La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

« Pour l’union des traditionalistes » par Mgr Fernando Rifan

« Pour l’union des traditionalistes » par Mgr Fernando Rifan

publié dans regards sur le monde le 1 septembre 2010


Pour l’union des traditionalistes
par Mgr Fernando Arêas Rifan

Source : La Nef n°218 de septembre 2010

Nous prenons connaissance de ce texte de Mgr Rifan , l’évêque de l’Administration Apostolique Saint Jean Marie Vianney, au diocèse de Campos, (Brésil). Il a été publié dans la nef n° 218. Ce texte est clair.  Il mérite d’être lu et étudié avec attention. Bonne lecture.

 

POUR L’UNION ENTRE LES TRADITIONALISTES
« Ut omnes unum sint » (Jn 17)
« Cor unum et anima una » (Act)

POINTS DE REPERE

Pour que nous donnions notre témoignage devant le monde et l’Église,
surtout devant ceux qui ne sont pas traditionalistes, pour être des
instruments utiles à l’Église et au Saint-Père le Pape dans sa lutte
contre la crise actuelle et dans sa réforme doctrinale, morale,
disciplinaire et liturgique, nous devons tous être en parfaite
communion avec l’Église et en union entre nous. « Vis unita fit
fortior » [L’union fait la force]. Pour cette raison, sont nécessaires
quatre conditions ou points de repère.

I) IN PRINCIPIIS ET NECESSARIIS, UNITAS: UNITE DANS LES PRINCIPES

I.1. Unité dans la doctrine

Prendre le magistère de l’Église comme « norme prochaine et
universelle de la vérité » (Pie XII, Humani generis, 18),
c’est-à-dire, adhésion au Magistère pérenne et vivant, extraordinaire
et ordinaire, infaillible et non infaillible, quand il enseigne de
manière définitive ou non définitive, des vérités concernant la foi et
la morale, ou enseigne et émet des normes disciplinaires ou
prudentielles, dans la mesure requise par l’Église, en tenant compte
de la qualification théologique de chaque document, en évitant toute
ombre de libre-examen protestant relativement au Magistère et à laTradition.

I.2. Subordination et obéissance

Acceptation de l’unité de gouvernement de l’Église, c’est-à-dire du
principe de l’unité de l’unique Église catholique, visible et
hiérarchique, lequel est l’autorité du Pontife Romain, en lui
manifestant la subordination hiérarchique et une vraie obéissance, non
seulement dans les questions relatives à la foi et à la morale, mais
encore dans celles qui ont trait à la discipline et au gouvernement de
l’Église dans le monde entier (Concile Vatican I, Pastor aeternus, 3 ;
D 3060). Acceptation du jugement et des décisions du Souverain
Pontife, dans toutes les causes de la juridiction ecclésiastique,
comme sans appel et indiscutables (Ibid., D 3063), tout en gardant la
possibilité de présenter respectueusement ses doutes à l’autorité
(C.I.C., canon 212).

I. 3. Acceptation de l’unité de culte de l’Église

Reconnaître comme valides et légitimes les cultes, les rites et leurs
formes approuvés par l’Église, seul juge en la matière (C.I.C. can.
820, 841, 1206 et 1208).

I. 4. Amour et préférence pour la forme liturgique extraordinaire de l’unique Rite Romain, et lutte pour sa conservation

I.4.a) non pas parce que le Nouvel Ordo Missae, la messe promulguée
par le Saint-Père le Pape Paul VI, serait hétérodoxe ou non
catholique, invalide ou illicite, incompatible avec la foi ou
peccamineuse. Sa promulgation (la forme, au sens philosophique) est la
garantie contre toute irrégularité doctrinale qui aurait pu avoir lieu
dans sa confection (matière), quoique elle puisse être améliorée dans
son expression liturgique ; et c’est sa promulgation officielle, et
non le mode de sa confection, qui en a fait un document du Magistère
de l’Église ;

I.4.b) non pour nier l’autorité qu’a l’Église dans la modification et
la promulgation des rites (telle que nous l’avons déjà exposée plus
haut, I.3) ;
 

I.4.c) non par esprit de contestation de l’autorité de l’Église ou de
rupture de la communion ;

I.4.d) « Évidemment, pour vivre la pleine communion, » nous ne pouvonspas « non plus, par principe, exclure la célébration selon les
nouveaux livres. L’exclusion totale du nouveau rite ne serait pas
cohérente avec la reconnaissance de sa valeur et de sa sainteté »
(Benoît XVI, Lettre aux évêques présentant le Motu proprio Summorum
Pontificum, le 7 juillet 2007).

MAIS BIEN :

I.5.a) parce que nous avons le légitime désir, reconnu par le Pape, de
conserver la richesse liturgique de ce rite traditionnel de l’Église ;

I.5.b) parce que nous estimons qu’il est la meilleure expression
liturgique des dogmes eucharistiques et le plus solide aliment
spirituel, par sa richesse, sa beauté, son élévation, sa noblesse et
la solennité de ses cérémonies, par son sens du sacré et de la
révérence, par son sens du mystère, par la plus grande précision et
rigueur de ses rubriques, parce qu’il présente ainsi une plus grande
garantie et protection contre les abus, ne laissant pas d’espace aux «
ambiguïtés, libertés, créativités, adaptations, réductions et
instrumentalisations », dont s’était plaint le pape JEAN PAUL II
(Encyclique Ecclesia de Eucharistia, 17 avril 2003, n. 10, 52, 61) ;

I.5.c) parce que « cette liturgie appartient à l’Église tout entière
comme le riche véhicule de l’esprit qui doit rayonner aussi sur la
célébration de la troisième édition typique du missel romain actuel… »
comme « une source précieuse de compréhension liturgique pour tous les
autres rites […]. » (Cardinal GEORGE, Archevêque de Chicago) ;

I.5.d) parce que cette forme liturgique ne fut jamais juridiquement
abrogée (Benoît XVI, Motu proprio Summorum Pontificum) ;

I.5.e) parce que nous demeurons choqués, non sans raison, dans notre
foi et notre piété par les abus, les sacrilèges et les profanations
auxquels a donné prise la réforme liturgique, parce que nous ne
voulons pas voir « la liturgie transformée en show », ni pactiser avec
les erreurs et profanations que nous constatons dans l’usage de la
nouvelle liturgie.

II) IN REBUS NON NECESSARIIS ET DUBIIS, LIBERTAS

(Sur les points non nécessaires et douteux, liberté)

II. 1 : Liberté, au jugement des autorités compétentes, pour adopter
ou non les adaptations liturgiques approuvées par l’Église pour la
forme extraordinaire du Rite Romain (celles de 1965, par exemple).

II.2 : Liberté pour inclure ou non de nouveaux saints dans le
calendrier (cf. Motu proprio Summorum Pontificum).

II. 3 : Liberté pour adopter ou non, même s’il est vrai qu’on désire
sa réforme, le nouveau calendrier.

II.4 : Liberté pour adopter ou non le vernaculaire dans certaines
parties de la Liturgie, surtout dans les lectures.

II.5 : Liberté pour adopter ou non, même s’il est vrai qu’on désire sa
réforme, le nouveau lectionnaire.

II.6 : tout en conservant comme propre et préférée la Liturgie Romaine
dans sa forme extraordinaire, liberté pour, dans des circonstances
déterminées, et conformément au principe établi aux n° I.3, I.4.a) et
I.4.d), participer ou non, à titre extraordinaire, à un autre rite ou
forme approuvée par l’Église, et même pour concélébrer ou non avec
ceux qui les célèbrent.

II.7 : Liberté pour adopter ou non telle ou telle position dogmatique,
morale et mystique libre dans l’Église.

II.8 : Liberté, à l’intérieur de la discipline catholique, pour des
différences pastorales, rituelles, de statuts, de culture, de goûts et
de coutumes, propres à chaque groupe, communauté, association ou
institut.

II.9 : Ne pas transformer en question de principes des choses qui ne
sont pas déterminées comme telles par le Magistère.

III) IN OMNIBUS ET SUPER OMNIA, CHARITAS

« Jn 13:35 À ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si
vous avez de l’amour les uns pour les autres. » »
« Veritatem facientes in charitate » (S. Paul)
« Ubi charitas et amor, Deus ibi est » (Liturgie)
« I Cor 13:2 Quand j’aurais la plénitude de la foi, une foi à
transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien
».

III.1 : Grand amour pour la Sainte Église, pour le Saint-Père le Pape,
pour tous les membres de la hiérarchie et pour tous les fidèles
catholiques de tous les rites et formes liturgiques, en démontrant cet
amour et cette communion en paroles et en actes.
Comme, selon saint Thomas d’Aquin et le Droit canon (can. 751), le
schisme consiste dans le refus de soumission au Pape et de communion avec ceux qui lui sontsoumis, pour éviter tout esprit de schisme, nous devons faire lecontraire : nous efforcer à la soumission au Saint-Père et à la
communion avec ceux qui lui sont soumis.

III.2 : Ne pas critiquer ceux qui usent des libertés établies au n°
II, même celles que nous n’adoptons pas et n’apprécions pas.

III.3 : Aimer la communion avec l’Église, hors de laquelle peuvent
exister de bonnes choses, mais non le salut, comme nous l’enseigne
saint Augustin.

III.4 : Quand nous usons du droit de critique en conformité avec le
canon 212, être honnêtes, vrais et sérieux, sinon nos arguments ne
vaudront rien et ne seront pas crédibles.

IV) NON NOBIS, DOMINE, NON NOBIS… : L’HUMILITE, VERTU DE BASE DU CHRISTIANISME

IV.1 : Ne pas chercher à occuper la première place dans l’Église (cf.
Mt 19, 30 et 23,5-13). Ne pas nous considérer comme les réformateurs
de l’Église : « L’Église n’a pas besoin de réformateurs, mais de
saints » (Jean Paul II). Furent réformateurs Luther, Calvin, et
compagnie. Mais les saints furent saint Ignace de Loyola, saint
François Xavier, sainte Thérèse de Jésus, saint Jean de la Croix, tous
du même siècle de crise dans l’Église.

IV.2 : Ne nous jugeons pas comme les élus : c’est une caractéristique
des sectes.

IV.3 : Ne nous prenons pas pour les sauveurs de l’Église : c’est
l’Église qui nous sauve.

IV.4 : Plus que d’appartenir à tel ou tel groupe, association,
institut, etc., gardons conscience que, par dessus tout, nous sommes
catholiques, membres de la Sainte Église.

IV.5 : Ne jugeons pas notre groupe, notre association, notre institut,
etc., meilleur que les autres : « Nous sommes des serviteurs inutiles
: nous avons fait ce que nous devions faire […] ».

IV.6 : Ne pas alimenter l’esprit de concurrence dans la conquête des
vocations, bienfaiteurs et lieux de ministère.
C’est ainsi que nous serons d’authentiques traditionalistes, de vrais
amis du peuple (saint Pie X, Notre charge apostolique) et de grands
instruments de Dieu pour le bien de la Sainte Église.

Revue-Item.com

article précédent

Bonne rentrée quand même

article suivant

Du troisième anniversaire du motu proprio “Summorum Pontificum cura

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS