La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

L’Eglise (I)

publié dans la doctrine catholique le 10 juillet 2013


33. Année de la foi: 8e Dimanche après la Pentecôte

L’Eglise (I)

La méditation des mystères du Christ et de l’Esprit Saint nous conduit à approfondir le mystère de l’Eglise : « Le jour de la Pentecôte, par l’effusion de l’Esprit Saint, l’Église est manifestée au monde (cf. SC 6 ; LG 2). Le don de l’Esprit inaugure un temps nouveau dans la “ dispensation du Mystère ” : le temps de l’Église, durant lequel le Christ manifeste, rend présent et communique son oeuvre de salut par la liturgie de Son Église, “ jusqu’à ce qu’Il vienne ” (1 Co 11, 26). Durant ce temps de l’Église, le Christ vit et agit désormais dans son Église et avec elle d’une manière nouvelle, propre à ce temps nouveau. » (1076) « La mission du Christ et de l’Esprit Saint s’accomplit dans l’Église, Corps du Christ et Temple de l’Esprit Saint. Cette mission conjointe associe désormais les fidèles du Christ à sa communion avec le Père dans l’Esprit Saint : l’Esprit prépare les hommes, les prévient par sa grâce, pour les attirer vers le Christ. (…) » (737) « Ainsi la mission de l’Église ne s’ajoute pas à celle du Christ et de l’Esprit Saint, mais elle en est le sacrement : par tout son être et dans tous ses membres elle est envoyée pour annoncer et témoigner, actualiser et répandre le mystère de la communion de la Sainte Trinité. » (738) « L’article de foi sur l’Église dépend entièrement des articles concernant le Christ Jésus. L’Église n’a pas d’autre lumière que celle du Christ ; elle est, selon une image chère aux Pères de l’Église, comparable à la lune dont toute la lumière est reflet du soleil. L’article sur l’Église dépend aussi entièrement de celui sur le Saint-Esprit qui le précède. “ En effet, après avoir montré que l’Esprit Saint est la source et le donateur de toute sainteté, nous confessons maintenant que c’est Lui qui a doté l’Église de sainteté ” (Catech. R. 1, 10, 1). L’Église est, selon l’expression des Pères, le lieu “ où fleurit l’Esprit ” (S. Hippolyte, trad. ap. 35). » (748 – 749)


Noms, images et symboles de l’Église

751 Le mot “ Église ” (ekklèsia, du grec ek-kalein, “ appeler hors ”) signifie “ convocation ”. Il désigne des assemblées du peuple (cf. Ac 19, 39), en général de caractère religieux. C’est le terme fréquemment utilisé dans l’Ancien Testament grec pour l’assemblée du peuple élu devant Dieu, surtout pour l’assemblée du Sinaï où Israël reçut la Loi et fut constitué par Dieu comme son peuple saint (cf. Ex 19). En s’appelant “ Église ”, la première communauté de ceux qui croyaient au Christ se reconnaît héritière de cette assemblée. En elle, Dieu “ convoque ” son Peuple de tous les confins de la terre. Le terme Kyriakè dont sont dérivés church, Kirche, signifie “ celle qui appartient au Seigneur ”.

752 Dans le langage chrétien, le mot “ Église ” désigne l’assemblée liturgique (cf. 1 Co 11, 18 ; 14, 19. 28. 34. 35), mais aussi la communauté locale (cf. 1 Co 1, 2 ; 16, 1) ou toute la communauté universelle des croyants (cf. 1 Co 15, 9 ; Ga 1, 13 ; Ph 3, 6). Ces trois significations sont en fait inséparables. “ L’Église ”, c’est le Peuple que Dieu rassemble dans le monde entier. Elle existe dans les communautés locales et se réalise comme assemblée liturgique, surtout eucharistique. Elle vit de la Parole et du Corps du Christ et devient ainsi elle-même Corps du Christ.

753 Dans l’Écriture Sainte, nous trouvons une foule d’images et de figures liées entre elles, par lesquelles la révélation parle du mystère inépuisable de l’Église. Les images prises de l’Ancien Testament constituent des variations d’une idée de fond, celle du “ Peuple de Dieu ”. Dans le Nouveau Testament (cf. Ep 1, 22 ; Col 1, 18), toutes ces images trouvent un nouveau centre par le fait que le Christ devient “ la Tête ” de ce peuple (cf. LG 9) qui est dès lors son Corps.Autour de ce centre se sont groupées des images “ tirées soit de la vie pastorale ou de la vie des champs, soit du travail de construction ou de la famille et des épousailles ” (LG 6).

754 L’Église, en effet, est le bercail dont le Christ est l’entrée unique et nécessaire (cf. Jn 10, 1-10). Elle est aussi letroupeau dont Dieu a proclamé lui-même à l’avance qu’il serait le pasteur (cf. Is 40, 11 ; Ez 34, 11-31), et dont les brebis, quoiqu’elles aient à leur tête des pasteurs humains, sont cependant continuellement conduites et nourries par le Christ même, Bon Pasteur et Prince des pasteurs (cf. Jn 10, 11 ; 1 P 5, 4), qui a donné sa vie pour ses brebis (cf. LG 6 ; Jn 10, 11-15).

756 « Bien souvent aussi, l’Église est dite la construction de Dieu (cf. 1 Co 3, 9). Le Seigneur lui-même s’est comparé à la pierre rejetée par les bâtisseurs et devenue pierre angulaire (Mt 21, 42 par. ; cf. Ac 4, 11 ; 1 P 2, 7 ; Ps 118, 22). Sur ce fondement, l’Église est construite par les apôtres (cf. 1 Co 3, 11), et de ce fondement elle reçoit fermeté et cohésion. Cette construction est décorée d’appellations diverses : la maison de Dieu (cf. 1 Tm 3, 15), dans laquelle habite sa famille, l’habitation de Dieu dans l’Esprit (cf. Ep 2, 19-22), la demeure de Dieu chez les hommes (cf. Ap 21, 3), et surtout le temple saint, lequel, représenté par les sanctuaires de pierres, est l’objet de la louange des saints Pères et comparé à juste titre dans la liturgie à la Cité sainte, la nouvelle Jérusalem. En effet, nous sommes en elle sur la terre comme les pierres vivantes qui entrent dans la construction (cf. 1 P 2, 5). Cette Cité sainte, Jean la contemple descendant du ciel d’auprès de Dieu à l’heure où se renouvellera le monde, prête comme une fiancée parée pour son époux (cf. Ap 21, 1-2) » (LG 6).
757 « L’Église s’appelle encore “ la Jérusalem d’en haut ” et “ notre mère ” (Ga 4, 26 ; cf. Ap 12, 17) ; elle est décritecomme l’épouse immaculée de l’Agneau immaculé (cf. Ap 19, 7 ; 21, 2. 9 ; 22, 17) que le Christ “ a aimée, pour laquelle il s’est livré afin de la sanctifier ” (Ep 5, 26), qu’il s’est associée par un pacte indissoluble, qu’il ne cesse de “ nourrir et d’entourer de soins ” (Ep 5, 29) » (LG 6).


Origine, fondation et mission de l’Eglise

778 L’Église est à la fois chemin et but du dessein de Dieu : préfigurée dans la création, préparée dans l’Ancienne Alliance, fondée par les paroles et les actions de Jésus-Christ, réalisée par sa Croix rédemptrice et sa Résurrection, elle est manifestée comme mystère de salut par l’effusion de l’Esprit Saint. Elle sera consommée dans la gloire du ciel comme assemblée de tous les rachetés de la terre (cf. Ap 14, 4).

759 « Le Père éternel par la disposition absolument libre et mystérieuse de sa sagesse et de sa bonté a créé l’univers ; il a décidé d’élever les hommes à la communion de sa vie divine », à laquelle il appelle tous les hommes dans son Fils : « Tous ceux qui croient au Christ, le Père a voulu les appeler à former la sainte Église ».

760 “ Le monde fut créé en vue de l’Église ”, disaient les chrétiens des premiers temps (Hermas, vis. 2, 4, 1 ; cf. Aristide, apol. 16, 6 ; Justin, apol. 2, 7). Dieu a créé le monde en vue de la communion à sa vie divine, communion qui se réalise par la “ convocation ” des hommes dans le Christ, et cette “ convocation ”, c’est l’Église. L’Église est la fin de toutes choses (cf. S. Epiphane, hær. 1, 1, 5 : PG 41, 181C), et les vicissitudes douloureuses elles-mêmes, comme la chute des Anges et le péché de l’homme, ne furent permises par Dieu que comme occasion et moyen pour déployer toute la force de son bras, toute la mesure d’amour qu’il voulait donner au monde.

761 Le rassemblement du Peuple de Dieu commence à l’instant où le péché détruit la communion des hommes avec Dieu et celle des hommes entre eux. Le rassemblement de l’Église est pour ainsi dire la réaction de Dieu au chaos provoqué par le péché. Cette réunification se réalise secrètement au sein de tous les peuples : “ En toute nation, Dieu tient pour agréable quiconque le craint et pratique la justice ” (Ac 10, 35 ; cf. LG 9 ; 13 ; 16).

+ L’Église – instituée par le Christ Jésus :

763 Il appartient au Fils de réaliser, dans la plénitude des temps, le plan de salut de son Père ; c’est là le motif de sa “ mission ” (cf. LG 3 ; AG 3). “ Le Seigneur Jésus posa le commencement de son Église en prêchant l’heureuse nouvelle, l’avènement du Règne de Dieu promis dans les Écritures depuis des siècles ” (LG 5). Pour accomplir la volonté du Père, le Christ inaugura le Royaume des cieux sur la terre. L’Église “ est le Règne du Christ déjà mystérieusement présent ” (LG 3).

765 Le Seigneur Jésus a doté sa communauté d’une structure qui demeurera jusqu’au plein achèvement du Royaume. Il y a avant tout le choix des Douze avec Pierre comme leur chef (cf. Mc 3, 14-15). Représentant les douze tribus d’Israël (cf. Mt 19, 28 ; Lc 22, 30), ils sont les pierres d’assise de la nouvelle Jérusalem (cf. Ap 21, 12-14). Les Douze (cf. Mc 6, 7) et les autres disciples (cf. Lc 10, 1-2) participent à la mission du Christ, à son pouvoir, mais aussi à son sort (cf. Mt 10, 25 ; Jn 15, 20). Par tous ces actes, le Christ prépare et bâtit son Église.

766 Mais l’Église est née principalement du don total du Christ pour notre salut, anticipé dans l’institution de l’Eucharistie et réalisé sur la Croix. “ Le commencement et la croissance de l’Église sont signifiés par le sang et l’eau sortant du côté ouvert de Jésus crucifié ” (LG 3). “ Car c’est du côté du Christ endormi sur la Croix qu’est né l’admirable sacrement de l’Église toute entière ” (SC 5). De même qu’Eve a été formée du côté d’Adam endormi, ainsi l’Église est née du coeur transpercé du Christ mort sur la Croix (cf. S. Ambroise, Luc. 2, 85-89).

+ L’Église – consommée dans la gloire :

769 “ L’Église (…) n’aura sa consommation que dans la gloire céleste ” (LG 48), lors du retour glorieux du Christ. Jusqu’à ce jour, “ l’Église avance dans son pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu ” (S. Augustin, civ. 18, 51 ; cf. LG 8). Ici-bas, elle se sait en exil, loin du Seigneur (cf. 2 Co 5, 6 ; LG 6), et elle aspire à l’avènement plénier du Royaume, “ l’heure où elle sera, dans la gloire, réunie à son Roi ” (LG 5). La consommation de l’Église, et à travers elle, celle du monde, dans la gloire ne se fera pas sans de grandes épreuves. Alors seulement, “ tous les justes depuis Adam, depuis Abel le juste jusqu’au dernier élu se trouveront rassemblés dans l’Église universelle auprès du Père ” (LG 2).

Pour aller plus loin :
- Catéchisme de l’Eglise :
Catholique, Ire partie, 2e section, ch. 3, art. 9, § 1 : L’Eglise dans le dessein de Dieu :http://www.vatican.va/archive/FRA00…

Résolution pratique – « Pour réaliser sa mission, l’Esprit Saint “ équipe et dirige l’Église grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques ” (LG 4). “ Aussi l’Église, pourvue des dons de son fondateur, et fidèlement appliquée à garder ses préceptes de charité, d’humilité et d’abnégation, reçoit mission d’annoncer le Royaume du Christ et de Dieu et de l’instaurer dans toutes les nations ; elle constitue de ce royaume le germe et le commencement sur terre ” (LG 5). » (768). Prendre quelques minutes pour méditer sur ma fidélité au Christ et à son Eglise. Ai-je un regard de foi dans la présence et l’action de l’Esprit Saint en elle ?

Revue-Item.com

article précédent

Le sacrement de l’ordre (II)

article suivant

Un an après

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS