La Revue Item - « La Tradition sans peur »
Abonnements
Newsletter

Entrez votre adresse email

Quand des francs-maçons soutiennent l’Elysée

publié dans flash infos le 6 décembre 2010


Quand des francs-maçons soutiennent l’Elysée
Par FRANÇOIS KOCH, dans l’Express.

L’Express révèle des courriers entre le patron de la GLNF et Nicolas Sarkozy. Et les services politiques qu’il a rendus au président.

Nicolas Sarkozy lors du Congrès des maires de France le 23 novembre 2010 à Paris.

Un échange de courriers jette une lumière crue sur les relations secrètes entre des francs-maçons et l’Elysée.

Sous l’en-tête du grand maître de la Grande Loge nationale française (GLNF, 43 000 frères), la missive, datée du 19 janvier 2009 – que L’Express s’est procurée – fait part à Nicolas Sarkozy du « soutien actif à Christian Blanc, Brice Hortefeux, Roger Karoutchi, Hubert Falco et Christine Boutin ».

Des courriers très chaleureux

Quand des francs-maçons soutiennent l'Elysée

La lettre, signée François Stifani, ajoute: « Je leur apporterai toute l’aide dont ils ont besoin dans leurs projets, comme l’ensemble des maçons de mon obédience le fait avec vous. Vous êtes le premier président de la République avec lequel nous sommes totalement en accord. »

Une telle déclaration d’amour politique est sans précédent de la part d’une obédience maçonnique.

Nicolas Sarkozy répond à François Stifani, grand maître de la GLNF: « La confiance que vous me témoignez et le soutien résolu dont vous m’assurez me confortent dans ma ferme volonté de poursuivre le mouvement de réformes engagé. »

Cet échange de mots doux est demeuré discrètement archivé, avant d’être exhumé il y a quelques jours. L’Elysée a authentifié la lettre envoyée par Nicolas Sarkozy, en réponse à celle signée François Stifani.

Une lettre qui « participe d’une manipulation »?

Sollicité par L’Express, le grand maître de la GLNF fait dire par son avocat qu’il n’a pas émis ce courrier, qui « participe d’une manipulation ». Sans préciser laquelle. Un collaborateur du leader franc-maçon a-t-il pu fabriquer la missive à son insu et l’envoyer au président ? Mais, dans cette hypothèse, François Stifani aurait dû être surpris que Nicolas Sarkozy le remercie de lui avoir adressé un message de soutien.

La seule réponse du président de la République est embarrassante pour le leader franc-maçon. Car la GLNF a une obligation de parfaite neutralité vis-à-vis des pouvoirs publics, comme l’impose sa règle en 12 points.

Elle interdit en effet à tous ses membres « en son sein toute discussion ou controverse politique ou religieuse ». A l’extérieur de l’obédience, le grand maître se montre, lui, politiquement très actif. « Dès que François Stifani rencontre un conseiller de l’Elysée, il lui propose ses services », confie Alain Bauer, ex-grand maître du Grand Orient de France (GODF) et proche de Nicolas Sarkozy.

Des collaborations doûteuses

Dans un entretien à L’Express en septembre 2010, Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, confirmait qu’il avait rencontré plusieurs fois François Stifani, avant de révéler: « Il a, s’agissant d’une situation sociale délicate à gérer, apporté une contri-bution positive. »

Concrètement, selon nos informations, le grand maître de la GLNF a fait jouer ses réseaux maçonniques en Guadeloupe, afin d’aider le gouvernement à nouer les fils du dialogue avec le LKP d’Elie Domota, pendant la longue crise de janvier à mars 2009.

A l’hiver suivant, François Stifani, « en tant que grand maître de l’une des principales obédiences françaises », remet à Nicolas Sarkozy un rapport sur l’organisation des musulmans de France.

Après le tollé provoqué par cette révélation, l’intéressé minimise, en évoquant une « réflexion à titre personnel ». Quant à l’échange de missives entre François Stifani et Nicolas Sarkozy, sa diffusion gêne le grand maître, car elle dévoile les relations tissées entre lui et certains ministres. Cette nouvelle affaire va-t-elle intensifier la crise interne qui secoue la GLNF depuis un an?

Revue-Item.com

article précédent

Lettre n° 77 de aux Amis et Bienfaiteurs de la FSSPX] « Il y a quarante ans, le 1er novembre 1970, … »

article suivant

Le langage et la philosophie qui sous-tendent les discours des Nations-Unies » par Marguérite A. Peeters

 

 

articles liés

Imprimer cet article Imprimer cet article

partager cette page

bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark bookmark

 

Videos
Entretien par Novopress le 17/07/2011

Entretien par Franck Abed le 01/02/2011
Rechercher

Actualités RSS