de 34% des suffrages, et ceux du FN, de 17%. Difficile de nier que 34 + 17 fassent 51. Ni que 17 représente exactement le tiers de 51… Fort de ce potentiel, des listes d’union de “droite” auraient pu emporter dimanche dernier – en plus de la valeureuse Alsace – la Champagne-Ardenne, la Franche-Comté, la Picardie et la région Paca, excusez du peu ; sans doute aussi le Centre et la Lorraine, où la bascule “droite-gauche” s’est faite sur quelques centaines de voix.

Dans toutes les démocraties du monde sauf la nôtre, un parti qui dépasse 10% des suffrages est conduit à entrer de façon naturelle dans des alliances électorales et des coalitions de gouvernement. En France, ce qui est légitime à gauche reste interdit à droite, en vertu d’une fatwa soigneusement mise au point par François Mitterrand et martelée depuis jour après jour comme principal article de foi républicaine par toutes les puissances qui fabriquent l’opinion.

La machine à perdre de la droite française est bel et bien (re)lancée. Nicolas Sarkozy a su la détraquer en 2007 par des discours que Barrès, Péguy et Maurras lui-même n’auraient pas désavoués… avant de se ruer sur “l’ouverture à gauche” en guise de remerciement aux millions de voix de la droite nationale qui s’étaient portées sur lui ! Il n’y réussira pas deux fois. Electeur échaudé craint l’eau froide. Si la fatwa suicidaire reste en place, pour interdire tout compromis à droite entre les libéraux et les nationaux, nous aurons donc la gauche en 2012 au sommet de l’Etat.

Hugues Kéraly

Revue-Item.com

article précédent

La conférence de Carême de ND de Paris perturbée

article suivant

Vive Zemmour !

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS